À la uneCinéma

L’histoire du Festival de Cannes en 10 anecdotes que vous ne connaissez peut-être pas (Partie 1)

Retour en deux parties sur les origines du Festival de Cannes en 10 anecdotes chronologiques que vous ne connaissiez peut-être pas

Quelle est l’origine du Festival de Cannes, le plus grand Festival du Monde? Cannes a 70 ans cette année. L’occasion de revenir sur l’histoire à l’origine politique de ce qui est devenu le premier événement du 7ème Art au monde. Entre la petite et la grande histoire, retour sur la vie du Festival de Cannes.

1-La création du festival est un geste politique d’opposition aux fascismes.

A la fin des années 30, la France refuse de laisser les gouvernements fascistes Allemand et Italien faire de l’entregent pour placer leurs productions à la Mostra de Venise. Alors que Goebbels inaugure le festival transalpin, Jean Zay, alors Ministre de la Culture, décide de créer un Festival International du film en France. En 1939, et alors que le film de propagande Nazi Les Dieux du Stade, de Lena Riefenstahl a remporté un prix à Venise l’année précédente, Louis Lumière accepte de devenir le premier Président du festival, qui se déroulera à Cannes en septembre. La première édition de ce qui deviendra le plus grand festival de Cinéma du monde est prête, adoubée par l’un des inventeurs du 7ème Art.

2-Les Nazis ont empêché la première édition du festival.

Cette première édition est largement soutenue par les gouvernements Français, Britannique et Américain, qui voient là le moyen d’empêcher les fascistes d’imposer leurs vues sur le cinéma Européen. Christian-Jaque, Julien Duvivier et Jacques Feyder, entre autre, représenteront la France. Hollywood, alors en plein âge d’or, n’y va pas de main morte, avec rien moins que Victor Fleming (Le Magicien d’Oz), Cecil B. DeMille et Sam Wood envoyés par les studios pour montrer que l’American Dream n’est pas qu’un mythe. Mieux, la Metro-Goldwyn Meyer affrète un paquebot rempli de stars (Tyrone Power ou Gary Cooper par exemple), et les Américains prévoient de lancer des fêtes dantesques. Notamment en projetant de construire une réplique de Notre-Dame de Paris sur la plage de Cannes (!!!).

Seulement, le 1er septembre 1939, date d’ouverture de la compétition, les troupes d’Hitler envahissent la Pologne. La Seconde guerre Mondiale est sur le point de commencer, le premier Festival de Cannes est annulé. Une raison de plus de détester les Nazis.

3- La CGT est l’un des membres fondateur du Festival de Cannes.

En 1946, le Ministère de la Culture, à peine remis sur pieds, souhaite relancer le festival, mais manque de fonds. C’est finalement en la CGT, alors toute puissante, qu’elle trouve un allié de poids! La ville de Cannes et le gouvernement complètent le financement de cette première édition. Pourtant, alors que l’évènement est un grand succès, le Ministère refuse d’apporter de l’argent pour un second round, l’entreprise étant jugée trop chère pour devenir annuelle. Dans la précipitation, la CGT décide d’aligner les billets pour la construction d’un Palais des Festivals, qui accueillera l’édition de 1947. Aujourd’hui encore, la CGT siège au conseil d’administration de l’évènement. D’ailleurs, pour la 60e édition, Bernard Thibault, dirigeant du syndicat, est invité aux festivités, et déclare saluer la volonté de “marquer sa fidélité à l’histoire d’un Festival où la CGT est presque chez elle, même s’il a beaucoup changé”. On rappelle que le tapis du Festival est rouge.

4- Le Festival théâtre de la Guerre Froide

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les tensions entre l’Est (URSS) et l’Ouest (États-Unis) sont vives, si bien que le monde se fige peu à peu dans une Guerre Froide où les batailles sont plus diplomatiques que militaires. A partir des années 50, le festival devient le principal évènement international du 7ème Art. C’est la raison pour laquelle, jusqu’à la fin des années 70, les ambassades des plus grandes puissances du monde, à commencer par celles des États-Unis et de l’URSS, faisaient lourdement pression pour imposer leurs œuvres dans la compétition officielle, vitrine de leur culture, forcément meilleure que les autres. Tout va mieux désormais : depuis la chute de l’URSS, les États-Unis ont remporté 7 Palme d’or…

5-1959 : Nouvelle Vague et Marché du Film

En 1959, François Truffaut remporte le Prix de la Mise en Scène pour Les 400 coups, tandis qu’Alain Resnais présente en section parallèle Hiroshima mon amour. La Nouvelle Vague est adoubée par le Festival et ne tardera pas à laisser des traces durables dans le Cinéma Mondial, notamment aux États-Unis où elle inspirera les réalisateurs du Nouvel Hollywood (Spielberg, Scorsese, Lucas, Coppola et les autres).

C’est cette même année qu’est lancé le premier Marché du Film, où producteurs et distributeurs négocient l’achat de leurs films. Il deviendra le premier marché du cinéma du monde, avec celui de Los Angeles. 1959, symbole de l’opposition du Cinéma d’Artiste et du Cinéma Commercial.

A suivre…

A lire aussi : La sélection du 70ème Festival de Cannes 2017 dévoilée

Related posts
À la uneActualitéInternational

Prix Pulitzer : Une récompense spéciale pour la jeune femme qui a filmé le meurtre de Georges Floyd

À la uneActualité

“Marche des libertés” : Une manifestation contre l'extrême droite se tient aujourd’hui à Paris

À la uneActualité

Invalides : Quelle était cette fête géante et clandestine ?

À la uneFootSport

Euro 2020 : l'Italie bat facilement la Turquie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux