À la uneInternational

Cité maya découverte par un ado de 15 ans : tout était faux !

Des scientifiques ont démystifié la découverte de la cité maya par William Gadoury, un adolescent québécois de 15 ans.

La belle histoire de l’adolescent québécois de 15 ans découvrant une cité maya en observant les constellations a été démystifiée par des scientifiques.

L’histoire, révélée par le Journal de Montréal le samedi 7 mai, avait été reprise par de nombreux autres médias dans le monde. William Gadoury, 15 ans, avait découvert une cité maya perdue dans la jungle mexicaine juste en observant les constellations.

Partant de la théorie selon laquelle l’emplacement géographique des cités maya était calqué sur les constellations, l’adolescent s’était rendu compte qu’il manquait une ville au point correspondant à une étoile de l’une de ces constellations. Il avait ensuite vu sur les images satellites qu’à cet endroit se trouvaient justement des structures en pierre s’apparentant à une pyramide et à une trentaine de bâtiments.

Mais selon des scientifiques, cette théorie ne tient pas debout. “Avec mes collègues, on rit beaucoup en regardant la carte censée situer l’emplacement de la cité, lâche Marie-Charlotte Arnauld, directrice de recherche émérite à l’ArchAm (Archéologie des Amériques, CNRS UMR8096), spécialiste de l’habitat et de l’urbanisation mayas. L’information géographique fournie est particulièrement mauvaise et aberrante.”

Une drôle de carte

En quoi cette théorie est-elle une aberration ? L’endroit, d’abord situé samedi 7 mai au Belize, s’est retrouvé maintenant situé au Mexique.

Sur cette nouvelle carte de localisation, la cité fait un bond dans l’espace de plusieurs centaines de kilomètres pour se retrouver dans le sud-est de l’état du Campeche, au Mexique, explique Éric Taladoire, Professeur d’archéologie précolombienne, à Bernadette Arnaud, grand reporter à Sciences et AvenirCurieusement, sur cette même carte, le site guatémaltèque de Mirador passe la frontière pour se retrouver au Mexique, ce qui confirme que la géographie n’est pas le fort de cette équipe“.

Par deduction, un adolescent quebecois decouvre une cite maya oubliee

De plus, la zone où est censé se trouver le site en question est archi-prospecté par des centaines d’archéologues. Aucune chance que de telles ruines puissent passer inaperçues, dans une zone aussi peuplée qui plus est. Or le Journal de Montréal évoquait “la 4e plus importante cité maya“, d’une “superficie totale de 80 à 120 km2“,

Un vulgaire champs de courges ?

Si ce n’est pas une pyramide bâtie par les mayas qui a été retrouvée sur ce site, à quoi pouvait bien correspondre la découverte de l’adolescent québécois ?

Le carré qui a été trouvé sur Google Earth est bien d’origine humaine, mais il s’agit d’un ancien champ de maïs ou de milpa en jachère, tranche David Stuart, mayaniste américain, interrogé par le magazine WiredCette histoire à la une des actualités concernant la découverte d’une ancienne cité maya est fausse. J’ai essayé de l’ignorer (ainsi que les demandes des médias que j’ai reçues), mais maintenant qu’elle est sur le site de la BBC, je me sens obligé de dire quelque chose. Toute cette histoire est un gâchis – un terrible exemple de science de pacotille qui frappe un Internet en chute libre. Les anciens Mayas n’ont pas établi le plan de leurs anciennes cités selon les constellations.

“Ce n’est pas la planète Mars !”

Du côté de l’ArchAm aussi, cette découverte n’en est pas une. “Inutile de perdre son temps à essayer de situer le nouveau site du jeune Canadien ; les coordonnées, la carte, le principe de localisation, tout est faux, incohérent et absurde, martèle Marie-Charlotte Arnauld. Cette histoire de planification de l’ensemble des cités en fonction des constellations est une aberration : les constellations sont des constructions culturelles (il s’agit juste de relier des points) et les nôtres nous viennent des Grecs ! De toutes façons, l’hypothèse de départ est fausse : elle oublie 3.000 ans d’Histoire. Les villes n’ont pas toutes été fondées ni occupées en même temps. Il n’y a pas de grand dessein maya et la forêt tropicale se gère comme n’importe quel milieu naturel, millénaire après millénaire. Ce n’est pas la planète Mars ! Bref, tout ceci est utile pour ramasser 1.000 dollars et payer son voyage au garçon. Mais il est triste que des journalistes acceptent ces canulars.” Un emballement médiatique notamment dénoncé par le site Arrêt sur images.

*Images en une : europe1.fr

Related posts
À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

Grève nationale : Moments de tension à Bordeaux

À la uneActualitéBrèves

Manifestations du 5 décembre : mi-journée en quelques chiffres

À la uneActualitéBrèvesFrance

Blocus des lycées: Paris totalement immobilisé

À la uneActualitéBrèvesFrancePolitiqueReportages

Grève SNCF/RATP: récit de cette matinée du 5 décembre

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux