À la uneActualitéInternational

Manus Island : le Guantanamo australien

Beaucoup de demandeurs d’asile ayant fui la misère des zones de guerres (principalement la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan) et qui cherchent à s’installer en Australie finissent à Manus Island en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cette île accueille un des nombreux centres de détentions off-shore où environ 2000 demandeurs d’asile sont emprisonnés. Cette île, où une révolte a éclaté dans le camp de rétention des immigrés clandestins le 17 février 2014 faisant 70 blessés et un mort, est devenu le symbole de la face cachée de l’immigration australienne.

Voici le message qui est au cœur de la politique de la politique australienne « Solution du Pacifique » concernant les demandeurs d’asile : vous pouvez chercher à commencer une nouvelle vie au sein de l’un des pays les plus riches du monde, mais vous échouerez dans l’un des pays les plus pauvres du monde …

« SOLUTION PACIFIQUE » : INITIÉE EN 2001 ET REPRISE EN 2012

Situation géographique de Manus Island © The Betoota Advocate

Situation géographique de Manus Island
© The Betoota Advocate

C’est en 2001 que le camp de détention de Manus Island a été construit dans le cadre de la « Solution Pacifique », politique qui fut mise en place à la suite de l’affaire « Tampa » : un bateau norvégien avait porté secours à des réfugiés indonésiens et s’était vu refuser l’entrée sur le territoire australien malgré le droit maritime. Ainsi, en échange d’une aide au développement, le gouvernement australien a convaincu le gouvernement de Papouasie d’accepter les migrants sur leur territoire.

Fermé en 2007, le camp de Manus Island a été rouvert en novembre 2012 par le gouvernement travailliste de Julie Gillard et la loi du 19 Juillet 2013 a validé cette décision : tout demandeur d’asile devra transiter en Papouasie-Nouvelle-Guinée dans l’attente du traitement de son cas et aucun ne pourra séjourner en Australie ensuite.

DES CONDITIONS DE VIE INHUMAINES

Les conditions de vie sont déplorables au sein du camp de Manus Island © ABC

Les conditions de vie sont déplorables au sein du camp de Manus Island
© ABC

Amnesty International Australie a publié en décembre 2013 un rapport sur les conditions de vie dans le camp de Manus Island après avoir pu le visiter en novembre de la même année : dortoirs surpeuplés, conditions d’hygiène déplorables, manque d’eau potable et de produits de base …

A la suite de ce rapport, l’ONU a immédiatement dénoncé la politique australienne qui est illégale car l’Australie a signé la Convention relative au statut des réfugiés de 1951 dont l’article 31 oblige les signataires à garantir l’accueil des demandeurs d’asiles qui fuient des persécutions. Mais le gouvernement australien utilise la même défense que les américains concernant Guantanamo. Le camp est hors du territoire national, ce qui décharge l’administration australienne. Et il avance également une raison humanitaire : pour éviter les noyades en haute mer, il faut empêcher les clandestins de rejoindre l’Australie par bateaux.

En définitive, la population australienne reste, comme son gouvernement, très hostile à l’immigration clandestine, et peu informée de ce qu’il se passe sur Manus Island. En effet, selon un sondage conduit par le Lowy Institute, 71% des australiens soutiennent la politique du gouvernement.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneInternational

Attaque sur Israël : c'est quoi l'article 51 brandit par l’Iran ?

À la uneMédias

The Voice : où en sont nos favoris après cette 2ème soirée des Battles ?

À la uneMédias

The Voice : est-ce que Vernis Rouge faisait déjà le buzz quand elle a été éliminée ?

ActualitéBuzzJeux Olympiques Paris 2024

C’est qui Baptiste Moirot, le porteur de la flamme olympique ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux