À la uneCinéma

Coup de projo sur… Ben Wheatley (Kill List, Touristes, High-Rise)

Révélé en 2011 avec le percutant Kill List, Ben Wheatley navigue depuis entre le fantastique, l’horreur et le polar. De retour avec Free Fire il s’essaye à l’exercice de style

De Kill List à Touristes en passant par l’expérimental English Revolution ou l’intriguant High-Rise, assaisonnant chacun de ses films d’un humour noir qui est sa marque de fabrique, Ben Wheatley surprend à chacun de ses essais. Petite anecdote, comme tout bon réalisateur anglais qui se respecte, il a réalisé deux épisodes de Doctor Who en 2014. Le 14 juin 2017 il revient sur nos écrans avec une comédie d’action, Free Fire qui s’annonce sérieusement rock’n roll. En attendant de découvrir Brie Larson devant la caméra de Ben Wheatley, retour sur trois films du réalisateur et scénariste britannique.

Kill List (2011)
Réalisé par Ben Wheatley
Avec Neil Maskell, Myanna Buring, Harry Simpson

Mais c’est quoi déjà… Kill List ? Meurtri dans sa chair et son esprit au cours d’une mission désastreuse à Kiev 8 mois plus tôt, Jay, ancien soldat devenu tueur à gages, se retrouve contraint d’accepter un contrat sous la pression de son partenaire Gal et de sa femme, Shen. Jay et Gal reçoivent de leur étrange nouveau client une liste de personnes à éliminer. À mesure qu’ils s’enfoncent dans l’univers sombre et inquiétant de leur mission, Jay recommence à perdre pied : peur et paranoïa le font plonger irrémédiablement au cœur des ténèbres.

Film noir drôle et violent, teinté de fantastique, Kill List est un trip glauque, une descente aux enfers angoissante et punk… Second film du réalisateur qui nous rappelle un peu le Wicker Man de Robin Hardy, Kill List regorge de bonnes idées malgré quelques maladresses et nous offre un objet filmique sympathique et inédit, mis en scène avec habileté. A signaler que le scénario est co-écrit par Amy Jump, la compagne du réalisateur, qui travaillera ensuite sur chacun des films de Ben Wheatley. A cheval entre plusieurs genres, nourri de nombreuses influences, Kill List n’est sans doute pas le film le plus abouti du réalisateur, mais il nous démontre tout le talent de Ben Wheatley, ainsi que l’étrangeté de son cinéma, rarement décevant.

Touristes (2012)
Réalisé par Ben Wheatley
Avec Steve Oram, Alice Lowe, Eileen Davis

Mais c’est quoi déjà… Touristes ? Tina a toujours mené une vie paisible et bien rangée, protégée par une mère possessive et très envahissante. Pour leurs premières vacances en amoureux, Chris décide de lui faire découvrir l’Angleterre à bord de sa caravane. Un vrai dépaysement pour Tina. Mais très vite, ces « vacances de rêve » dégénèrent : touristes négligents, ados bruyants et campings réservés vont rapidement mettre en pièces le rêve de Chris et de tous ceux qui se trouveront sur son chemin…

Noir c’est noir… et en plus c’est très drôle ! Touristes c’est une méchante comédie, l’histoire amorale et cruelle d’un couple de touristes qui va laisser beaucoup de traces et de sang sur leur passage, un road-movie hilarant, gore, et… romantique ! L’humour anglais peut être très noir et très drôle, c’est le cas de cette virée dans l’Angleterre profonde, du musée du Tramway à celui du crayon, un film hargneux et violent, où tuer devient un acte écologique, pour sauver l’humanité, la démocratie mais surtout la tranquillité de ce couple pathétique que l’on aime détester. L’image est belle, la mise en scène efficace, les meurtres sont sanglants, les répliques drôles et la musique décalée, bref c’est jouissif, et malgré une petite baisse de rythme au milieu du film et une construction scénaristique assez classique, Touristes est une jolie réussite.

High-Rise (2016)
Réalisé par Ben Wheatley
Avec Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller

Mais c’est quoi déjà… High-Rise ? 1975. Le Dr Robert Laing, en quête d’anonymat, emménage près de Londres dans un nouvel appartement d’une tour à peine achevée; mais il va vite découvrir que ses voisins, obsédés par une étrange rivalité, n’ont pas l’intention de le laisser en paix…Bientôt, il se prend à leur jeu.Et alors qu’il se démène pour faire respecter sa position sociale; ses bonnes manières et sa santé mentale commencent à se détériorer en même temps que l’immeuble…

Après Crash par Cronenberg en 1996, voici le troisième tome de la trilogie du béton de J.G. Ballard adapté au cinéma par Ben Wheatley. Le réalisateur transpose plutôt bien la vision de l’écrivain sur grand écran. Cauchemar éveillé, punk, trip visuel planant et dérangeant, souvent jouissif et poétique, mais trop artificiel pour emporter totalement l’adhésion. Certes la mise en images est impressionnante, et la déconstruction de la société imaginée par J.G. Ballard est bien présente, mais il manque clairement la dimension subversive de l’œuvre. Si le rêve éveillé de Ben Wheatley est esthétiquement réussi, que l’interprétation habitée de Tom Hiddleston donne une dimension supplémentaire au film, il manque à l’intrigue une réelle modernisation, comme avait su le faire brillamment Cronenberg, ou l’imagination débridée d’un Terry Gilliam et son trip Brazilien. Mais l’objet reste intéressant, intriguant, parfois hystérique, souvent creux, mais avec de vraies bonnes idées de cinéma. Un film ovni non conventionnel, bancal et parfois maladroit, mais qui mérite le coup d’œil.

A lire aussi : On a vu pour vous… Kong Skull Island

Related posts
À la uneMédias

The Voice : où en sont nos favoris après cette dernière soirée des Battles ?

À la uneSport

IndyCar - Théo Pourchaire va effectuer ses débuts en IndyCar à Long Beach !

À la uneEquitationSport

Comment on note les épreuves de saut d'obstacles aux JO ?

À la uneMédias

Goldorak XperienZ : Dorothée de retour au Grand Rex

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux