À la uneActualitéFrancePolitique

A Paris, une COP21 sans la société civile ?

Jeudi 18 novembre, Laurent Fabius a annoncé l’annulation des marches pour le climat qui devaient se dérouler le 29 novembre et le 12 décembre à l’occasion de la Conférence de Paris pour les changements climatiques (COP 21).

Les attentats de Paris qui se sont déroulés le vendredi 13 novembre ont mis en lumière les failles du système de sécurité français. Alors que l’on se demandait si la France pouvait accueillir la COP 21 à la fin de ce mois, le président François Hollande a coupé court à ces interrogations en affirmant que le calendrier prévu initialement ne changerait pas. La COP21 aura bel et bien lieu mais des conditions seront fixées car une sécurité renforcée s’impose.

A cet effet, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, annonce l’annulation des marches pour le climat qui devaient se tenir le 29 novembre – marche mondiale pour le climat – et le 12 décembre – l’action de désobéissance civile.

“Dans le contexte actuel, l’exigence de sécurité l’impose” justifie-t-il cinq jours après les pires attentats que le pays ait jamais connus. Toutefois, Laurent Fabius précise que “tous les évènements mobilisantsla société civile au Bourget sont maintenus” ainsi que l’exposition “Solution Cop 21” au Grand Palais. La sécurité sera renforcée dans ces lieux.

A la recherche d’un autre modèle de mobilisation

L’annonce de Laurent Fabius a été une douche froide pour de nombreuses associations qui préparaient cet évènement depuis deux ans maintenant. Mais, pour la plupart d’entre elles, il est hors de question de baisser les bras. “Nous n’avons pas le droit de baisser les bras, il faut imaginer des mobilisations citoyennes alternatives” réagit Mathieu Orphelin de la fondation Nicolas Hulot. Pour Juliette Rousseau, coordinatrice de la Coalition climat 21, “il n’y a pas de COP 21 sans mobilisation de la société civile”, elle entend ainsi trouver “une forme alternative de mobilisation citoyenne, pour montrer que la COP21 ne se fera pas uniquement avec les négociateurs”.

Si certains accueillent cette nouvelle avec diplomatie, d’autres n’hésitent pas à monter au créneau, à l’instar de Maxime Combes de l’association ATTAC. Il déclare “ce n’est pas en demandant la permission que l’on écrit l’histoire”.

A ce jour, une centaine de signataires ont lancé un appel sur le site Mediapart pour soutenir malgré l’interdiction les grandes mobilisations citoyennes.

Les alternatives sont en marches. En association avec WWF, France nature environnement (FNE) et Greenpeace, la Fondation Hulot a décidé de mettre en place l’opération “Marche4me”. Elle permettrait la création d’une chaîne de solidarité internationale en demandant à d’autres marcheurs du monde entier de “marcher pour les citoyens français“. Par un dispositif de mise en lien, les marcheurs étrangers pourraient ainsi marcher pour les français en arborant leur photo et prénom. Avec 57 marches prévues dans le monde entier lors de la COP 21, la Fondation Hulot souhaite que toutes les personnes privées de marches à Paris soient représentées dans les différentes marches mondiales.

D’autres comme Maxime Combes, membre d’ATTAC, souhaitent massivement investir les espaces que l’Etat à maintenu. “Le Gouvernement a décidé de maintenir l’Espace Génération climat, au Bourget, qui va accueillir les initiatives et présentations des multinationales” déclare-t-il avant d’ajouter “pourquoi ne pas l’occuper, de façon permanente et désobéissante, tout en empêchant tous les porteurs de propositions inacceptables (biotechnologies, géo-ingéniérie, etc…) de tenir leurs initiatives ?”

Quoiqu’il en soit, la société civile ne souhaite pas s’arrêter là. La hausse des températures – une hausse de 0,85 degré selon les derniers chiffres du GIEC – les échecs des autres conférences climatiques, les poussent à rester dans le débat, afin de prendre les meilleurs décisions pour l’avenir. Pour être aux premières loges d’un accord qui pourrait remplacer le protocole de Kyoto d’ici à 2020. “L’accord de Paris ne réglera pas tout. Mais il pourrait être un vrai tournant, le début d’un engagement mondial, de l’espérance d’un avenir meilleur” déclare la Fondation Hulot.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneLa Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Ulysse 31, le dessin animé qui revisite la mythologie grecque en version SF

À la uneActualitéInternational

La Chine interdit toutes les transactions financières en cryptomonnaies

À la uneActualitéSorties

Sauvez le cinéma : Le nouvel escape game du Grand Rex

À la uneActualitéArt / ExpoCultureMusiqueReportages

On a testé pour vous … la 8e édition de l’Urban Week, le festival qui célèbre la street culture

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux