À la uneÉtudiantSociété

À La Sorbonne, les étudiants ne lâchent rien

Ce jeudi 14 janvier, des élèves manifestaient place de La Sorbonne à Paris. Un à un, ils ont pris la parole pour clamer leurs revendications. Certains ont également évoqué les violences physiques qu’ils ont subi pendant les précédents blocus.

À la Sorbonne, rien de nouveau“. Ce jeudi après-midi, les étudiants étaient une nouvelle fois réunis pour protester. La manifestation était préparée, elle avait été déclarée en préfecture. À l’aide d’un mégaphone, les étudiants s’exprimaient, un par un, sur leur situation. “On peut enfin parler librement, sans représailles. Ce ne sont pas des revendications de pleurnichards. Quand on parle de détresse psychologique, on nous répond que cela n’existe pas, que ce n’est qu’une rumeur. Maintenant, nous voulons être écoutés. Nous demandons des actions concrètes“, proclame un étudiant. Ensuite, les témoignages se sont enchaînés. Après avoir parlé des violences psychologiques, les étudiants ont abordé le sujet des violences physiques.

“Des coups comme seule réponse”

Un étudiant s’avance et prend la parole. “J’ai été frappé jeudi dernier parce que j’ai protesté devant la porte de mon université. J’ai été placé en garde à vue 3 jours. J’ai raté mes examens et des poursuites sont engagés contre moi. On demande des solutions. À la place, on reçoit des coups, comme seule réponse“, a-t-il expliqué. L’élève d’histoire compte porter plainte. Les autres étudiants de La Sorbonne sont témoins de la scène. Ils veulent le soutenir et vont ouvrir une cagnotte en ligne.

Ensuite, un autre étudiant a subi une interpellation, qui “était plus une agression”, d’après ses propos. “J’ai des blessures et un certificat médical qui atteste de ces violences“. “Cela doit cesser“, affirme-t-il, avec émotion.

Le soutien des professeurs

Certains professeurs étaient présents pour leurs élèves. “C’est évident de les soutenir en voyant la façon dont ils ont été gazés, frappés et maltraités. On est ici pour recréer la solidarité. Leur situation ressemble étrangement à la souffrance au travail“. Des syndicats étaient également sur place, comme Sud Solidaire, la CGT et FO.

Retrouvez l’intervention d’un étudiant:

À lire aussi : Lyon : 2ème tentative de suicide d’étudiant en une semaine

About author

Journaliste
Related posts
À la uneFranceSport

Handball: Sursaut des Bleus qui commencent par une victoire

À la uneInternationalSociété

Des tensions éclatent à Bruxelles après la mort d'Ibrahima

À la uneActualitéCinémaCulture

Chris Evans pourrait revenir à l'écran en Captain America

À la uneCultureMusique

5 éléments pour comprendre... la carrière musicale de Mister V

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux