À la uneFootSport

Pour la défense de Sagnol…

Willy Sagnol

L’entraîneur des Girondins de Bordeaux, Willy Sagnol, s’est exprimé hier sur les performances de ses joueurs africains (13 au total) sélectionnables pour la CAN. Ses propos, certes maladroits, sont-ils mals interprétés ?

Qu’il est dur, pour un jeune coach de foot, de sortir des griffes des médias. Depuis son arrivée à Bordeaux cet été, Willy Sagnol ne s’est pas fait que des amis. Loin de là. Depuis, il se montre peu à l’aise et tendu en conférence de presse. En même temps, il a « osé » dire qu’un journaliste avait autant de légitimité pour parler de sport, qu’un mec qui allait voir des films au cinéma depuis 20 ans. Sympa, le Willy. Et forcément, la presse ne lui a pas fait de cadeau. Chacune de ses déclarations est scrutées à la loupe et bien mise en page de façon à ce qu’elle fasse assez parler d’elle, et qu’elle ne sois pas forcément à son avantage. Et de plus en plus, sa confiance en lui-même est en chute libre avec les médias. Et une fois de plus, lundi, Sagnol a réussi à mettre les pieds dans le plat, et s’offrir une bonne semaine de polémique.

« L’avantage du joueur typique africain, c’est un joueur pas cher quand on le prend, prêt au combat généralement, qu’on peut qualifier de puissant sur un terrain. Mais le foot ce n’est pas que ça. Le foot c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline. Il faut de tout. Des Nordiques aussi, c’est bien les Nordiques, ils ont une bonne mentalité. C’est un mélange, une équipe de foot, c’est comme la vie, c’est comme la France, c’est un mélange. On a des défenseurs, des attaquants, des milieux, des rapides, des grands, des petits, des techniques.  Une certitude, tant que je serai entraîneur des Girondins, beaucoup moins de joueurs africains rejoindront le club, je n’ai pas envie de me retrouver, tous les deux ans, avec douze joueurs susceptibles d’être absents à cette période.»

Alors comment prendre les propos de Sagnol ? Avertissons déjà l’ensemble des « footix » qui ont réagi sans pitié et peu intelligemment sur les réseaux sociaux, nous n’allons pas nous en prendre à Sagnol. Au contraire, essayer de comprendre ses propos et faire un travail de journaliste, d’analyse. Tout d’abord, cet article provenant du site internet du Figaro où figure une partie des propos de Sagnol ci-dessus, est un réquisitoire. Dès le titre, l’entraineur des Girondins est directement mis dans une position complexe, délicate. Ce qui n’a pas été fait par d’autre médias, où l’article n’a pas rencontré de succès, avant que ces derniers changent le titre.
Ensuite, parlons peu, mais parlons bien. C’est le fondement même des articles de presse web aujourd’hui. La recherche du buzz. Dès les premières années d’études de journalisme, on enseigne la pertinence du titre et le tri des verbatims, pour ne garder que l’essentiel, le croustillant. Pensez-vous que si l’ensemble de la réponse avait été rédigé dans l’article et si le titre était « Sagnol annonce sa politique de recrutement » il y aurait-il eu un tel déchainement ?

Sincèrement, nous ne le pensons pas. Et venons-en au fait. Il est vrai qu’aujourd’hui la CAN pénalise les clubs et les joueurs africains. Qu’ils jouent en Europe ou ailleurs. Comment un joueur peut devenir un titulaire indiscutable dans son club s’il loupe une fois tous les deux ans la période la plus compliquée de la saison ? Avec le début des coupes nationales ? Le retour de la trêve hivernal ? Et pour certains les phases finales de Coupe d’Europe ? C’est impossible.
Et la CAN, pourquoi a-t-elle lieu en janvier d’abord ? Une période peu stratégique ! C’est le moment de l’année où il fait le plus chaud dans une grande partie de l’Afrique (sauf Maghreb). Mais il est vrai que les autres dates ne sont pas plus adaptées au vu des championnats et des rencontres internationales.

Diabate Sagnol

Alors il est sûr et certains que les propos de Sagnol ont franchi une limite, la fameuse ligne jaune. Mais ne soulève-t-il pas un problème réel ? Car aujourd’hui, le football africain évolue-t-il vraiment ? Aucune équipe ne se dégage des autres, sur le plan national et en clubs. C’est vrai, depuis l’Égypte il y a 10 ans, qui a gagné deux fois de suite la CAN ? Qui a fait deux finales consécutives ? Personne. Dans les propos de Sagnol, il faut aussi creuser un peu et se demander si le fond n’est pas tant invraisemblable. En y réfléchissant, peu de joueurs africains sont aujourd’hui titulaires dans un grand club mondial. Ceux qui le sont ont été la plupart formés ou ont achevé leurs formations en Europe (Yaya Touré, Drogba pour ne citer qu’eux). Ensuite, à la Coupe du Monde, bien que l’Algérie ait fait une super compétition, elle a chuté contre une mauvaise Belgique et une Allemagne pâle en huitième. Le Nigeria s’est fait sortir par une petite France et n’a pas réussi à battre l’Iran. Sans parler du Cameroon, de la Côte d’Ivoire et du Ghana, dernier de leurs groupes.

La maladresse de ses propos a profité à la bêtise et à la paranoïa maladive de notre société aujourd’hui. Willy Sagnol n’est pas un polémiste comme on peut en voir aujourd’hui, ni un raciste. Il n’a pas dit « les noirs sont bêtes, ils ne savent pas jouer au foot, seuls les blancs sont bons ». Voilà comment la plupart du public, à tort, a perçu cette vision-là dans les paroles du coach bordelais. Il a dit que sur un plan physique, les Africains étaient largement satisfaisants, mais du fait de leurs formations, ils ont des lacunes sur le plan tactique du jeu. Il n’a jamais dit que les joueurs africains avaient le QI d’une huitre, mais surtout qu’ils sont en retrait des autres sur le plan intellectuel du jeu, surtout à cause de leurs formations. Beaucoup le disent tous les week-ends en voyant jouer certains joueurs de Ligue 1. Mais quand c’est les autres qui le disent, on n’arrive pas à l’accepter, bravo…

Un exemple, on a encore vu Lilian Thuram, SOS Racisme et la Licra réagir. Je vais commencer par cette dernière, qui a rompu son partenariat avec les Girondins pour du racisme, mais quel racisme ?! SOS Racisme veut porter plainte également, et Lilian Thuram, toujours plus moralisateur que réaliste, s’est dit choqué, comme d’habitude. Quatre lignes, voila ce qu’il vous sera consacré pour vos réactions, où ces trois derniers ont juste cherché à faire parler d’eux en surfant sur la vague de buzz qu’a fait l’interview. Peu judicieux.

Alors, les propos de Sagnol sont-ils si dramatiques et insultants ? Non, ils sont maladroits. La meilleure solution serait de s’excuser auprès des personne blessés et de développer sa thèse, qui semble tout sauf irréaliste. Ils soulèvent un réel problème dans le foot africain qu’il faut étudier. Quoiqu’il en soit et vu les attaques très sévères que l’on peut lire sur la toile, on s’est dit qu’il fallait bien remettre les choses dans l’ordre, et sauver Willy…

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

ActualitéSportTennis

5 champions ou championnes de tennis qui n’ont jamais gagné Roland-Garros

À la uneFranceMédias

Inès Reg : pourquoi le tournage d'un unitaire pour TF1 a été suspendu ?

À la uneFoot

Analyse des favoris de l'Euro 2024 : qui sont les équipes à surveiller ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux