À la uneActualitéInternationalsociété

En Algérie, des femmes organisent la “révolte du bikini”

Depuis quelques semaines, des femmes se réunissent sur une plage algérienne pour revendiquer leur droit de porter un bikini.

 

C’est à l’initiative d’une jeune Algérienne originaire de la ville côtière d’Annaba que “la révolte du bikini” a été lancée. Depuis quelques semaines, des Algériennes appartenant à un groupe privé Facebook se donnent rendez-vous pour revendiquer leur droit de porter un maillot deux pièces sur les plages du pays. Pour elles, “nager en habit de plage à la plage ne devrait pas être un exploit et encore moins choquer”. Elles souhaitent donc essayer de changer les mentalités dans leur pays et faire accepter les bikinis sur les plages.

 

De 40 femmes à des milliers

Une jeune femme de 27 ans a raconté au quotidien Le Provincial sous le pseudonyme de “Sara” comment ce mouvement de libéralisation des femmes est né.

Fin juin, “Sara” s’est rendu à la plage pour fêter la fin du Ramadan avec d’autres membres de sa famille. Mais elle n’a pas osé se mettre en maillot de bain en réalisant qu’elle était la seule femme. Elle souhaitait alors éviter toute agression verbale ou physique. Dès son retour chez elle, elle créé un groupe privé sur Facebook, dans lequel elle invite des proches à se rassembler en maillot à la plage.

Au fur et à mesure, le nombre de membres augmente au sein du groupe privé et s’élargit à d’autres habitantes de la ville côtière d’Annaba, d’où Sara est originaire. Ces femmes se réunissent alors pour la première fois le 5 juillet, jour de célébration de l’indépendance de l’Algérie, et une quarantaine d’entre elles répondent présent. Au rendez-vous suivant, le nombre est multiplié par cinq : elles sont à présent 200 à participer à cette “révolte du bikini”. Le mouvement prend de plus en plus d’ampleur. Aujourd’hui, plusieurs milliers d’Algériennes ont rejoint le mouvement sur Facebook.

 

“Inculquer la tolérance et l’acceptation de l’autre”

Si le bikini est autorisé en théorie sur les plages d’Algérie, il est souvent mal vu et considéré comme choquant. Une des participantes, Randa, a ainsi expliqué : “j’ai toujours refusé de restreindre mes libertés à cause de certains hommes, mais beaucoup de femmes n’ont pas ce ‘courage’. Ici, nous devons composer avec le harcèlement, que ça touche nos tenues vestimentaires ou aux lieux que nous fréquentons. C’est extrêmement frustrant.”
Les Algériennes doivent souvent faire face à des commentaires insultants de type “où sont vos pères ?” ou “filles faciles” sur les réseaux sociaux. Des images ont également circulé, comme celle-ci où on peut voir écrit “nul besoin d’être dans le péché (en maillot de bain) pour passer du bon temps”.
De plus, derrière leurs écrans, des hommes se sont mis à encourager les utilisateurs à prendre en photo toutes les femmes qu’ils aperçoivent en maillot de bain. Ils jugent cette tenue “représentative de l’Occident” et contraire aux normes islamiques. C’est ainsi que plusieurs clichés de femmes ont été pris à leur insu et ont été postés ensuite sur les réseaux sociaux.
Ces derniers jours, une campagne a également été lancée sur ces mêmes pages pour contrecarrer la “révolte du bikini” avec le hashtag “je me baigne avec mon hijab, je laisse la nudité aux animaux”.
Mais cela ne pas empêcher ces militantes d’aller à la plage. Sara a déclaré à propos des critiques : “Nous ne voulons pas changer leur vision des choses, mais simplement leur inculquer la tolérance et l’acceptation de l’autre”.

En France, ces femmes Algériennes sont également soutenues.

Related posts
À la uneActualitéFaits DiversSociété

L'homme arrêté à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès

À la uneBrèvesSéries Tv

High School Musical: The Musical: The Series : lancement en grandes pompes pour la série

À la uneSéries Tv

Dupont de Ligonnès arrêté : la réalité a dépassé les fictions

ActualitéSociété

🚨 Alerte : Xavier Dupont de Ligonnès retrouvé en Écosse 🚨

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux