À la uneCultureHigh TechPop & Geek

On à la preuve que jouer à GTA ne rendrait pas plus violent

Malgré les idées reçues, la science vient de prouver que jouer à un jeu violent comme Grand Theft Auto ne rend pas violent pour autant.

Depuis des années, les médias comme les parents aiment taper sur les jeux vidéo pour expliquer le comportement de leurs ados. Des dizaines d’études ont pourtant prouvé le contraire. Et une nouvelle vient de voir le jour. Growing Up with Grand Theft Auto: A 10-Year Study of Longitudinal Growth of Violent Video Game Play in Adolescents vient apporter une pierre à l’édifice en affirmant prouver que le jeu Grand Theft Auto (GTA) ne rendrait pas les gens violents.

Cinq-cents adolescents, filles comme garçons, de toutes origines sociales, ont été mis à contribution depuis 2007 pour mener à bien ces recherches. Les membres ont aujourd’hui 23 ans en moyenne et avaient 10 ans pour les plus jeunes au début de l’étude. Une première du genre donc puisqu’il s’agit de la première étude du genre menée sur le long terme — plus de dix ans — et “centrée sur les personnes”.

Trois catégories ont été formées selon les jeux auxquels les jeunes ont joué à un très jeune âge. Ceux qui ont joué à plusieurs jeux très violents (4 %), à des jeux modérément violents (23 %) et à des jeux peu violents (73 %). Grand Theft Auto IV et V faisant parti des “jeux très violents”. La saga est tout aussi connue pour être l’une des plus vendues de l’histoire du jeu vidéo, mais aussi pour être l’une des plus violentes. Lui valant de nombreuses critiques car elle prônerait l’agressivité.

Extrait des données de l’étude

Mais l’étude prouve — une fois de plus — que les enfants qui jouaient à des jeux très violents ont réduit la consommation de ces derniers dans les dix années qui ont suivi. Elle parle même d’une lassitude vis-à-vis de ces contenus brutaux lorsqu’ils se remettent à y jouer. Elle conclut surtout n’avoir décelé “aucune différence [significative] de comportement prosocial à la fin de l’étude entre ces trois groupes“. Les jeux “très violents” ne rendraient donc pas les joueurs plus agressifs que la normale. Une bonne nouvelle pour les fans de jeux vidéo donc, mais une mauvaise pour le reste de l’humanité qui va devoir trouver une autre raison à la violence de certains jeunes.

A lire aussi : Esclaves sexuelles : la justice sud-coréenne s’attaque à Tokyo

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternationalMode

Rihanna collabore avec la photographe Lorna Simpson pour le magazine Essence

À la uneInternationalSportSports d'hiver

Alpinisme : des népalais réussissent la 1ère ascension hivernale du K2!

À la uneActualitéBons PlansFranceSorties

Guide Michelin 2021 : Alexandre Mazzia seul chef 3 étoiles

À la uneFrancePolitique

Mariage de Jean-Marie Le Pen : même ses filles n'étaient pas au courant

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux