À la uneActualitéBasketSport

ABCD…NBA

L’année s’achève, il est l’heure de faire les comptes. Au programme de cet abécédaire, des joueurs et des faits en veux-tu en voilà.

Alors, on fait le bilan calmement comme disaient les Neg’Marrons, n’est-ce pas ?

A comme… AT&T Center. Les San Antonio Spurs ont décroché leur 19ème victoire consécutive à domicile cette saison. Il s’agit du meilleur début de saison à domicile pour une équipe de la Conférence Ouest depuis les dix-huit succès des Rockets d’Hakeem Olajuwon lors de la saison 85-86.

B comme… Bryant. Toute bonne chose à une fin, même si l’on savait que Kobe Bryant disputerait sa dernière saison NBA, cela s’est confirmé le 30 novembre dernier. Récemment annoncé en tête des votes pour l’All-Star Game, on espère voir le Black Mamba briller encore avec les Lakers, bien que cela semble compliqué.

C comme… Curry. Nommé « Athlète Américain de l’année »  par l’agence de presse Associated Press, l’homme fort des Warriors a tout bonnement régalé en cette première partie de saison. Depuis le début de la ligue, Curry tourne à 31,8 points, 5,4 rebonds et 6,2 passes en moins de 35 minutes de présence sur le parquet !

D comme… Detroit. Les Pistons, au fond du gouffre il y a un an, sont la surprise du début de saison à l’Est. Emmenés par un Reggie Jackson de feu et un Andre Drummond en constante progression, les supporters de Detroit peuvent à nouveau rêver de play-offs.

E comme… Embiid. Drafté en 3ème place par les Sixers en 2014, et encore considéré comme rookie, Joël Embiid attend toujours de disputer son premier match en NBA, et ce, depuis deux ans déjà. Une bonne nouvelle pour lui: il a été prolongé jusqu’en 2017, mais  reste à voir s’il fera des efforts dans son programme de rééducation (au pire des cas, il reste Rihanna, mais bon).

F comme… Fournier. Le français qui sera « restricted free-agent» (Orlando pourra s’aligner sur les propositions de la concurrence) l’été prochain a su enchaîner les bonnes performances comme ses quatre matchs à plus de vingt points. Evan est sans aucun doute le joueur clé des Magic d’Orlando actuellement.

G comme… Golden State (forcément). Avec leur superbe série de 24 victoires de suite. Reste à voir s’il peuvent dépasser le record de 72 V -10 D (en saison régulière) des Bulls de Jordan en 95-96. Fessée par Dallas cette nuit, on espère que la machine va se relancer.

H comme… Houston. Nous avons des problèmes : James Harden prend la grosse tête et parle dans sa barbe (excellente blague dis donc) au point d’influencer directement le collectif texan. Kevin McHale lui, a été démis de ses fonctions, et c’est JB Bickerstaff qui fait de son mieux pour booster le collectif de Capela, Howard ou encore le décevant Ty Lawson, inexistant depuis le début de la saison.

I comme… Iguodala. Discret dans le collectif bien huilé des Warriors, Andre est tout bonnement le deuxième meilleur joueur de l’équipe au niveau des passes et le troisième aux interceptions. Andre Iguodala est tout simplement le deuxième shooteur le plus adroit de toute la NBA à 3-points, derrière le joueur des Spurs, Kawhi Leonard. Comme quoi on peut bien jouer sans se la péter, non ?

J comme… Jahlil Okafor. Inexistant. Tel est le mot parfait pour qualifier le numéro 3 de la draft 2015. Le rookie, annoncé comme un très sérieux prétendant au titre de ROY, n’arrive pas à s’imposer. Toutefois, il fait parler de lui dans un autre domaine que sont les médias.

K comme… Kristaps Porzingis. Rookie lui aussi, il a su mettre tout le monde d’accord après avoir été tant décrié. Actuellement, le joueur de New–York compile 14 points et 9.2 rebonds. Avec Carmelo Anthony, ils forment la paire offensive des Knicks.

L comme… LeBron. Le natif d’Akron vient de gravir deux nouveaux échelons : avec 25 623 points en carrière, le voilà 17ème au classement des meilleurs marqueurs NBA, dépassant ainsi Alex English, ancien joueur des Nuggets. James a également dépassé Stephon Marbury, devenant ainsi le 22ème meilleur passeur de l’histoire avec 6 473 passes en carrière.

M comme… Médias. De nombreux joueurs ont excellé sur et en dehors des parquets à l’instar de Markieff Morris, qui a été suspendu deux matchs pour avoir jeté sa serviette sur son entraîneur (le respect s’est perdu),  ou bien Jahlil Okafor, notre cher rookie qui est plus efficace en boxe (bagarre de rue) qu’autre chose.

N comme… Nicolas Batum. Fraîchement arrivé à Charlotte, le français est déjà présenté comme étant le meilleur transfert de l’histoire de la franchise ou encore le prochain All-Star de l’équipe. En seulement une vingtaine de match, Batum a conquis Charlotte, et c’est beau à voir. Qui a dit qu’il resterait à Portland ?

O comme… Oklahoma City. Le trio Ibaka-Durant-Westbrook fonctionne toujours à merveille, mais le problème vient de la faible utilisation du banc. Pourtant, celui-ci comporte des joueurs talentueux tel que Enes Kanter ou encore D.J. Augustin, pour ne citer qu’eux.

P comme… Philadelphie. Que dire sur cette équipe ? Les Sixers sont bien partis pour établir un nouveau record du plus petit nombre de victoires sur une saison. Avec trois victoires pour trente et une défaites, c’est une démonstration de nullité à laquelle nous assistions.

Q comme… Quatre. Le nombre de prolongations qu’il aura fallu pour départager Detroit et Chicago. Au terme d’un match fou, avec 291 points inscrits par les deux équipes, il aura fallu un grand Reggie Jackson lors de l’ultime période pour mettre fin au débat. Grâce à lui, les Pistons se sont imposés (147-144) contre des Bulls qui tenaient pourtant le match.

R comme… Russell. Westbrook ou monsieur triple double, comme vous le voulez. Toujours aussi rapide et puissant, le meneur de jeu d’OKC compte déjà 3 triple doubles cette saison, dont deux d’affilée. Le Thunder a gagné 10 de ses 12 derniers matches en partie grâce au MVP du dernier All Star Game et son énergie fulgurante.

S comme… Sacramento. Depuis le départ de Mike Malone, les Kings sont inconstants, enchaînant les bonnes et mauvaises performances. Ils ont perdu leur stabilité technique et collective, malgré des forces en présence comme Rondo ou encore Gay, qui peinent à mener l’équipe.

T comme… Towns. Karl-Anthony, le number one de la draft, a su répondre aux attentes. L’intérieur des Wolves âgé de 19 ans seulement tourne à 16.1 points, 9.3 rebonds de moyenne, le tout en étant altruiste, alors que demande le peuple ? Quoi qu’il en soit, le choix de Minnesota s’est avéré concluant.

U comme… Une statistique ou plutôt 5×5. Cela correspond à au moins 5 unités dans les catégories suivantes : points, rebonds, passes, interceptions, contres. Draymond Green a réalisé l’exploit ce mois–ci, face à Boston avec 24 points, 11 rebonds, 8 passes, 5 interceptions et 5 contres. En 40 ans, il  est le troisième joueur NBA à avoir réussi au moins 20 points, 10 rebonds, 5 passes, 5 interceptions et 5 contres dans le même match, avec Olajuwon et Coleman.

V comme… Victoire et même record. Toronto pourra féliciter DeMar DeRozan et Kyle Lowry pour la première partie de saison. Les Raptors ont ajouté une vingtième victoire à leur bilan et ce, avant le Nouvel An. Cette prouesse a été réalisée pour la deuxième fois seulement depuis le début de l’histoire de la franchise.

W comme… Washington. C’est l’une des déceptions de ce début de saison. Les play-offs des Wizards laissaient à penser que la franchise serait prête à passer un cap. Mais le début de cette saison 2015-2016 est complètement aberrant. Avec un John Wall maladroit et un Bradley Beal qui multiplie les frasques, Washington peine à la 11ème place de la conférence Est.

X comme… Facteur X. Enes Kanter, qu’on pourrait qualifier de leader de la « second unit » (le banc) répond à toutes les attentes. Quand il entre en jeu, le turc arrive à insuffler un nouveau souffle à l’équipe. En témoigne le match face à Denver, ou il a su faire la différence dans le dernier quart temps, pour permettre à Oklahoma de l’emporter.

Y comme… Yeah ! C’est sûrement la réaction la plus commune des supporters de Portland vis-à-vis des récentes performances de C.J McCollum, qui possède une moyenne de 20 points par match contrairement à la saison passée, où il ne pointait qu’à 6 points.  Peut-être un futur MIP.

Z comme… Zaza Pachulia. Il a déboulé à Dallas, en tant que « second choix » parce que DeAndre Jordan avait finalement choisi de prolonger aux Clippers. L’ex intérieur des Bucks tourne déjà à 10.8 points et 10.2 rebonds de moyenne contre 8.3 points en 73 matchs joués l’année dernière !

Bonus : Un bêtisier de cette première partie de saison pour finir comme il se doit !

YouTube video

Voilà pour cette première partie de saison. Je tiens à remercier Ash Dé, d’avoir contribué à cet abécédaire sportif. Bonne année à toutes et à tous sur les parquets de la NBA !

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéBuzzJeux Olympiques Paris 2024

C’est qui Baptiste Moirot, le porteur de la flamme olympique ?

ActualitéEquitationSport

L'équithérapie : guérir grâce aux chevaux

À la uneFranceSport

JO 2024 : comment fonctionne le système “anti-drones” ?

ActualitéFaits Divers

Disparition d’OJ Simpson : c’est quoi cette affaire de meurtre pour laquelle il fut condamné ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux