À la uneÉtudiantSociété

La révolte des étudiants de la Sorbonne continue

Depuis lundi, les étudiants manifestent devant les trois campus de Sorbonne Université. Ils protestent contre leurs partiels en présentiel, alors qu’ils travaillent à distance depuis plusieurs semaines. Précarité, risque sanitaire, inégalités… Les élèves du centre universitaire Clignancourt témoignent.

La Sorbonne m’a tué“, “partiels en présentiel, partiels criminels“. Les étudiants semblent désespérés. Ils sont en colère et se sentent délaissés. “J’ai vu une de mes camarades sortir en pleurs. Nous sommes en grande détresse psychologique“, explique Chloé, étudiante sur le campus de Sorbonne Clignancourt. Après des semaines de travail à distance, les élèves doivent finalement passer leurs examens en présentiel. Pour dénoncer leur situation critique, les étudiants ont décidé de protester. Ce jeudi, seulement 26 personnes (sur 220) ont accepté de venir passer leur partiel. Les autres l’ont boycotté. Édouard, étudiant en licence d’histoire-géographie n’est allé à aucun de ses examens. “J’ai très peur. Je révise tout. Mais je n’y vais pas. Je veux que les choses changent“, espère-t-il. La plupart “des bloqueurs“, comme l’administration de La Sorbonne les appelle, sont de très bons élèves. C’est le cas d’Édouard, qui a des notes comprises entre 14 et 20.

Une lutte pour l’égalité

Avec le confinement, certains étudiants se sont retrouvés en situation précaire. “Nous n’avons pas tous le même matériel pour travailler chez soi. Certains ont perdu leur emploi étudiant, d’autres leur logement… C’est une situation très inégalitaire“, souligne Édouard. Mais les étudiants se préoccupent aussi de leur santé. “Si un élève a la Covid-19, il ne pourra pas se rendre aux examens et aura donc un 0/20 jusqu’aux rattrapages prévus en juin. C’est un problème puisque les admissions en masters se déroulent bien avant. Donc pour éviter un zéro dans le dossier scolaire, certains étudiants atteints de la Covid viennent quand-même dans les amphithéâtres“, précise l’élève en deuxième année de licence.

Tous les étudiants se soutiennent. “C’est un problème qui nous concerne tous“, explique Mathias, âgé de 18 ans. “Nous ne voulons pas annuler nos partiels, nous demandons simplement qu’ils soient adaptés à notre situation“, ajoute-t-il. Les élèves ont trouvé 3 solutions qui semblent leur correspondre : des examens à distance, des devoirs maisons pour bénéficier de plus de temps ou enfin par dernière option, tout miser sur le contrôle continu.

Un manque de communication de la Sorbonne

On fait face à une administration sourde“. Dès décembre, les étudiants ont envoyé plusieurs mails et une lettre ouverte à leurs professeurs et à l’administration. Ils n’ont jamais eu de réponse. “On se plaignait des plateformes numériques constamment débordées, du suivi des cours chaotique, du manque d’organisation“… Les étudiants n’ont pas pu compter sur le soutien de leur université dans cette période difficile.

Une situation qui dégénère

Deux étudiants ont été placés en garde à vue cette semaine. Des tensions sont apparues entre les étudiants et la police. Lors des interventions des forces de l’ordre, plusieurs personnes ont été blessés. Certains ont même parlé de violence policière.

À lire aussi : Lyon : deux étudiants lancent un kit de survie pour étudiants

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Culte | On a revu ... La croisière s'amuse accostait sur nos écrans (ABC)

À la uneInternational

22 mineurs coincés sous terre en Chine pour au moins 15 jours

À la uneBrèvesSport

Zinédine Zidane testé positif à la Covid-19

À la uneInsoliteInternational

Bernie Sanders victime de l'imagination des internautes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux