À la uneSport

Basket – Coupe des Landes : Biscarrosse et Boris Diaw sacrés Champions des Landes !

Samedi soir, le Biscarrosse Olympique de Boris Diaw a exaucé son souhait de remporter la Coupe des Landes 2024 en battant l’ESMS en finale, 107-98.

Ils ont réussi leur pari fou. Les  »Landes of Brothers » sont parvenus à remporter la Coupe des Landes avec le Biscarrosse Olympique (D3), une chose qui était à peine imaginable au mois de septembre dernier lorsque Boris Diaw, champion NBA 2014 et champion d’Europe en 2013, a annoncé son retour sur les parquets pour jouer cette coupe avec sa bande de copains ex basketteurs. Pourtant, après de longs mois et de débats interminables sur la légitimité de cette équipe  »spéciale », ils ont emmené Biscarrosse jusqu’au graal.

8000 personnes étaient présentes aux Arènes du Plumaçon de Mont-de-Marsan pour assister à cette grande fête du basket landais, avec une ambiance qu’on retrouve nulle part ailleurs. Des kops remplis et armés de confettis, de tifos et de papier toilette et qui étaient déjà bouillants dès la finale féminine (remportée par lAvenir Basket Chalosse), une banda qui reprend des tubes, des pom-pom girls pour accueillir les joueurs, une acrobate ou encore le passage d’un Rafale de la BA 118 pour illuminer le ciel et bousculer l’arène. Pour couronner le tout, une poignée de grandes personnalités qui sont venus : Tony Parker, Thomas Pesquet, Emmeline Ndongue, Ronny Turiaf ou encore le DJ Cut Killer, présents pour encourager leur ami Boris. Et ça, cela ne se passe que dans les Landes. Une coupe départementale unique.

Deux équipes, un trophée, et 8000 spectateurs réunis. C’est la finale de la Coupe des Landes. (CREDIT – Vincent Chardac/VL)

Le match : l’ESMS aura essayé

Pour cette rencontre diffusée sur Skweek pour l’occasion, l’Elan Souémontain Montgaillardais Sarrazietois partait avec un retard conséquent de 49 points (sept divisions d’écarts séparaient l’ESMS et Biscarrosse, 7 points sont attribués par niveau d’écart), un écart qui a souvent été un débat houleux cette saison jusqu’à ce soir là. Les pensionnaires de Nationale 2 ont immédiatement essayé d’effacer le tableau en mettant 17 points au bout de cinq minutes, devant un public qui exultait à chaque ballon qui rentrait dans le cercle, notamment sur un magnifique alley-oop de Eric Bosc. En mettant un rythme d’enfer dès l’entame du jeu, on se demandait si l’exploit était possible.

Mais comme bien souvent avec Biscarrosse cette année, l’expérience a repris le dessus au fur et à mesure que le chrono avançait. Le scénario du match a basculé sur le maintien de l’écart, quelque chose qu’on avait déjà vu pendant leur ascension cette saison. Demandez au Real Chalossais ou à Côteaux du Luy. C’est une stratégie qui a payé, puisque l’ESMS avait encore 30 points de retard en entamant la seconde partie du match, pourtant poussés par un public enflammé. La réussite touche Biscarrosse avec des tirs à 3 points, des gestes de classe de la part de Boris Diaw (8 pts) ou encore des frères Beesley qui permettent aux bleus et blanc de maintenir le cap.

C’est peut être ce troisième quart temps qui a fait défaut à l’ESMS, car endormis par le rythme imposé par les biscarrossais, leur réveil était plus que tardif. Dans un dernier espoir, ils arrivent à descendre à -9 sur les dernières minutes du jeu, mais le chrono ne leur permettra pas de faire un miracle.  »Là où on peut avoir des regrets, c’est sur le deuxième et troisième quart temps : On se laisse endormir par leur rythme et leur zone, et on ne joue pas trop avec nos valeurs habituelles, à savoir du jeu rapide. On gagne des ballons, mais on se fait endormir. Le premier est excellent et on arrive à faire quelque chose quand on sort la boite à outils avec l’énergie qu’il nous reste. Après, il nous manquait un peu d’adresse. » a regretté le coach Arnold Bouazza, le coach des verts aux côtés de Romain Hillotte (21 points).

Au bout du compte c’est bien Biscarrosse qui remporte, malgré eux, l’édition 2024 de la Coupe des Landes avec 9 points d’avance.

Boris Diaw, Jean-Daniel Barrouillet, les frères Beesley, Adrien Laffite, Simon Darnauzan, Nicolas Gayon, Matthieu Dabadie, Sylvain Labadie, Nicolas Jolivet, Alexandre Besse, Alexis Rat, Fabrice Danthez, Baptiste Bourlon, Paco Laulhé et Jean-Rodolphe Garino. Tous, sont Champions des Landes. (CREDIT – Vincent Chardac/VL)

Boris Diaw a bouclé sa boucle

Dix ans après son dernier titre en carrière, celui de son unique sacre en NBA avec les Spurs, Boris Diaw a réalisé son rêve d’enfant et termine sa dernière pige en carrière en remportant la  »Coupe du Monde des Landes », celle que sa maman Élisabeth Riffiod a remporté par le passé. Tout ça aux côtés de ses potes d’enfance, et à deux mois des Jeux Olympiques de Paris où il endossera le rôle de manager général de l’Equipe de France. Conscient que cette aventure peu commune n’a pas été au gout de tout le monde, il a tenu à répondre aux détracteurs en conférence de presse.  »Dès qu’on a annoncé qu’on essayait de faire une équipe pour jouer la Coupe des Landes, forcément cela n’allait pas plaire à tout le monde. Pour ce qui est des points d’avance, c’est l’historique qui nous fait dire qu’on avait assez de points d’avance pour gagner et que c’était difficile pour les équipes adversaires, mais on n’en avait aucune certitude quand on a commencé cette aventure. On ne savait pas que ca allait nous permettre d’arriver jusqu’à la finale et c’est l’histoire qui nous a permis de voir ça. »

 »Après, c’était un peu la seule façon de participer à cette Coupe des Landes : l’idée c’était de faire cette aventure entre potes, entre gamins qui jouaient ensemble quand on avait 12/13 ans, se retrouver entre quarantenaires et rejoindre un club qui nous accepte. Donc on est très reconnaissants de Biscarrosse d’avoir accepté ce projet là. On a eu la chance d’avoir Bisca qui n’allait pas engager d’équipe sénior. C’est un club formateur avec des jeunes qui jouent, donc ils n’ont pas de séniors qui ne jouent des compétitions chaque année. Et donc c’était un bonheur de partager cette saison avec eux, avec ces gamins là ! » s’est exprimé Diaw.

Paco Laulhé, le coach de Biscarrosse et Boris Diaw tout sourire, il y’a de quoi ! (CREDIT – France 3 Nouvelle Aquitaine)

C’est sous des feux d’artifices et en musique que l’édition 2023-2024 de la Coupe des Landes s’est achevée, avec les deux équipes gagnantes de la soirée réunies. Une édition unique en son genre que probablement personne n’oubliera. Certains ne le feront pour une raison, d’autres pour une autre. Mais au final, ce qu’a réalisé le Biscarrosse Olympique est sans précédent et restera marqué dans l’histoire du basket landais. A jamais.

Comme dirait Shania Twain,  »Forever and for Always ». (CREDIT – Vincent Chardac/VL)
About author

24 ans, amateur de catch américain, basket-ball, de musique et de course automobile.
Related posts
À la unePolitique

“Gratuité intégrale à l’école” : que signifie cette mesure du Nouveau Front populaire ? 

À la uneSéries Tv

5 scènes chocs ou violentes qui ont marqué les séries

À la uneSéries Tv

5 séries françaises attendues la saison prochaine

À la uneFrancePolitique

Qui est Raphaël Arnault, candidat aux législatives et fiché S ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux