À la uneSéries Tv

5 raisons de redécouvrir le dessin animé Les aventures de Tintin

C’est le 5 mai 1992 que débute sur FR3 (puis France 3) l’excellent dessin animé Les aventures de Tintin. Comme il fête ses 30 ans cette année, voici pourquoi le revoir.

Alors que grâce à la 5 puis la 6, le public français redécouvre les séries en prime time, FR3 innove en lançant le 5 mai 1992 une nouvelle adaptation des Aventures de Tintin. Avec une ambition : adapter tous les volumes de la BD là où les précédentes éditions avaient plutôt opté pour des épisodes « isolés ». Et en la matière, cette version est très réussie. Seuls 3 volumes ne seront pas adaptés : Tintin au pays des SovietsTintin au Congo (trop colonialiste) ainsi que le dernier Tintin et l’Alph-Art.

Une production soignée

Des dessins soignés, une musique impeccable, un sens de la narration qui respecte l’œuvre, tout a été pensé par la société Ellipse (Philippe Gildas) pour produire le meilleur dessin animé possible qui saura ravir les petits comme les grands. Un budget considérable de 400 000 dollars par épisode représente à l’époque une vraie prise de risque pour la société qui doit s’assurer le soutien des ayants droits de Hergé !

Un doublage particulièrement réussi

Pour permettre une immersion totale dans les histoires il fallait assurer un doublage qui colle véritablement aux personnages. Notamment le choix qui allait se porter sur l’acteur qui devait donner sa voix à Tintin était primordial. C’est l’acteur Thierry Wermuth qui en hérite (il sera aussi la voix de Dawson) et il donne à Tintin sa voix de jeunes adultes que l’on aime tant. A ses côtés, on retrouve entres autres : Christian Pelissier (Capitaine Haddock) ou Henri Labussière (Professeur Tournesol).

Une BD animée

C’était la condition pour obtenir les droits de licence que l’animation ne trahisse pas les traits de la BD. Pour qui a lu les planches du héros de Hergé ne peut être frappé par la transposition qui en découle sur l’écran. A chaque épisode et à chaque instant, on a l’impression de voir la BD prendre vie sous nos yeux. Comme Tchernia l’avait fait avec Asterix, Robert Réa (producteur de la série) le fera aussi avec Tintin. Un plaisir de tous les instants.

Une bande son particulièrement prenante

Comme on aime les compositeurs, retenons ceux à l’on doit la très belle musique de la série : Ray Parker, Jim Morgan, et Tom Szczesniak. Notamment celle du générique qui accompagne les spectateurs et les emmène à l’aventure.

Une diffusion audacieuse

Si la diffusion en prime de séries semble aujourd’hui commune, ça n’a pas toujours été le cas. Et encore moins quand il s’agit de dessin animé. Proposer un tel programme en prime time sur une chaîne comme FR3 n’avait rien d’évident. Tout le monde raillait Agnès Vincent (directrice de l’unité jeunesse de la chaîne) pour cette proposition qui allait à l’encontre de ce qui se faisait. Et qui pourtant débouche sur un carton avec plus de 25% de part de marché. Ce qui en fait une réussite artistique et publique.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneMédiasMusique

The Voice - Alphonse : "J'aime les artistes libres"

À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneCultureMusique

Elektric Park 2024 : le festival électro à ne pas manquer !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux