À la uneActualité

Un adolescent de 14 ans provoque un accident mortel en conduisant à la place de ses parents ivres

Les parents étaient bien trop ivre pour conduire, c’est pourquoi ils ont mis leur fils de 14 ans au volant à leur place. Celui-ci, ne sachant évidemment pas conduire, a alors provoqué un accident mortel Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône.

 

À bord de la Renault, l’adolescent était au volant, son beau-père à côté de lui dans le siège passager et sa mère à l’arrière où elle tenait dans ses bras leur bébé de 18 mois. Cette famille d’origine espagnole était dans la région pour des travaux saisonniers. Les parents avaient trop bu pour prendre le volant. Ils ont donc demandé à leur fils de 14 ans de conduire pour rentrer chez eux.

Le jeune homme a alors percuté de plein fouet une voiture arrivant en sens inverse peu de temps après avoir entamé le trajet vers 4h du matin sur une route départementale. La conductrice de 59 ans est morte sur le coup. Les parents ont été blessés et le nourrisson se trouve entre la vie et la mort. Il a été transporté d’urgence dans un hôpital marseillais.

L’adolescent est, à la suite de cela, poursuivi pour homicide involontaire “par imprudence et sans permis de conduire” et devrait être placé en foyer sous contrôle judiciaire. Quant aux parents, le procureur de Tarascon, Patrick Desjardins, a demandé leur mise en examen pour “homicide involontaire par manquement délibéré à une obligation de sécurité” à la suite de l’accident mortel.

Lorsque des homicides sont commis par des automobilistes, le code pénal français ne prévoit pas de cas particulier. On ne peut donc estimer aujourd’hui les peines encourues par le jeune homme et sa famille.

L’article 221-6 précise tout de même que les homicides involontaires sont passibles de trois ans d’emprisonnement ainsi que d’une amende de 45 000€. De plus, en cas de “violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement”, les peines sont alourdies et peuvent aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000€ d’amende.

Cependant, l’affaire étant particulièrement singulière, il est impossible à ce jour de savoir comment elle va être traitée.

 

Related posts
À la uneInternational

Donald Trump l'annonce, il va lancer son propre réseau social

À la uneCinémaSéries Tv

OCS Signature : après les séries, le label lance les films de genre avec L'invitation

À la uneActualitéPolitique

Les directeurs d'écoles peuvent maintenant connaître le statut vaccinal de leurs élèves

À la uneCinémaMédias

Antoine de Caunes, maître de cérémonie des César 2022

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux