À la uneActualitéInternationalPolitique

Attentat dans une synagogue de Jerusalem: des fidèles sous le choc

Deux hommes armés ont fait irruption ce mardi dans la synagogue Bnei Torah à Jerusalem lors de la prière matinale. Tuant quatre fidèles et un policier, blessant grièvement au passage ceux qu’ils rencontraient, ils sont finalement abattus par les forces de l’ordre.

Deux hommes armés de pistolet, hache et couteau ont pénétré peu après 7h dans la synagogue Bnei Torah, dans le quartier ultra-orthodoxe juif de Har Nof. Une trentaine de fidèles y était rassemblée pour la prière du matin. Moins d’une dizaine sont blessés, quatre autres meurent instantanément. Gravement touché, un policier a également succombé à ses blessures dans la soirée, portant le nombre de victimes à cinq.

Selon la porte-parole de la police israélienne, les deux « terroristes » seraient des Palestiniens, habitant à Jérusalem-Est. Un troisième suspect pourrait être en fuite selon la police, indique le site d’informations Haaretz.

Réagissant à cet acte terroriste, le président israélien Benyamin Netanyahu a estimé que le Hamas et le président palestinien Mahmoud Abbas étaient « responsables », ce à quoi le président palestinien s’est empressé de répliquer, condamnant fermement « le meurtre de fidèles priant dans une synagogue », mais aussi « le meurtre de civils de quelque bord qu’ils soient ».

Mis en cause, le Hamas, ainsi que le Jihad islamique, ont salué l’attentat meurtrier. Cette attaque, la plus meurtrière depuis des années dans la ville sainte, est une « réponse au meurtre du martyr Youssef Ramouni », un conducteur palestinien de bus retrouvé mort lundi dans son véhicule à Jérusalem-Ouest, a assuré le Hamas, bien que selon la police israélienne, cet homme se soit suicidé. « Le Hamas appelle (même) à poursuivre les opérations », a-t-il ajouté. Le Jihad islamique, quant à lui, voit dans cette attaque, « une réponse naturelle aux crimes de l’occupant ».

Le Premier ministre israélien a promis de réagir à ces provocations « d’une main de fer » : « En tant que nation, nous réglerons leur compte à tous les terroristes et à ceux qui les envoient, et nous avons prouvé que nous savions le faire, mais personne, en aucune manière, ne peut rendre la justice pour son propre compte », a t-il souligné.

En déplacement en Australie, François Hollande s’est indigné de ces meurtres : « Nous devons faire en sorte que cette question du conflit israélo-palestinien soit réglée, mais nous ne devons jamais accepter le terrorisme, où que ce soit. Il n’y a jamais de justification ». Dans un communiqué de Matignon, Manuel Valls a également condamné « avec la plus grande fermeté » cet « acte ignoble ».

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneInternational

Comment fonctionne la Cour pénale internationale ?

À la uneEconomie

Les nouvelles règles sur l’achat de cigarettes en Belgique entrainent des confusions

À la unePeople

Qui est Tania Dutel, l'humoriste qui porte plainte pour "viols" contre Seb Mellia ?

À la uneSéries Tv

"Anaon" : un thriller fantastique pour France Télé et Prime Vidéo

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux