À la uneActualitéÉtudiantFranceReportagesSociétéSociété

REPORTAGE : Un après-midi avec les Jeunes Maraudeurs

Étudiants et lycéens bordelais, ils viennent en aide depuis plus de quatre ans aux sans-abris lors de maraudes. Rencontre de jeunes ordinaires à l’engagement extraordinaire.

Les Jeunes Maraudeurs ou le besoin de venir en aide aux plus démunis

En 2016, deux élèves du lycée Pape Clément à Pessac (Gironde), Yanis et Kiara, constatent qu’il leur est difficile d’accepter le confort de vie dont ils bénéficient alors que d’autres vivent dans la plus grande pauvreté. De ce sentiment d’injustice naquît alors la nécessité d’agir. C’est ainsi que débutèrent les premières maraudes auprès des sans-abris de Pessac et de Bordeaux. Une maraude est un parcours effectué sur un secteur précis, de jour comme de nuit, par un groupe associatif afin d’apporter une aide psychologique et de répondre au manque de besoins primaires des personnes vivant dans la rue.

Le 3 mai 2018, alors que le duo est devenu une association à part entière, les Jeunes Maraudeurs reçoivent le prix SERVIR du Rotary Club (association humanitaire internationale pouvant entre autres parrainer des projets). Une reconnaissance et un soutien qui les poussa à continuer dans leur démarche. Actuellement, l’association compte une vingtaine de membres déterminés à épauler les plus nécessiteux.

Avec la pandémie de la Covid-19 et les mesures sanitaires prises par l’État pour lutter contre sa propagation, les sans-abris se sont retrouvés plus isolés que jamais. Les Jeunes Maraudeurs ont alors repris l’initiative des boîtes solidaires en décembre 2020. Actifs sur les réseaux sociaux, ils ont réalisé un appel aux dons de ces fameuses boîtes composées chacune d’un vêtement chaud, de denrées, de produits d’hygiène et d’un mot réconfortant. Angélique Sicault, la vice-présidente, m’indiqua que ” l’opération avait été un réel succès et qu’au moins une centaine de boîtes avaient été distribuées aux sans-abris“.

@lesjeunesmaraudeurs (Instagram)

Cet élan de générosité fut pour ces jeunes la preuve que la solidarité existe toujours et que leur combat n’était pas vain. Conscients que la période hivernale est difficile à supporter pour les personnes vivant dans la rue, les Jeunes Maraudeurs multiplient actuellement les opérations de maraude en plus de celle des boîtes solidaires afin de leur apporter une aide régulière.

La maraude, une bouée de sauvetage pour ne pas sombrer

Équipés de sacs et de caddies remplis de vivres et de vêtements, les Jeunes Maraudeurs sillonnent les rues de la capitale girondine en vue de les distribuer aux sans-abris. Une douzaine d’entre eux étaient présents ce samedi 13 février et il fut décidé de partager le groupe en deux de façon à ne pas effrayer les personnes sans domicile fixe (SDF). L’oeil scrutant le moindre coin de trottoir, ces jeunes mettent un point d’honneur à n’oublier personne. Si pour certains c’est leur première maraude, d’autres comme Angélique sont plus expérimentés et n’hésitent pas à aborder les sans-abris.

Ces derniers, malgré leurs situations, les accueillent avec un grand sourire. Le temps d’un café ou de choisir un vêtement chaud, ils renouent avec l’humanité dont on les a trop souvent privé. Les maraudeurs sont bienveillants et à l’écoute des confidences qui leur sont faîtes. Ce samedi, la rencontre de Stefan marqua particulièrement le groupe. Âgé de 52 ans, il est à la rue depuis un certain temps. Originaire de Roumanie, il avait servi la France durant 10 ans dans les rangs de la Légion étrangère. En dépit de la barrière de la langue, les maraudeurs parvenaient à communiquer avec lui. À de nombreuses reprises des rires furent échangés notamment lorsque Stefan essaya de deviner l’âge des jeunes engagés :

Stefan (Maëva Dumas / VL MEDIA)
Stefan (52 ans)

L’ air de rien, ce moment fut pour lui un instant de bonheur ainsi que pour les Jeunes Maraudeurs. Aux rires se joignirent les larmes lorsqu’il évoqua son passé à l’armée et l’abandon de ses proches. Cependant, avec un courage incroyable, il nous expliqua que ni les malheurs qu’il avait connu et ni sa situation actuelle n’ont ébranlé sa personnalité et son caractère. Les maraudeurs furent véritablement touchés par cette force intérieure qui avait résisté à tant d’épreuves. Le sentiment d’être utile et d’apporter un peu de chaleur, voilà ce qu’ils ressentaient en allant vers ces personnes isolées. La jeune maraudeuse Léa témoigne de son ressenti quant aux maraudes et à ses rencontres avec les sans-abris :

Léa (Maëva DUMAS / VL MEDIA)
Léa, étudiante et jeune maraudeuse

Humbles, ils acceptent de ne pas pouvoir secourir tout le monde mais tentent néanmoins d’aider autour d’eux. Ces rencontres sont un moteur qui les poussent à continuer dans leurs engagements et ils en tirent des leçons de vie. C’est le cas d’Angélique qui me confie un moment qui l’a particulièrement marqué :

Angélique Sicault ( Maëva DUMAS / VL MEDIA)
Angélique Sicault, vice-présidente de l’association des Jeunes Maraudeurs

Les maraudes qu’ils effectuent sont à l’image de leur détermination : faire le maximum avec les moyens qu’ils ont. C’est dans une bonne ambiance qu’ils se regroupent à chaque fois pour venir en aide au plus démunis. La vice-présidente, Angélique Sicault, m’explique que dans l’avenir l’association souhaite s’agrandir pour être toujours plus disponible à aider les sans-abris.

Aperçu de la situation des sans domicile fixe en France

Les associations comme celle des Jeunes Maraudeurs sont essentielles pour épauler les sans-abris au quotidien. Isolés, souffrant de la faim et du climat en fonction des saisons, elles sont souvent leur seul véritable lien social.

Selon un rapport de la Fondation Abbé Pierre sur la question du mal-logement en 2020 et 2021, 300.000 personnes ont été recensées en novembre 2020 comme sans-domicile et parmi elles on comptait environ 27.000 sans-abris. Un sinistre chiffre qui n’a cessé d’augmenter depuis le début de la pandémie de la Covid-19. Le nombre d’allocataires du RSA ayant augmenté d’environ 10% durant l’année 2020, la précarité s’est accrue ainsi que le risque pour certaines personnes de se retrouver à la rue.

Pour lutter contre l’accroissement de la misère en France, les associations sont aujourd’hui plus encore sur le front pour apporter aides et soutien aux personnes touchées. Parmi elles le Secours Populaire, la Croix-Rouge française, le Samu social, Entourage et bien entendu les Jeunes Maraudeurs.

Pour continuer leurs combats, ces associations ont également besoin d’aides qui se manifestent majoritairement par le don.

Si vous souhaitez soutenir les Jeunes Maraudeurs, il vous est possible de leur faire un don directement sur leur site internet. De plus, vous pouvez les retrouver sur Instagram (@lesjeunesmaraudeurs) et sur Facebook pour suivre leurs actualités. Enfin, vous pouvez les contacter directement sur les réseaux sociaux ou par mail ([email protected]) pour les rejoindre ! À l’instar des autres associations, les Jeunes Maraudeurs recrutent pour se déployer encore plus dans Bordeaux et ses environs.

Les Jeunes Maraudeurs ce samedi 13 février 2021 (Maëva DUMAS / VL MEDIA)

Face à la pauvreté grandissante, ces jeunes ont décidé de s’engager par solidarité et ils sont déjà reconnus pour leurs actions dans toute la métropole bordelaise.

About author

Pigiste VL Média Bordeaux
Related posts
À la uneSéries Tv

Les Simpson renouvelés pour une saison 33 et 34

À la uneFranceMédias

Des journalistes BFMTV et leurs consultants santé verbalisés dans un restaurant clandestin

À la uneÉtudiantFemmesFrance

Carrefour s’engage contre la précarité menstruelle

À la uneActualitéFrancePolitique

Gérald Darmanin annonce la dissolution de Génération identitaire

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux