ActualitéInternational

La Cour constitutionnelle confirme la destitution de la présidente sud-coréenne

La destitution de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été confirmé ce vendredi 10 mars par la Cour constitutionnelle. Accusée de corruption et d’abus de pouvoir, elle avait déjà été écartée du pouvoir le 9 décembre dernier par la justice.

Une page se tourne pour les sud-coréens. À la décision unanime des juges de la Cour, la destitution du 9 décembre dernier de Park Geun-hye par l’Assemblée a été confirmée ce vendredi. Fille de l’ex-dictateur Park Chung-hee, au pouvoir dans les années 70, elle était devenue en 2012 la première femme à diriger la Corée du sud. Elle est aussi la première présidente sud-coréenne à avoir été destituée de ses fonctions.

À lire aussi: Après les tirs nord-coréens, les États-Unis déploient un bouclier antimissiles en Corée du sud

Scandale de corruption et abus de pouvoir

Surnommée “la princesse de glace”, elle avait été écartée du pouvoir le 9 décembre dernier après la découverte d’un scandale de corruption et d’abus de pouvoir. L’affaire tourne au départ autour de sa confidente de l’ombre, Choi Soon-sil. Très proche de l’ex présidente, elle est accusée d’avoir extorqué plusieurs milliards de wons (des millions d’euros) à des grands groupes industriels avec l’aide de Park. D’après les enquêteurs, elle intervenait dans les décisions prisent par la présidente, et dans le choix des fonctionnaires à nommer aux postes clés. “Mme Park a complètement dissimulé les ingérences de Mme Choi dans les affaires de l’Etat, les a démenties quand les soupçons ont émergé et a même critiqué ceux qui avaient émis ces soupçons“, dit l’arrêt, rapporté par Le Monde.

Une élection présidentielle anticipée doit être organisée sous 60 jours

L’ex-présidente sud-coréenne devra donc quitter la résidence présidentielle de Séoul, surnommée la Maison Bleue, dans les plus brefs délais. La “princesse de glace” perd également son immunité présidentielle, ce qui l’expose à des probables poursuites judiciaires. Une élection présidentielle anticipée doit être organisée sous 60 jours afin d’élire son successeur. La Corée du sud devrait entrer en campagne électorale dans les prochains jours.

Related posts
À la uneInternationalSport

Les Etats-Unis vont boycotter les JO d'hiver en Chine

À la uneActualitéFrance

Effondrement d'un immeuble à Sanary-sur-Mer : une personne décédée

À la uneActualitéFrancePolitique

Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse, une véritable menace pour Macron ?

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux