À la uneActualitéFranceInternationalPolitiqueSociétésociété

La France devra accueillir 9127 migrants

Aujourd’hui, la Commission européenne a dévoilé son plan de répartition des 60 000 demandeurs d’asile et réfugiés dans l’Union Européenne en réponse à l’afflux des migrants qui traversent la Méditerranée.

Ce matin à Bruxelles, la Commission Européenne a détaillé son plan global pour l’immigration et les migrants. Certaines propositions présentées par le président de la Commission Jean-Claude Juncker ont agacé certains membres.

En effet, le point qui pose le plus problème est l’instauration de « quotas » de demandeurs d’asile et de réfugiés pour mieux répartir l’accueil des migrants dans les vingt-huit pays membres de l’Union Européenne (même si la commission refuse le terme de « quota »). Mais malgré l’opposition de plusieurs pays membres (dont la France, la Hongrie, le Royaume-Uni, la Pologne, les pays Baltes, la Slovaquie et la République Tchèque), Bruxelles persiste dans son choix de répartir, entre les différents membres, les demandeurs d’asiles (au nombre de 40 000) qui séjournent actuellement en Grèce et en Italie. Cette répartition, étalée sur deux ans, sera effectuée à partir de divers critères : nombre d’habitants, le produit intérieur brut (PIB), le taux de chômage et le nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile déjà accueillis.

Sur les 40 000 migrants séjournant actuellement en Europe (essentiellement Syriens ou Érythréens), 24 000 se trouvent en Italie et 16 000 en Grèce. Selon ces calculs, la France doit accueillir 6752 migrants (4051 d’Italie et 2701 de Grèce) alors que l’Allemagne doit en accueillir 8763. Ce projet s’appuie en vertu d’un mécanisme d’urgence prévu dans le traité de l’Union Européenne (article 78.3).

Par ailleurs, dans le cadre d’un autre programme, 20 000 réfugiés reconnus par les Nations Unies doivent également être accueillis dans quinze États membres de l’Union Européenne dont la France qui pourra alors accueillir en plus 2375 réfugiés qui ont demandé une protection internationale auprès des Nations Unies.

La France prévoit donc d’accueillir 9127 migrants. Ces programmes d’accueil sont une première réponse de l’Union Européenne aux tragédies humaines qui jouent en Méditerranée.
Cependant pour être mise en place, cette proposition de la Commission Européenne doit être adoptée à la majorité qualifiée par le Conseil européen mi-juin après consultation au Parlement européen. Ce qui apparaît presque impossible puisque le Conseil européen réunit les chefs d’États et de gouvernements des vingt-huit États membres de l’Union Européenne (dont beaucoup sont opposés à ce projet), le président du Conseil européen et le président de la Commission Européenne.

En parallèle d’autres propositions sont encore à l’étude : opération militaire contre les passeurs (soumise à l’approbation de l’Organisation des Nations Unies), installation de camps le long des routes migratoires (comme au Niger).

Related posts
À la uneActualitéInternational

Brexit : Accord trouvé entre Bruxelles et Londres

À la uneBrèvesSéries Tv

Jonathan Cohen rallume La Flamme de Canal+

À la uneActualitéÉtudiantVoyages

Air France propose sa « formation cadets » gratuite et sans expérience requise

À la uneBrèvesCinéma

30 jours max : le nouveau film de Tarek Boudali attendu en octobre 2020

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux