À la uneActualitéHigh Tech

Kepler-452b : la nouvelle exoplanète semblable à la Terre

La NASA a annoncé hier la découverte d’une nouvelle exoplanète. La « nouvelle Terre », baptisée Kepler-452b, est une planète qui comme nous, orbite autour d’une étoile s’apparentant au Soleil.

La première exoplanète orbitant autour d’une étoile comme notre Soleil avait été découverte en 1995. Kepler-452b est 60% plus grosse que la Terre, a des propriétés proches de nous, mais est située à… 1400 années-lumières (la lumière met 1400 ans pour faire le voyage, à une vitesse de 300.000 km/s), dans la constellation Cygnus.

Des caractéristiques similaires à la Planète bleue

Sa période de révolution est seulement 5% plus élevée que la nôtre, avec 385 jours contre 365,25 jours pour nous. Kepler-452, l’étoile qui s’apparente au Soleil autour de laquelle Kepler-452b orbite, est 20% plus lumineuse et a un diamètre 10% plus large que notre Soleil. De plus, la distance Terre — Soleil est seulement 5% moins élevée que la distance Kepler-452b — Kepler-452, une bonne nouvelle !

Taille de Kepler-452b par rapport aux planètes du système solaire / Crédit : nasa.gov

Taille de Kepler-452b par rapport aux planètes du système solaire / Crédit : nasa.gov

« On peut considérer Kepler-452b comme le grand cousin de la Terre, nous donnant l’opportunité de comprendre et réfléchir sur l’évolution de l’environnement sur Terre », a déclaré Jon Jenkins, principal analyste des données envoyées par le télescope Kepler, et de continuer : « Il est incroyable de se dire que cette planète a passé 6 milliards d’années dans la zone habitable de son étoile ; plus longtemps que la Terre. Il s’agit là d’une opportunité substantielle pour la vie d’émerger, si tant est que tous les ingrédients nécessaires et les conditions pour la vie existent ».

Un méthode de détection « indirecte »

Ils utilisent la méthode des « transits » : cette méthode part du principe que lorsqu’une planète passe devant une étoile, elle masque une petite partie de la lumière émise, ce qui permet d’affirmer qu’une planète est passée. Cette méthode est d’autant plus difficile à appliquer que la planète en question est petite. Mais cela ne suffit pas à déterminer la composition de la planète, ni à savoir si elle abrite une atmosphère, des molécules organiques, et bien sûr de l’eau, composante essentielle de la vie. Ces derniers éléments sont pour l’instant indétectables à cette distance, c’est pour cela que l’affirmation « nouvelle Terre » est pour le moment inappropriée.

Explication vidéo de la méthode des transits :

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneCultureMusique

Elektric Park 2024 : le festival électro à ne pas manquer !

À la uneSéries Tv

Plus Belle la Vie : qui était Abdel Fedala que jouait Marwan Berreni?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux