À la uneActualitéÉtudiantFranceSociétéVie Étudiante

#Etudiantsfantômes : la mobilisation continue

Solitude, difficultés financières, décrochage scolaire : c’est ce quotidien que des milliers d’étudiants ont de nouveau dénoncé mardi 26 janvier à travers toute la France.

Zoom sur la situation actuelle des étudiants en France

À travers ces données, c’est le quotidien difficile de la plupart des étudiants qui en ressort. Depuis la réalisation de cette commission d’enquête, en septembre 2020, ces problèmes se sont accentués avec le deuxième confinement et le renouvellement des cours en distanciel.

Alors que 38% des jeunes, âgés de 18 à 25 ans, travaillent dans le cadre d’un contrat précaire (CDD, auto-entreprenariat ou sans contrat de travail), 42% d’entre eux ont également des difficultés à payer des actes médicaux ou l’achat de médicaments.

La vie étudiante en France est actuellement problématique. En effet, les mesures sanitaires prises pour lutter contre la Covid-19 n’ont fait qu’aggraver la situation de beaucoup d’étudiants français et étrangers. Boursiers ou non, chacun d’entre eux fait face au manque de motivation, à l’isolement, aux difficultés financières et à l’anxiété.

Des rassemblements dans toute la France et notamment à Bordeaux

Pour lutter contre ces problèmes croissants, le gouvernement a mis en place plusieurs aides pour épauler les étudiants dans le besoin. Repas du midi et du soir à 1€ pour tous, mise en place d’un “chèque psy”, possibilité de retourner à la fac une fois par semaine en cours en présentiel, plusieurs solutions ont été instaurées.

Pourtant, cela ne semble pas suffire face au désespoir de certains étudiants. Pour exprimer ce mécontentent, plusieurs regroupements ont eu lieu partout en France et notamment à Bordeaux. Ils étaient plusieurs dizaines d’étudiants à s’être réunis Place de la Victoire pour se mobiliser contre la misère qui touche leurs camarades. Ils répondaient à un appel intersyndical comptant notamment la CGT, la SNESUPFSU ou encore UNEF.

Après quelques pas de madison, les étudiants présents ont dégainé leurs pancartes. On pouvait lire sur ces dernières les inquiétudes et le désespoir de chacun d’entre eux.

Parmi eux se trouvait Kakou, élève de L2 en STAPS, qui était venu crier son mécontentement sur la misère étudiante. Comme beaucoup, elle a un emploi en plus de ses études et craint pour la sauvegarde de ce dernier :

Kakou, étudiante en L2 STAPS à Bordeaux

Avec cette anxiété, l’isolement et le manque de motivation sont devenus, pour elle aussi, son quotidien :

Kakou, étudiante en L2 STAPS à Bordeaux

De plus, la crise sanitaire a directement impacté sa scolarité car comme d’autres étudiants elle n’est pas parvenu à préserver son stage :

Kakou, étudiante en L2 STAPS à Bordeaux

Face à ces difficultés, plusieurs associations se sont mobilisées pour leur venir en aide. Parmi elles, il y à la Fédération ATENA (Association Territoriale des ÉtudiaNts Aquitains) qui avait organisé l’évènement. Son vice-président Paul Marsan, étudiant en cinquième année de pharmacie, explique les raisons de ce rassemblement :

Paul Marsan, Vice-président de ATENA

Agissant auprès des étudiants, il fut le témoin de baisses de morale importantes conduisant même parfois à des pensées suicidaires. Avec son association, il tente d’aider ces personnes en détresse :

Paul Marsan, Vice-président de ATENA

Les conditions de vie et d’apprentissage sont donc toujours menacées par la crise sanitaire. Les étudiants reconnaissent que le gouvernement a fait un pas vers eux mais tous s’accordent pour dire que la misère est toujours là.

Si d’autres rassemblements ne sont pas prévus pour le moment, les associations restent cependant très mobilisées pour venir en aide aux élèves. Cependant, plusieurs incompréhensions subsistent toujours quant à la politique du gouvernement. Pourquoi les lycéens et collégiens sont-ils plus légitimes que les étudiants à continuer les cours en présentiel ? À quand plus d’aides financières pour tous les étudiants ?

About author

Pigiste VL Média Bordeaux
Related posts
ActualitéÉtudiantMédiasPolitique

Communication 2.0 : quand la politique s'en mêle

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

À la uneFrance

Un homme de 88 ans flashé à 191 km/h au lieu de 110

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux