À la uneActualitéSport

Journées olympiques : Paris se métamorphose en un vaste terrain de sport

Journées olympiques

Du 23 au 24 juin, ce sont les Journées olympiques à Paris. L’espace de deux jours, la ville lumière se transforme en un vaste terrain de sport. Tout autour de l’Hôtel des Invalides, sur un espace de 2500m², de multiples activités sportives et démonstrations sont proposées au public. Le but : promouvoir la candidature de la capitale française pour l’organisation des Jeux olympiques 2024. Radio VL était donc présent vendredi matin lors de la première journée.

9h45, premier contrôle de sécurité, chaque entrée est fortement surveillée. Après l’étape désormais indispensable de la palpation et d’ouverture des sacs, nous entrons. L’ambiance est calme encore. « Un-deux, un-deux essai, essai, bonjour à tous ». Le speaker teste son matériel, tandis que des bénévoles distribuent les plans aux premiers visiteurs. Tout se met rapidement en place.

Il est à peine 10 heures que de nombreux enfants d’écoles primaires de la région parisienne font leur entrée dans une enceinte large de plus de 2500 m². Certains arborent fièrement leur tee-shirt « Paris en mode JO », tandis que d’autres ont maquillé leur visage des couleurs du drapeau français.

De part et d’autres de la grande allée centrale menant aux Invalides, de nombreux terrains. Au total, 33 sports sont proposés au public. Tir à l’arc, volley, handball, golf… Il y en a pour tous les goûts. En effet ici tout le monde s’est mis en mode sport. Deux jeunes filles s’amusent à imiter le désormais célèbre « téléphone » du footballeur Antoine Griezmann. « Mais non c’est comme ça ! », lui glisse un camarade, reprenant son geste.

Journées olympiques

Du côté des terrains de golf c’est le même enthousiasme. Les élèves de CE2 d’une école du 18e arrondissement s’essaient à cette discipline. Un jeune a raté le trou, mais là n’est pas l’essentiel. Il a poussé la balle loin, très loin, devant le regard bienveillant de son entraîneur du jour : Monsieur Thomas Levet, ancien golfeur professionnel, vainqueur de la Ryder Cup en 2005. Même notre journaliste Arnaud Le Quéré a pu faire admirer son « swing » sur un petit fairway en gazon synthétique.

Journées olympiques

On l’appelle « Le Tiger Woods blanc ». Arnaud Le Quéré mouille le polo pour Paris 2024 !

« Cette ville est d’ores et déjà une ville olympique »

Sur le terrain d’à côté, les jeunes courent plus. Et pour cause, ils s’entraînent au baseball. Le coach donne ses derniers conseils aux enfants. « On vient de finir la première manche. Vous voulez votre revanche ? » demande-t-il. Face aux « oui » enthousiastes de ses élèves du jour, il remet les compteurs à zéro. Tout le monde regagne sa place sur le terrain. Derrière les lignes, un jeune garçon avec le bras dans le plâtre a lui aussi trouvé son rôle : il arbitre ses camarades.

Journées olympiques

Pendant ce temps, une jeune femme en service civique à la fédération de baseball explique les règles de ce sport trop peu répandu en France. « Un match de baseball peut durer jusqu’à 9 heures. Voilà pourquoi ce sport est peu médiatisé », explique-t-elle. « Mais le baseball va réapparaître aux JO de Tokyo en 2020. Il faut savoir que le Japon est le premier pays du monde en baseball. Ce ne sont pas les Etats-Unis contrairement à ce que l’on pense. C’est pour cela qu’ils le rétablissent pour 2020, s’amuse-t-elle. Mais on a bien l’intention de le poursuivre à Paris ! »

Journées olympiques

Derrière on joue au foot. Ou plutôt au « tennis-ballon ». La règle ? Se renvoyer un ballon par-dessus un filet. La difficulté ? Les mains ne sont pas autorisées, comme au football. « 4-3, le premier qui arrive à 10 a gagné », lance le coach. « 5-4 », « 7-6 », le match est serré. Tandis que la partie se termine le speaker reprend la parole. « Ça y est la journée Olympique a commencé. Cette ville est d’ores et déjà une ville olympique ».

Journées olympiques

 

Une démo de plongeons du haut du pont Alexandre III

Des démonstrations de BMX se tiennent également face au Grand palais. « On vous entend pas », hurle un speaker pour motiver une foule de jeunes enfants criant à chaque passage. Pas besoin de ça pour chauffer ce jeune public. Les champions, venus de France, d’Angleterre ou encore de Belgique, sont là pour ça et le font très bien. Les figures, toutes aussi acrobatiques et renversantes les unes que les autres, s’enchaînent et les enfants en prennent plein les yeux. Une communion se crée entre les bambins et leurs héros d’un jour.

Journées olympiques

L’heure tourne, midi approche, la foule afflue. 200 canoës, partis des bassins de la Villette avec en tête Tony Estaguet, triple champion olympique en slalom C1, arrivent au niveau du pont Alexandre III. Pendant ce temps, Renaud Lavillenie fait ce qu’il sait faire de mieux : armé de sa perche, il franchit aisément la barre sur les rives de la Seine.

Autre événement immanquable, une démonstration de plongeons dans la Seine depuis le Pont Alexandre III. Deux plongeurs professionnels s’élancent sur deux grands plongeoirs, l’un à 12 mètres, l’autre à 17. Les figures sont belles et fluides. Les corps des plongeurs vrillent dans l’air avec une agilité et une souplesse impressionnantes, avant de fendre parfaitement l’eau de la Seine.

Un 100 mètre sur une piste flottante

Vient enfin le clou de cette matinée : le 100 mètres sur piste flottante. Un grand casting est au rendez vous : Teddy Riner, le judoka double champion olympique (2012, 2016) reçoit un tonnerre d’applaudissements « Il va courir ? » s’étonne le public en haut du pont. À côté, Marie-José Pérec, le perchiste Renaud Lavillenie et la jeune Heather Arneton. Âgée de 14 ans, elle détient actuellement le record du monde minimes de saut en longueur (6,57m).  Le basketteur des Charoltte Hornets Nicolas Batum feint un geste à la Usain Bolt tandis que Sarah Ourahmoune, vice championne olympique de boxe, salue la foule.

Accompagnés des figures politiques Anne Hidalgo et Valérie Pécresse, nos « sprinteurs » d’un jour font, le temps d’un selfie, le signe de la candidature de Paris 2024. Derrière, les pronostics vont bon train sur le pont Alexandre III. « C’est Lavillenie qui va gagner », « Je te parie que la jeune (Heather Arneton) va les battre ». Après un faux départ de Teddy Riner, la course reprend. Le judoka l’emporte alors, devant son acolyte Renaud Lavillenie. Qui l’eût cru !

Journées olympiques

Que ceux qui travaillaient aujourd’hui se rassurent, la journée de demain sera toute aussi animée. Les plus téméraires pourront s’adonner aux joies du trampoline dans le Petit Palais. Les autres iront se rafraîchir sur le bras droit de la Seine où des initiations de canoë, d’aviron, et de voile seront proposées tout au long de la matinée. Quant à la place de l’Etoile, elle se transformera pour l’occasion en vélodrome de 8 heures à 11 heures ; de quoi pédaler au pied de l’Arc de Triomphe.

Article réalisé en collaboration avec Arnaud le Quéré. Photos de Marine Chaize.

Related posts
ActualitéVoyages

City Break : que faire à Milan pour le week-end ?

ActualitéFootSport

"Giroud" : 4 anecdotes que vous allez découvrir sur Olivier Giroud dans le documentaire de Canal +

À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux