À la uneActualitéCultureHigh TechInternationalLittérature

Salon du Livre 2016 : La Corée, le futur et l’édition

Comme c’est maintenant la tradition, le Salon du Livre 2016 de Paris met chaque année un pays à l’honneur en lui réservant un grand espace d’expression. Cette année, c’est la Corée du Sud et sa littérature innovante et résistante qui nous rend visite.

Entre séances de dédicaces bondées et défilés de visites protocolaires des dignitaires de la République (Valls, Copé, Juppé), le grand carré dédié à la Corée, pays invité d’honneur cette année, fait figure d’îlot d’organisation au milieu de la cohue ambiante.

Ce ne sont pas moins de 30 auteurs et dessinateurs qui ont fait le déplacement, dont le célèbre Kim Jung-Ji, star du dessin en direct et invité permanent du Festival d’Angoulême. Ces ambassadeurs sont venus proposer conférences, animations et démonstrations de leurs savoir-faires devant un Salon impressionné par le professionnalisme de la délégation coréenne.

Quelques unes des personnalités invitées au Salon

La Corée du Sud fait valoir son dynamisme et son magistère d’innovation 2.0 dans un secteur culturel qui essaye encore de comprendre les possibilités offertes par internet et l’édition 2.0. Qualifié de Tigre de l’Asie pour son miracle économique foudroyant, la Corée du Sud se construit pièce par pièce une forme de soft power qui lui permet d’exister à l’international, elle qui occupe une petite péninsule entre les géants géoculturels que sont la Chine et le Japon. Après la K-Pop ou les le K-Comics, la Corée prouve que son offre internationale ne se résume pas à quelques produits niches.

Car la Corée du Sud n’est pas seulement venue pour faire de la figuration. M. Kim Jong-deok, ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme garde la tête sur les épaules : « Notre but est de renforcer les échanges entre la Corée et la France. Nous espérons que les éditeurs du monde entier pourront y découvrir l’édition coréenne et que ce salon contribuera à faire monter d’un cran les échanges et la coopération entre éditeurs. »

Dans la lignée des services à l’autoédition, très présente sur le salon cette année, Grafolio est un réseau social de contenu créatif. Un espace ou des artistes de tout genre et de tout média peuvent diffuser, partager et vendre leur art. Le site se veut innovant : il propose aux artistes de partager des « storypics », sorte d’œuvre hybride entre storyboard et série d’images scénarisée. Ce format encore inédit en France permet aux artistes d’amener un certain mouvement dans leurs œuvres, tout en respectant les impératifs des nouveaux amateurs d’art, plus consommateurs que contemplateurs, moins patients que partageurs. Fort de 9000 artistes actifs et de plus de 130 000 utilisateurs répartis dans tous les pays, Grafolio est en passe de réussir son pari. Le responsable du contenu, Louis Rho, se félicite d’avoir créé un écosystème fonctionnel pour les illustrateurs en ligne.

Une oeuvre de Puuung, une des artistes phares de Grafolio présente au Salon

Une oeuvre de Puuung, une des artistes phares de Grafolio présente au Salon

Le stand Grafolio contraste assez nettement avec le reste du Salon. Aéré et dépouillé, quatre artistes sélectionnés y sont représentés, et les mini-affiches en libre-service partent au moins aussi vite que les coupes de champagne. Ryan Kim, responsable communication du site internet confie: « J’étais surpris de découvrir à quel point les gens s’intéressent à la Corée. Dans la ville de l’Art, nous sommes honorés d’avoir été invités, et fiers de faire découvrir nos livres, nos images et notre culture aux parisiens. »

Du 15 au 19 Juin 2016 se déroule le Salon International du Livre de Séoul. Une bien belle opportunité pour les éditeurs français de s’inspirer de l’inventivité de leurs collègues du Pays du Matin Calme.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédias

The Voice : qui sont les candidats qualifiés pour la finale ?

ActualitéFootSport

Milan AC et l’Inter Milan : une rivalité historique 

À la uneMédiasMusiqueSport

Euro 2024 : quel groupe de musique choisi par TF1 ?

À la uneFaits DiversInternational

Traque de Mohamed Amra : c’est quoi la “notice rouge” émise par Interpol ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux