Annoncé par les géants du web Facebook, Twitter, Google et Microsoft, le projet permet de faciliter la portabilité des données de leurs utilisateurs.

C’est une annonce qui suscite bien des réactions, notamment après le scandale Cambridge Analytica qui a secoué Facebook en mars dernier. Plusieurs géants du web ont annoncé vendredi la mise en place du « Data Transfer Project », qui s’inscrit ainsi dans le « Règlement général sur la protection des données », entré en vigueur dans l’Union européenne en mai dernier, et qui prévoit, entre autres nouveaux droits pour les internautes, le principe de « portabilité des données ».

A lire aussi : Tout comprendre sur l’affaire Cambridge Analytica en 4 points

Qu’est-ce-que le « Data Transfer Project » ?

Pour l’heure, certains réseaux sociaux, à l’image de Facebook, offrent déjà la possibilité pour leurs utilisateurs de télécharger l’ensemble de leurs données -photos, messages et contacts- transmis sur le site. Mais la démarche, quelque peu fastidieuse, ne permet pas de retélécharger ces fichiers vers un autre service car ils ne sont pas technologiquement compatibles, rendant de facto impossible de quitter un service ou un réseau social pour en choisir un autre sans perdre toutes ses données.

C’est là qu’intervient le « Data Transfer Project », dont l’idée est de créer une plateforme ouverte commune qui permette aux services de transférer vos données directement via un format numérique compatible.

Comment ça marche ?

D’abord, la plateforme récupère les données des internautes sur le réseau social d’origine, à l’aide des fonctionnalités déjà présentes sur le site. Puis, elle encode ces données dans un format commun et unique, permettant de regrouper des données issues de différents sites dans un même dossier. Enfin, elle va transférer ces données de manière sécurisée vers le nouveau site sur lequel les utilisateurs souhaitent les récupérer.

A l’heure actuelle, le projet actuel ne concerne que Facebook, Twitter, Google et Microsoft, mais ceux-ci ont invité les autres entreprises à se joindre à cette initiative.

Et la sécurité dans tout ça ?

Le Data Transfer Project étant aussi une affaire de sécurité, tous les portages de données de service à service seront évidemment protégés. D’une part, les deux services devront être mis en relation et s’accorder sur le transfert après authentification de la part de l’utilisateur sur l’un et l’autre ; d’autre part, tous les éléments transférés le seront de manière chiffrée. Chaque transfert doit en effet être protégé par une clé unique.