À la uneInternationalSanté

L’Estonie et l’OMS veulent créer des passeports de vaccination pour le monde entier

L’Estonie mène avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) des tests qui pourraient permettre de développer des passeports vaccinaux numériques.

Aurons-nous bientôt besoin d’un passeport vaccinal pour pouvoir voyager à l’étranger ? C’est l’idée envisagée par l’Estonie qui dirige actuellement avec l’OMS des tests visant à développer des passeports vaccinaux numériques. Le pays d’Europe du Nord aimerait que ces passeports deviennent mondialement reconnus et utilisés. “La solution devra fonctionner aussi bien en Érythrée qu’à Singapour“, a indiqué Marten Kaevats, conseiller du gouvernement estonien sur les questions technologiques.

L’Estonie dispose déjà de son propre système de dossiers de santé électroniques regroupant les informations sur les vaccins. Mais la plupart des pays du monde n’en ont pas. Il n’existe pas non plus de méthodes de reconnaissance mutuelle de ce genre de documents à l’échelle nationale.

Une carte jaune à puce

L’OMS et l’Estonie se sont accordés pour développer une “carte jaune à puce“. C’est une version numérique d’un système de documents en papier existant permettant de prouver la vaccination contre la fièvre jaune.

La société Estonienne collabore notamment avec l’Islande, la Hongrie et la Lituanie, ainsi qu’avec AstraZeneca. L’Estonie a déjà travaillé auparavant sur des avancées technologiques, comme sur Skype, sur le vote électronique ou sur les robots de transport. Selon un médecin qui travaille sur des certificats numériques de Covid-19, les premiers pays commenceront à utiliser les passeports numériques au niveau national “dans les semaines à venir “.

Et le respect de la vie privée?

Le projet prévoit que les citoyens seront autorisés à supprimer leurs données. Les groupes technologiques ne devraient pas non plus être autorisés à tirer profit des données personnelles. Mais de telles initiatives soulèvent encore des “questions essentielles de protection des données et de la vie privée”, selon Anna Beduschi, professeur agrégée de droit à l’université d’Exeter en Grande-Bretagne. Selon elle, ces passeports risquent de créer “une nouvelle distinction entre les gens, en fonction de leur état de santé”.

Avant de déployer de tels systèmes technologiques, la professeur affirme qu’il faudrait d’abord rendre les vaccins disponibles partout et prévoir des alternatives pour ceux qui ne peuvent pas être vaccinés, comme pour les femmes enceintes. 

À lire aussi : La Corée du Nord a dérobé 300 millions de dollars de cryptomonnaies

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInsoliteInternational

Un astéroïde "potentiellement dangereux" frôlera la Terre

À la uneFranceSanté

Olivier Véran annonce un confinement le week-end pour deux semaines à Dunkerque

À la uneFrance

Un homme détourne l'indemnisation de sa fille Alice, blessée lors de l'attentat du 14 juillet 2016

À la uneEmissionsLes Prolongations

Les Prolongations, hors-série LDC (Atlético Madrid - Chelsea) #2

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux