À la uneInternational

5 éléments pour comprendre… l’ascension politique de Joe Biden

DOSSIER – Joe Biden est devenu le 46e président des États-Unis. À l’occasion de la cérémonie d’investiture, ce mercredi 20 janvier, VL se penche sur les points clés de la carrière politique du fervent démocrate.

1/ Une politique tournée vers les affaires étrangères

Après un diplôme de droit à l’université de Syracuse, Joseph Robinette Biden Jr, dit Joe Biden, s’est d’abord dirigé vers le Sénat, à l’âge de 29 ans. Il était alors le cinquième plus jeune sénateur de l’histoire. En 1997, Joe devient le chef de la minorité démocrate du comité des affaires étrangères du Sénat. Avec ce poste, il s’implique d’avantage dans une politique internationale. Prenant son travail très à coeur, le sénateur multiplie ses efforts à l’étranger. Le démocrate fut l’un des premiers à demander la levée de l’embargo sur les armes à destination des musulmans de Bosnie, lors de la guerre en ex-Yougoslavie. Il a également participé à la rédaction d’une résolution du Congrès autorisant Bill Clinton à utiliser la force nécessaire pour stopper les violences contre les droits de l’homme au Kosovo. Et ce n’est pas tout. Joe Biden s’est aussi rendu en Afghanistan, en janvier 2002, après la chute des talibans. Il s’est également vite positionné sur les opérations de l’ONU face à Saddam Hussein et sur le vote en faveur du Patriot Act, qui autorise George W. Bush à mener des opérations militaires à l’encontre de l’Irak.

Le début de carrière de Joe Biden va se construire autour d’une politique étrangère interventionniste et affirmée. Peu à peu, le démocrate gagne en expérience et va commencer à s’intéresser aux primaires présidentielles.

2/ Deux mandats de vice-président aux côtés de Barack Obama

Joe Biden se présente une première fois aux primaires pour les élections de 1988. Mais l’américain est contraint d’abandonner sa candidature pour une affaire de plagiat. Ce n’est que 20 ans plus tard, qu’il retentera sa chance. À l’époque, il se retrouve face à Barack Obama, qu’il juge novice en matière de politique étrangère. Joe Biden se retire des primaires en janvier 2008. Mais quelques mois plus tard, en août, Barack Obama le choisit comme colistier. Grâce à ce choix, Joe Biden protège et camoufle « l’inexpérience » de Barack Obama, en termes de politique étrangère.

Joe Biden devient le vice-président des États-Unis, pendant les deux mandats de Barack Obama, de 2009 à 2017. Pendant 8 ans, le démocrate a conseillé le président américain. Il était en charge des affaires étrangères et notamment des questions liées à la guerre du Mali. Barack Obama lui avait aussi confié une mission importante : trouver des propositions sur le port des armes à feu après la tuerie de l’école primaire Sandy Hook et la fusillade d’Aurora.

En octobre 2015, cinq mois après la mort de son fils, Biden annonce qu’il ne se présentera pas à l’élection présidentielle de 2016. Il faut attendre 2019 pour revoir le démocrate en course pour les primaires.

3/ Un début de campagne semé d’embûches

La campagne est lancée pour les présidentielles de 2021. Joe Biden devient le candidat du Parti démocrate pour affronter Donald Trump. Il reçoit énormément de soutien de la part de Barack Obama, d’Hillary Clinton, mais aussi de grandes revues influentes et d’électeurs qui incitent les citoyens à aller voter contre Trump.

Mais le mouvement Black Lives Matter et la pandémie du Covid-19 vont perturber la campagne électorale. Les meetings sont alors réduits et la communication se déroule à distance. Les deux candidats ont été contraints de s’adapter à cette situation inédite. Joe Biden a alors misé sur une campagne plus sûre, en évitant les bains de foule et les visites d’entreprises. Contrairement à Trump, le démocrate va limiter ses déplacements. Ce sera aussi sa manière de montrer aux américains qu’il est prêt à prendre des mesures pour lutter contre la pandémie.

Mais en plus de cela, le 15 avril 2020, un scandale éclate. Tara Reade, une ancienne assistante de Joe Biden l’accuse de viol et lui demande de renoncer à sa candidature. Le candidat dément ces accusations et continue sa campagne.

4/ Kamala Harris, un choix juste et évident

Joe Biden voulait choisir une femme pour le poste de vice-président. “J’ai le grand honneur d’annoncer que j’ai choisi Kamala Harris, une combattante dévouée à la défense courageuse des classes populaires et l’une des plus grands serviteurs de l’Etat, comme ma colistière”, a-t-il annoncé le 11 août 2020.

Le choix de Kamala Harris est un positionnement fort pour la campagne de Joe Biden. Elle représente le futur et l’avenir des démocrates. Sa lutte féministe et ses combats contre le racisme sont des valeurs que Joe Biden souhaite honorer durant son mandat. C’est la première femme à devenir vice-présidente des États-Unis et cette avancée historique est possible grâce au choix du démocrate. Selon les sondages, le 46e président des États-Unis a pris la bonne décision. 54 % des américains sont satisfaits de Kamala Harris. La proportion atteint même 86 % chez les démocrates. Biden avait remarqué le potentiel de Kamala Harris lors des débats “musclés” à l’investiture démocrate. Et selon les américains, il avait vu juste. À 78 ans, Joe Biden a déjà indiqué qu’il ne ferait qu’un seul mandat. Sa vice-présidente pourrait alors peut-être, selon lui, assurer la présidentielle de 2024.

5/ La victoire de Joe Biden : l’accomplissement et le soulagement

Nous l’avons fait. Même si son adversaire, Donald Trump, a eu du mal à le reconnaître, Joe Biden a remporté ces présidentielles. Avec plus de 81 millions de voix au niveau national, il est le président élu ayant recueilli le plus de suffrages dans l’histoire américaine. À 78 ans, le démocrate est désormais prêt à honorer le peuple américain. Son parcours n’a pas été simple, professionnellement comme personnellement. Joe Biden est un grand habitué des primaires démocrates. Il s’est battu pour arriver à la Maison Blanche. Et pour débuter son mandat, le démocrate envisage déjà des mesures. Il a promis de réengager les États-Unis à l’Accord sur le climat de Paris, que Trump avait quitté. Ce mercredi 20 janvier, Joe Biden a prêté serment sur la Bible : “Je vous donne ma parole de défendre la Constitution, la démocratie, tous les américains. Nous allons écrire une histoire ensemble, de dignité, de grandeur, d’espoir et de justice. Ces valeurs ne sont pas mortes. L’ Amérique doit demeurer un phare pour le monde”. Pour son début de mandat, Biden espère faire oublier l’ère Trump aux américains, mais aussi au monde entier.

À lire aussi : Joe Biden veut annuler le projet d’oléoduc Keystone XL

À lire aussi : USA : Les grandes dates de la présidence Trump

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Les mystérieuses cités d'or bientôt en spectacle musical au Théâtre des Variétés

À la uneFrance

Direct | Marseille : un homme armé d'un couteau interpellé près d'une école juive

À la uneSéries Tv

Ici tout commence : Christelle Reboul et Joseph Malerba rejoignent la série

À la uneFrance

Le finlandais Ari Huusela clôture la 9ème édition du Vendée Globe

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux