À la uneActualitéFranceReportagesSociété

Les graffitis de la Liberté et de l’Unité

Du 7 au 11 janvier 2015, le peuple de France s’est spontanément levé et rassemblé pour exprimer sa colère et dénoncer les 17 morts des attentats de Paris. Alors que les rassemblements fleurissaient partout en France et dans le monde, les parisiens ont choisi un lieu hautement symbolique pour se recueillir: la Place de la République. Mais que faire, 15 jours après ces évènements, de tous les messages inscrits sur la pierre du monument ? C’est la question que nous nous sommes posés.

«Les effacer ? Jamais, ce serait une erreur !». Michel, 68 ans a été de tous les rassemblements et vient chaque jour à 11h30 sur la Place pour rendre hommage aux victimes. Et c’est lors de sa visite quotidienne que nous l’avons rencontré. «Regardez ces mots, si beaux, qui défendent nos valeurs républicaines, nos libertés, et doivent traverser les siècles afin que personne n’oublie les dangers de l’intégrisme» disait-il en pointant du doigt l’imposante statue.
Il interpella deux jeunes femmes, Imen, une stagiaire de 22 ans dans une pharmacie de la Place de la République, et Mimouna, préparatrice dans cette même officine. Sans nous laisser le temps de leur demander ce qu’elles en pensent, il leur posa la question !
Imen répondit qu’il ne faut pas retirer les graffitis car «c’est symbolique et ces évènements resteront dans l’histoire» et Mimouna de rajouter que «si la mairie décide de tout enlever, elle devrait installer une plaque commémorative pour ne pas oublier janvier 2015».

«ils sont la marque des manifestations»

Quelques instants plus tard, nous avons franchi les portes de l’hôtel Crowne Plaza situé sur la Place dans un superbe bâtiment haussmannien. Derrière la réception, Aurélie, jeune femme de 26 ans, et Mehdi, homme d’une trentaine d’année ont accepté nos sollicitations.
Pour la jeune femme, «ce serait bien qu’on les laisse, ils sont la marque des manifestations en soutien à Charlie Hebdo». S’il admet que de nombreux touristes viennent sur la place pour se recueillir et prendre des photos, que c’est un symbole d’unité nationale, il craint que «cela n’incite certains individus à en profiter pour y écrire des messages de haine».

De nombreux parisiens ont orné la statue de la République de messages en hommage aux 17 victimes des attentats de Paris de janvier 2015.

De nombreux parisiens ont orné la statue de la République de messages en hommage aux 17 victimes des attentats de Paris de janvier 2015.

 

«Le volet émotionnel doit se refermer»

En ressortant, nos yeux sont attirés par le café Monde et Médias sur l’esplanade. Un des serveurs nous dit qu’ «aucun employé n’est autorisé à parler aux journalistes» Il nous propose de poser cette question au gérant de la brasserie Le Dejazet. Loin d’être passionné, préférant caresser son chien, nous confie qu’il voulait que ces graff‘ soient effacés, «la République unie ne doit pas s’arrêter à un évènement. Le volet émotionnel doit se refermer, et puis c’est sale».

Pas de nettoyage prévu pour le moment

A 16h30, après de nombreuses péripéties, que la réceptionniste de la mairie du 11e qualifia de «typique de la fourmilière administrative municipale parisienne», Stéphane Lebronec, ingénieur chargé du patrimoine, nous affirme que «l’Hotel de Ville de Paris n’a pas encore fixé de date mais dès la fin de la période de recueillement, les agents d’entretien de la mairie retireront ces graffitis. La statue de la Place de la République est un monument historique, il ne peut être laissé en l’état».
En remontant le boulevard Voltaire, Chainez, une jeune musulmane pratiquante, condamne  les attentats mais accuse «les slogans comme «Je suis Charlie» de masquer une islamophobie criante en France», avant d’affirmer que le journal satirique avait été «irrespectueux envers l’Islam». Pour elle, c’est une évidence, la statue doit être nettoyée.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneÉtudiantFranceSexe

Les préservatifs gratuits pour les 18-25 ans dès le 1er janvier 2023

À la uneMédiasMusique

Qui est Maskey, ce YouTuber français ?

ActualitéCinémaCultureLittérature

C'est quoi "Le Comte de Monte-Cristo", cette histoire de nouveau adaptée au cinéma ?

À la uneMédias

Disparition brutale du producteur Franck Saurat à 55 ans

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux