Le 13 novembre, un militaire nord-coréen a réussi à fuir le pays et à rejoindre la Corée du Sud. Touché par balle, son état de santé est inquiétant.

L’escapade

Le fait est très rare pour être souligné. Lundi 13 novembre, un militaire nord-coréen a réussi à passer la frontière entre les deux Corées pour rejoindre la Corée du Sud, par le village frontalier de Panmunjom.

L’homme est arrivé au volant d’un véhicule à toute allure. Une fois aux abords de la frontière, il est sorti de celui-ci et a couru vers le petit muret en béton qui délimite la frontière, alors que dans le même temps, il était assailli par les tirs des militaires nord-coréens :

« Il est sorti du véhicule et a fui au Sud en traversant la ligne alors que d’autres soldats lui tiraient dessus depuis la Corée du Nord », a indiqué le Commandement des Nations-Unis en Corée (UNC) dans un communiqué officiel.

Une fois la frontière passée, le militaire s’est réfugié derrière un bâtiment situé en Corée du Sud, donc, avant d’être emmené d’urgence dans un hôpital du pays.

Un état de santé inquiétant

Le militaire se trouve actuellement dans le coma. Ce dernier a reçu six balles lors de sa fuite. En plus d’avoir été touché à six reprises, le militaire est infesté de parasites intestinaux. En effet, cela est courant dans les pays en voix de développement. Par manque de moyen, les habitants se nourrissent de légumes crus fertilisés avec des engrais humains, ce qui entraîne le développement de parasite à l’intérieur du corps. Son pouls s’est stabilisé mais son état pourrait s’aggraver à tout moment, précise le médecin qui le soigne :

« Nous le surveillons de près pour éviter les complications,, en raison notamment d’un nombre énorme de parasites intestinaux (…) je n’ai jamais rien vu de tel en 20 ans de carrière. »

Une histoire triste mais cependant peu surprenante, lorsque l’on connaît la répression qui fait rage dans le régime de Kim Jong-Un.