Vendredi 4 mars, François Hollande a reçu à l’Élysée le prince héritier et ministre de l’Intérieur de l’Arabie Saoudite afin de lui remettre la plus haute décoration honorifique française.

En effet, c’est en catimini que Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud s’est vu décoré de la légion d’honneur des mains du président français. Cette visite, confirmée dimanche par l’AFP, n’a fait l’objet d’aucune communication de l’exécutif.

Cette décoration a suscité de nombreuses critiques, du fait des nombreuses exécutions depuis le début de l’année dans ce pays de la péninsule arabique. Au total, 70 ont eu lieu en 2016. La dernière en date s’est déroulée dimanche, avec la décapitation  au sabre d’un Saoudien condamné à mort. Il avait été reconnu coupable du meurtre de Yassine Al-Soumairi, tué à coups de pierres sur la tête à la suite d’une altercation.

« Une tradition diplomatique »

« Nous discutions avec Riyad de la paix en Syrie » a expliqué  Jean-Marc Ayrault. « Cette légion d’honneur est une tradition diplomatique. » S’il dit comprendre les réactions, le ministre des Affaires étrangères affirme qu’ « il y a parfois des traditions diplomatiques qui peuvent étonner, il faut le prendre comme tel ».

Le prince héritier a reçu cette décoration « au titre de personnalité étrangère, une pratique protocolaire courante », a souligné l’entourage de François Hollande. Ce dernier avait lui-même été décoré de l’ordre suprême du Royaume d’Arabie Saoudite, lors d’une de ses visites dans le pays.

Premier partenaire commercial dans le Golfe

Dans le cadre de la lutte contre l’État islamique, l’Arabie Saoudite fait partie de la coalition internationale contre Daesh. La France entretient également des relations très suivies avec le pays. Elle y a conclu d’importants contrats d’armement. En octobre dernier, Manuel Valls s’était rendu à Ryad pour signer des accords commerciaux et des lettres d’intention d’une valeur de dix milliards d’euros. Soixante-huit sociétés françaises sont par ailleurs implantées dans le pays, premier partenaire commercial de la France dans le Golfe.

Source : info.arte.tv.

Source : info.arte.tv.

Seulement, selon les chiffres officiels, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, en 2015.  Soit une personne tous les deux jours. Le nombre n’avait pas été aussi important depuis vingt ans. Cette cadence a obligé récemment l’Arabie Saoudite à recruter des bourreaux. Dans le royaume ultra-conservateur, les autorités invoquent la dissuasion pour justifier la peine de mort.

Le régime saoudien se distingue ainsi par son piètre respect des droits de l’Homme. Alors, la remise de la légion d’honneur à un dignitaire du régime fait grincer quelques dents.

›› À lire aussi : Un adolescent saoudien condamné à mort par crucifixion.

© Photo à la Une : AFP.