À la uneBasketSport

Basket – Coupe des Landes : Biscarrosse élimine les champions en titre, direction les quarts de finales !

Samedi soir, le Biscarrosse Olympique de Boris Diaw s’est offert un ticket en quarts de finales de la Coupe des Landes après avoir sorti le Real Chalossais (103-82), tenants du titre. L’aventure continue pour la  »Bande à Boris ».

Prenez 2500 personne dans une salle, un match de basket et une ambiance pleine à craquer. Mélangez le tout, et vous obtenez la soirée idéale pour un évènement attendu depuis des semaines en région Landaise. Le Real Chalossais (N3), champion en titre de la Coupe des Landes, rencontrait le Biscarrosse Olympique (D3) de Boris Diaw pour une place en quart de finales. Une affiche tellement attendue qu’elle en a fait exploser une billetterie, les organisateurs étant obligés d’en recréer une autre. La faute à l’engouement autour de la compétition depuis notamment la présence de Diaw avec sa bande de copains retraités, envieux d’aller chercher ce trophée pour boucler la boucle de leurs carrières respectives.

Mais l’écho de cette aventure est aussi positif que négatif, surtout depuis le tirage au sorts des huitièmes. Parce qu’en tombant sur le Real, les Biscarrossais bénéficiaient d’une avance de 42 points pour commencer le match, règle de la Coupe oblige. Et cela ne plait pas à tout le monde, les adversaires en premier. En arrivant donc à l’Espace Mitterrand de Mont-de-Marsan, les Chalossais avaient pour mission de rattraper le retard aussi vite que possible et de tenter de mettre fin à ce qu’ils ont appelé avant le match, un  »cirque médiatique ».

Le match : les vétérans ont eu le dessus

Tout comme face à Haut-Mauco, Biscarrosse a dû allier expérience et sagesse face à la rapidité et l’efficacité d’une équipe plus jeune mais aussi plus active et qui a de l’expérience dans une telle compétition. Ceci étant, on attendait aussi que la  »Bande à Boris » réponde à un tel challenge. Et bien que le premier quart temps a été jeu égal pour les deux équipes et en gardant le même écart qu’au début, le BO est vite redescendu lors du suivant. Le run du Real Chalossais (15-5 sur 7 minutes) leur a fait mouche, et ont enchainé fautes faciles (trois pour Boris Diaw, obligé de retourner sur le banc), une blessure (sortie de Alexis Rat) et pertes de balles conséquentes qui ont fini en contre-attaque. On espère alors une  »remontada » du côté des ultras du Real qui n’ont pas arrêté d’encourager fortement leur équipe.

Les supporters du Real Chalossais ont essayé de pousser leur équipe au maximum. Mais pas assez pour la gagne. (CREDIT – Vincent Chardac/VL)

Mais la deuxième partie de match était trop forte pour les tenants du titre, et ce dès les deux shoots à trois points à la suite qu’ils ont encaissé en sortie de mi-temps, signés Nicolas Gayon (13 points) et Nicolas Jolivet (4 points). Et à partir de ce moment-là, le match commençait à être de plus en plus verrouillé pour les vétérans qui ont su garder l’écart qu’ils leur restait jusqu’au bout, malgré des tentatives de retour de la part du Real.  »C’est ce qui nous coute très cher parce qu’on n’a pas su maintenir l’intensité qu’on avait, et je pense qu’on a pris un coup mentalement à la fin du troisième quart parce qu’on n’est pas revenus comme on le voulait » a avoué Rémy Conderanne, le coach du Real Chalossais.

Score final : 103-82, et une avancée en quarts de finales de la Coupe des Landes pour le BO sous le regard et la joie des 400 supporters Biscarrossais qui ont fait le déplacement, en attendant la suite de la compétition dans deux mois.

 »Super content et super fier », Boris Diaw (7 points) n’a pas hésité à saluer la performance et la capacité de son équipe à avoir tenu tout le match, malgré les pépins et les erreurs commises. Mais il a aussi parlé des entrainements à venir après ce match qui est encore une leçon qu’a apprise l’équipe.  »On va régler et mettre en place des formes de jeu. On part un peu dans tous les sens parce qu’on n’a pas le cardio, y’a la fatigue et il n’y a plus l’oxygène dans le cerveau, donc on réfléchit à moitié. On a perdu énormément de balles sur les montées de balle et la pression tout terrain, mais c’est quelque chose aussi à quoi on s’attendait, donc l’important est de ne pas paniquer là-dessus. A un moment donné faut arrêter l’hémorragie et on a réussi à le faire pour l’instant mais je pense qu’il faut continuer à travailler parce que cela peut être de plus en plus dur. »

 »Et maintenant, les équipes ont vu notre match et voient comment on réagit avec l’avance. Elles vont mettre l’accent sur nos faiblesses désormais, ce qui n’était peut-être pas le cas avant. Cela va être plus  »scouté », donc ce sera plus difficile » a souligné le champion NBA 2014 à notre micro.

Toujours accessible et décontracté, Boris Diaw ! (CREDIT – Vincent Chardac/VL)

Rester humble

Si Biscarrosse continue son aventure folle en éliminant l’un des adversaires les plus dangereux de la compétition, elle garde les pieds sur terre sur leur parcours et l’équipe qu’ils viennent de sortir.  »Il s’agissait d’être humble, de savoir qu’on était attendus et qu’il ne fallait pas passer à côté de l’évènement, mais on a déjà joué des matchs comme ça dans nos carrières. » s’est exprimé Cédric Beesley (13 points).

 » »La compétition a quand même commencé avant ce match, parce qu’on partait dans l’inconnu et on ne savait pas trop à quoi s’attendre et que c’est sur que c’était peut-être plus facile d’affronter des équipes en régional. Pour nous, le prochain tour sera une marche plus haute en attendant de voir le tirage. Aujourd’hui, on se concentre sur nous. » a conclu le capitaine de l’effectif biscarrossais.

Et pour finir, le coach Paco Laulhé n’a pas hésité également à saluer l’adversaire :  »Je crois qu’on ne fait pas de mal à grand monde, on le fait humblement avec beaucoup d’amitié nous concernant et beaucoup de respect pour le Real qui a été magnifique ce soir, disons le vraiment, ils voulaient le back-to-back. Encore heureux que les supporters adverses nous sifflent ! »

Une belle soirée à l’Espace François Mitterrand de Mont-de-Marsan. (CREDIT – Vincent Chardac/VL)
About author

24 ans, amateur de catch américain, basket-ball, de musique et de course automobile.
Related posts
À la uneEquitationSociété

La Fédération Française d'Equitation vous donne rendez-vous au Salon International de l'Agriculture

À la uneCultureFrance

Entrée au Panthéon : qui était Missak Manouchian ?

À la uneFranceMédias

Après la polémique, Anny Duperey n'est plus marraine de SOS Village d'enfants

ActualitéSport

JO 2024 : comment on note aux épreuves de surf ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux