À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … le pilote de Reverie (NBC), science-fiction à la Inception

Dans la nouvelle série Reverie, Sarah Shahi vient au secours de ceux qui sont piégés dans une réalité alternative. Avec un premier épisode sympathique, la série pourrait être une jolie surprise.

C’est quoi, Reverie ? Ex-négociatrice en prise d’otage pour le FBI , Mara Kint (Sarah Shahi) a quitté son poste suite à un traumatisme et exerce désormais comme professeur. Elle est contactée par son ancien patron, Charlie Vantana (Dennis Haysbert), qui lui propose de travailler avec lui pour Onira-Tech, une société spécialisée dans les nouvelles technologies. L’entreprise a mis au point un programme de réalité virtuelle, baptisé Reverie, grâce auquel ses clients peuvent revivre leurs souvenirs ou évoluer dans un monde né de leur imagination. Mais certains d’entre eux se laissent happer par leurs fantasmes et refusent d’en partir, avec le risque de tomber dans le coma et de renoncer à leur vraie vie. La mission de Mara consiste à entrer en contact avec eux dans leur univers virtuel, pour mettre en pratique ses talents de négociatrice et les convaincre de revenir.

Créée par Mickey Fisher, showrunner de la série de science-fiction Extant avec Halle Berry, Reverie était censée débuter sur NBC lors de la saison 2017 / 2018. La diffusion a finalement été repoussée au 30 Juin – ce qui, a priori, n’est pas forcément bon signe, les chaînes ayant parfois tendance à profiter de la période estivale pour liquider les séries auxquelles elles ne croient pas … Or, le pilote de Reverie laisse entrevoir une série sympathique avec un univers bien à elle et un réel potentiel, en fonction de son évolution.

Mara, à la découverte de Reverie

 

Quitter son corps pour voyager dans un monde virtuel n’existant que dans l’imagination ou l’esprit : c’est un concept déjà maintes fois exploité, notamment au cinéma dans Matrix ou Inception. On ne peut manquer d’y penser et, de ce point de vue, Reverie n’invente rien. En revanche, c’est un sujet qu’elle aborde à travers des thématiques et des histoires personnelles, s’intéressant moins à l’aspect science-fiction qu’à la dimension humaine de son récit – du moins dans le pilote.

Dans ce premier épisode, Mara doit ramener un veuf, qui s’est réfugié dans un monde où il peut retrouver sa femme dans une succession de rendez-vous romantiques. Grâce à des indices observés dans l’univers créé par l’esprit de son client, Mara cherche à comprendre les circonstances de la mort de son épouse et établir un dialogue. Dans le même temps, l’expérience fait écho au passé de notre héroïne et l’affecte profondément : une série de flash-backs permet de découvrir l’événement tragique qui l’a poussée à quitter le FBI et l’a plongée dans l’addiction à l’alcool et aux médicaments… Sans surprise, c’est en aidant les autres qu’elle-même trouvera une forme de résilience.

Allô, allô, Monsieur l’ordinateur ?!

 

Sarah Shahi (vue dans Life, Facing Kate, Person of interest) est convaincante dans le rôle, laissant transparaître les faiblesses mais aussi la détermination de son personnage, et la manière dont elle s’adapte à l’univers étrange de Reverie. A ses côtés, on retrouve Dennis Haysbert (24 heures chrono, The Unit) dans le rôle de son ancien supérieur et chef de la sécurité de Onira-Tech, Sendhil Ramamurthy (Heroes) en spécialiste des rêves et designer du programme, et Jessica Liu (Akward) qui incarne l’ingénieur à l’origine de Reverie. Après un seul épisode, il est à noter que ces personnages semblent déjà suffisamment bien construits pour susciter l’intérêt, avec chacun en arrière-plan une histoire personnelle suggérée, qui prendra sans doute de l’importance dans les épisodes à venir.

A ce stade, difficile de se prononcer sur la forme que prendra la série – mais on suppose qu’elle mélangera trame suivie et épisodes auto-conclusifs . De toute évidence, Reverie jouit de la possibilité d’explorer une multitude d’univers, grâce auxquels les scénaristes pourront laisser libre cours à leur imagination. On peut envisager que Mara entre ainsi dans la tête d’un romancier, d’un musicien, d’un enfant, d’un passionné d’histoire, d’un schizophrène, voire pourquoi pas d’un tueur en série ? Autant de mondes différents, à travers lesquels Reverie pourrait ainsi changer d’approche, d’ambiance et de décor, tout en nous offrant quelques expérimentations créatives et originales. Et ce, même s’il faut reconnaître que visuellement, les effets spéciaux des scènes se déroulant en réalité virtuelle sont assez limités et pas toujours très heureux, empêchant de s’y laisser totalement emporter.

Sarah Shahi / Dennis Haysbert, têtes d’affiches de Reverie

 

La tentation du procedural est aussi un risque : on voit bien comment Reverie pourrait s’y limiter, se contentant à chaque épisode d’envoyer Mara à l’aide du pauvre bougre piégé dans son imagination. Heureusement, la série ne semble pas en prendre le chemin et le final du pilote ouvre la porte à une intrigue transversale, centrée sur le personnage de Mara ; un peu attendu et a priori prévisible, cet axe narratif donne néanmoins envie d’en voir plus. Ce qui, reconnaissons-le, est déjà un bon point à mettre à l’actif de Reverie.

L’un dans l’autre, Reverie s’annonce comme une bonne série, mélange de science-fiction, d’enquête et de drama, avec des personnages bien construits. Elle est en outre susceptible d’aborder des thématiques passionnantes – comme le lien entre corps et esprit, l’impact de la technologie sur nos vies, la tentation de la fuite dans le fantasme. Mais même sans ce sous-texte ambitieux, Reverie a bien des choses à raconter et largement de quoi trouver son public. A confirmer dans les prochains épisodes…

Reverie (NBC)
10 épisodes de 40′ environ.
Inédite en France.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneActualitéFaits Divers

Nantes : le CHU condamné après le suicide d’une adolescente

À la uneActualitéInternational

Robert Downey Jr. en deuil après la mort de son assistant

La Loi des SériesSéries TvThe Générique TV Show

The Générique TV - Show : Olivier Constantin (Cobra) | La loi des séries #487

À la uneActualité

Musée Grévin : une statue à l’effigie de Joe Biden fait son entrée

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux