ActualitéInsolite

Le Nouveau détective, sulfureux magazine

Créé en 1928, le magazine Le Nouveau Détective traite des faits divers de manière narrative, telle un film d’horreur, le tout agrémenté de photos poignantes. Ames sensibles s’abstenir.

«Toujours libre, Détective découvrira ce qu’il est nécessaire de découvrir pour le bien public» Certes, mais par quels moyens! Le slogan annonce en tout cas clairement la couleur. Cet hebdomadaire créé par Gallimard multiplie les articles relatant de faits divers. Le tout écrit de manière narrative, avec des phrases choc. En feuilletant les pages, on a plus l’impression de lire une nouvelle qu’un titre de presse. Les crimes sont décrits et racontés dans le moindre détail, avec des intertitres faisant ressortir les éléments les plus horribles. Quant aux titres, ils ne correspondent pas toujours au contenu de l’article. Histoire d’entretenir le suspense. C’est le cas d’un fait divers sur un couple surendetté qui abandonne un de ses bébés. L’article est titré « Le bébé sera abandonné devant l’hôpital … C’est ce que le couple avait décidé». En lisant l’article, on apprend en fait que la mère … a noyé le nouveau-né ! A l’insu de son compagnon.

Les faits divers sont parfois mis en relation avec des affaires politiques. Comme dans la polémique «Hollande-Gayet», un encadré évoque le lien entre l’appartement de la rue du Cirque et le milieu corse.

Entre unes choquantes et scénarios de films d’horreur

sans-titreEn lisant Le Nouveau Détective, on se croirait un peu dans un film d’Hitchcock. Les récits sont à mi-chemin entre les émissions du type « Faîtes entrer l’accusé » et les films d’épouvante. Les unes sont trash et ne manquent pas d’interpeller le lecteur : la photo d’une jeune femme à l’air innocent avec en citation «Pourquoi j’ai tué mes cinq enfants», celle d’une enfant accompagnée du titre « L’abominable série noire», ou encore le titre « Violée et torturée pendant 466 jours », qui complète le cliché en noir et blanc d’une jeune femme dénudée. nouveau_d_tective

Les méthodes sont parfois à la limite de la déontologie journalistique, mais le magazine ne laisse pas indifférent. Scoops douteux pour certains, vraies enquêtes pour d’autres, il se maintient depuis plus de soixante ans dans un secteur sinistré. Preuve que le nombre d’adeptes ne manque pas. Au risque de scandaliser.

phototag

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéFrance

Jean Castex annonce une "indemnité inflation" pour répondre à la hausse des prix

À la uneActualitéPolitique

Les directeurs d'écoles peuvent maintenant connaître le statut vaccinal de leurs élèves

À la uneInsoliteInternational

Livraison de produits par drones, c'est bientôt possible en Israël

À la uneActualitéPolitique

"La police tue" : Philippe Poutou dérape dans VIPol

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux