À la uneActualité

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell arrêtée par le FBI

Ghislaine Maxwell, vient d’être arrêtée pour avoir “assisté, facilité, et contribué aux abus perpétrés sur des jeunes filles mineures” de l’homme d’affaires et pédocriminel américain Jeffrey Epstein.

Ce jeudi 2 juillet, l’ancienne collaboratrice de Jeffrey Epstein et riche héritière du magnat de la presse Robert Maxwell, Ghislaine Mawell, vient d’être arrêtée dans le Hampshire par le FBI. L’affaire continue de battre son plein. Après le suicide de Jeffrey Epstein dans sa cellule en août 2019, de nombreuses pièces manquaient pour clôturer l’affaire. Cette arrestation représente donc une étape cruciale dans la poursuite de l’enquête. Cette riche britannique et ancienne amante de l’homme d’affaires, fait face à six chefs d’accusation, dont le trafic de mineures.

Tout commence en 2005 lorsqu’une femme contacte la police de Palm Beach après avoir appris que sa fille, âgée de seulement 14 ans à l’époque, ait été emmenée au manoir de Jeffrey Epstein. Une enquête de plusieurs mois avait alors débuté. Depuis, les accusations se sont enchaînées. En juillet 2019, l’homme d’affaires et figure de la jet-set, est arrêté pour trafic sexuel de mineurs. Avant de se suicider dans sa prison. Mais l’affaire ne s’arrête pas là.

Elle “normalisait” ces abus sexuels

En plus d’entretenir une relation personnelle et professionnelle avec Epstein, Ghislaine Maxwell faisait l’objet de rumeurs l’impliquant dans les accusations ayant conduit à l’inculpation de ce dernier. Des victimes présumées ont indiqué l’importance du rôle qu’elle détenait dans ce trafic de mineurs. Elle aurait été chargée d’attirer ces mineures et de “normaliser” les abus sexuels. Une porte-parole a confirmé que son arrestation concernait “son rôle dans l’exploitation sexuelle de jeunes filles mineures par Jeffrey Epstein“.

Depuis les débuts de l’affaire, elle continuait “à mener une vie de privilégiée, tandis que ses victimes souffrent du traumatisme infligé il y a des années” a indiqué un responsable du FBI new-yorkais“.

Appelée en 2016 à témoigner, les propos qu’elle a tenu n’auraient été que mensonge, alors même qu’elle était sous serment. Ce qui ne plaide donc pas en sa faveur. Pour avoir “aidé, facilité et contribué aux agressions sur mineures de Jeffrey Epstein” entre 1994 et 1997, elle fait donc face à six chefs d’accusation et risque la prison à vie. En raison d’un réseau international (Bill Clinton, le prince Andrew, Donald Trump…), d’autres personnalités seront donc sûrement entendues. Le prince Andrew a par exemple déjà l’objet de plainte. En août 2019, une jeune femme aurait été forcée par Epstein d’avoir des relations sexuelles avec le duc. Plainte qui avait été de suite démentie.

A lire aussi : Scandale sexuel chez le fabriquant de jeux vidéos Ubisoft

Crédits : AFP

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

La traque : "Va te faire voir" répond Yves Rénier au fils de Fourniret

À la uneArtCultureÉtudiant

L’Art digital : rencontre avec l’artiste Cherubini

À la uneActualitéInternationalPolitique

Au commencement était la CDU

À la uneSport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux