À la uneActualitéCultureFranceOrientationSociété

Erasmus: le grand gagnant de la politique européenne

À l’occasion de la publication ce Lundi 22 septembre d’une vaste étude européenne sur le programme de mobilité Erasmus, retour sur un programme qui marche et qui voit loin.

Dans ses grandes lignes le projet de la Commission européenne dresse un bilan des effets de la mobilité sur le parcours des jeunes qui y ont participé, à long comme à court terme.

téléchargement

Erasmus est un programme d’échange universitaire qui encourage et organise le départ des étudiants vers un autre pays européen. Qu’il s’agisse d’un semestre ou d’une année universitaire, les étudiants sélectionnés pour partir à l’étranger ont le support de divers institutions européennes et ils peuvent bénéficier d’aides financières grâce à ce programme. Actuellement, 10% des jeunes européens font partie du programme ou étudient à l’étranger.

erasmus1

Le projet est un formidable tremplin multiculturel pour ses défenseurs puisqu’il permet aux étudiants de suivre des cours dans une université d’accueil, souvent dans une langue étrangère, de s’implanter dans le tissu culturel étranger et de vivre comme un expatrié le temps de quelques mois. 90% de jeunes souhaiteraient faire partie de l’aventure et 85% d’entre eux pensent à une potentielle employabilité à l’étranger.

Privilégiés face à l’emploi

L’élément déterminant de l’étude se trouve surement dans le rapport entre l’emploi des jeunes et le programme Erasmus. Les étudiants ayant participé au programme ont deux fois moins de chance de devenir chômeur de longue durée que leurs camarades restés dans leur pays tout le long de leur scolarité dans l’enseignement supérieur. 64% des employeurs considèrent cette expérience comme déterminante et favorable à l’employabilité contre 37% en 2006. Pour 92% d’entre eux, le programme d’échange favorise l’acquisition de certains traits de caractère très recherchés dans le milieu entrepreneurial et professionnel en général. La tolérance, la curiosité, la confiance en soi ou encore la détermination et l’aptitude à résoudre des problèmes par exemple.

Par ailleurs la mobilité encourage la mobilité puisque les étudiants Erasmus sont, selon le rapport, au moins deux fois plus susceptibles de changer d’employeur au cours de leur vie professionnelle. Or, la diversité d’un parcours cohérent est certainement l’une des plus grandes richesses d’un bon curriculum vitae. De même, les étudiants ayant effectué un stage dans le pays de leur mobilité y sont majoritairement employés, parfois même dans des bureaux présents dans leur pays de naissance. Enfin, même après cinq années passées, on trouve chez ces étudiants mobiles un taux de chômage inférieur à celui de leurs camarades restés dans leur pays, 23%.

Une aventure humaine

auberge-espagnole-2002-05-gErasmus est un des cadres privilégiés pour cultiver son réseau social et trouver des partenaires de travail pour le futur, mais pas que ! Selon l’étude, un étudiant en échange sur quatre a rencontré son conjoint lors de son séjour dans un pays étranger. Suite logique, un million d’enfants seraient nés de ces unions depuis la mise en place d’Erasmus en 1987. En effet, 27% des étudiants Erasmus ont trouvé leur partenaire au cours de l’expérience. 13% seulement des étudiants non mobiles sont en couple avec un étudiant d’une autre nationalité contre 33% pour les étudiants ayant un jour participé à ce programme. Fort de son succès, Erasmus est décidément une entreprise européenne qui gagne malgré la baisse des budgets européens et nationaux quant à son financement.

Related posts
À la uneCultureSociétéSortiesSpectacles

Le retour de « 12 hommes en colère » au Théâtre Hébertot : le public vote favorablement

À la uneBrèvesSéries Tv

Astrid et Raphaëlle : France 2 lance le tournage de la saison 1

À la uneActualitéBrèvesNumérique

Objets connectés : Près de 105 millions d’attaques en 2019

À la uneFrancePolitique

Les Verts : enfin un exploit aux municipales ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux