À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … The bite, le covid zombie s’attaque à New York

Robert et Michelle King imaginent avec The Bite un variant zombie du covid et se moquent joyeusement de tout le monde (nous y compris).

C’est quoi, The bite ? En pleine épidémie de Covid-19, alors que la ville de New York est confinée, Rachel (Audra McDonald) est un médecin qui pratique la téléconsultation depuis son domicile. Sa voisine du dessus, Lily (Taylor Schilling) exerce ses activités de dominatrice SM via Zoom. Lorsque Rachel et Lily découvrent l’existence d’un variant du virus qui transforme les gens en zombies, elles vont tenter d’alerter les autorités puis, devant l’incurie des responsables de Washington, chercher elles-mêmes un remède tout en restant calfeutrées chez elles.

On connaît le couple formé par Michelle et Robert King grâce à des séries comme The good wife, The good fight ou Evil.  Certains se souviennent peut-être aussi de Braindead (2016), annulée au bout d’une saison. Cette comédie délirante montrait des responsables politiques américains contrôlés par des… fourmis aliens qui leur mangeaient le cerveau ! Présentée dans le cadre du Festival Séries Mania, The Bite s’en rapproche indéniablement avec un pitch presque aussi improbable, une dimension de satire sociale et un mélange d’horreur et de comédie.

L’histoire se passe en pleine deuxième vague de Covid-19 : la ville de New York est confinée, les rues sont quasiment désertes, l’économie à l’arrêt, les services hospitaliers débordés. Les citoyens ordinaires, enfermés chez eux, suivent anxieusement l’évolution de la situation sur les chaînes d’info et ils n’ont que leurs téléphones portables et internet pour communiquer avec l’extérieur. Dans un immeuble de Hell’s kitchen, Rachel exerce désormais la médecine en téléconsultation tandis que son mari travaille au CDC à Washington. Deux étages au-dessus, Lily écrit ses mémoires de dominatrice SM tout en proposant ses services (et ses sévices) par internet. 

Lors d’une consultation, Rachel examine un homme qui a été mordu par un inconnu ; sous ses yeux, son patient se transforme en zombie, attaque et dévore son épouse. De son côté, Lily déroge aux règles de distanciation sociale en recevant un riche client, sans s’apercevoir que celui-ci a une trace de morsure à la cheville… Vous devinez la suite.

Lily a la situation bien en main...

Face à ce nouveau variant du covid qui transforme les malades en zombies, les deux femmes vont collaborer depuis leurs domiciles respectifs pour tenter de sauver leur peau, mais aussi de trouver une solution. Et ce, malgré des responsables gouvernementaux cyniques, des patients récalcitrants et l’obstination générale d’une population dans le déni qui veut seulement retourner boire un verre en terrasse…  

Tournée pendant la quarantaine en 2020, la série est née de l’envie des King de créer quelque chose avec leurs amis acteurs alors désœuvrés, travaillant pour la plupart à Broadway (Phillipa Soo, Steven Pasquale et Ben Shenkman par exemple) et donc effectivement enfermés chez eux. Quant aux deux actrices principales, elles font merveille : Taylor Schilling (la Piper de Orange is the new black) et Audra McDonald (vue notamment dans The good fight) sont absolument géniales dans leurs rôles respectifs et la dynamique entre elles est absolument délicieuse. A noter pour l’anecdote que Will Swenson, qui joue le mari de Audra McDonald dans la série, l’est aussi dans la vraie vie. 

Reste que s’il fallait qualifier The bite en un mot, on choisirait « inclassable »… et « foutraque » juste après. C’est un mélange de comédie délirante (attaque de chat zombie, main à la Evil dead qui court partout…), de série de confinement (l’action se déroule en huis clos dans des espaces fermés et on communique via des écrans), de série d’horreur gore (des zombies, du sang, des tripes et une amputation) et de satire (le CDC, les hommes politiques, les communicants, la population lambda en prennent pour leur grade.) The bite est une série prenante et intrigante. – farfelue bien plus qu’effrayante, avec des situations rocambolesques et poussées à l’extrême.

… contrairement à Rachel

L’aspect le plus réussi est sans contexte – et comme toujours chez les King – la satire politique et sociale hilarante qui n’épargne personne. Face à cette nouvelle phase de l’épidémie qui menace de se transformer en apocalypse zombie, les communicants cherchent un nom moins effrayant pour ce variant, les politiciens s’inquiètent pour l’économie et proposent des collerettes  à attacher au cou des zombies pour pouvoir rouvrir les commerces , les livreurs d’une grande plate-forme internet continuent leur travail en se frayant un chemin à coup de machettes dans les rues, les médecins recommandent de protéger les personnes âgées parce que ce sont « celles qui courent le moins vite » …  Le générique de fin est tout aussi absurde que réjouissant : des images de la série côtoient des images de politiciens américains et l’expression de leur visage ne laisse guère de place au doute. Ted Cruz, Mitch McConnell, Gavin Newsom, Andrew Cuomo ? Tous des zombies. 

Dans The Bite, tout se mélange ou plutôt se juxtapose : les deux premiers épisodes, écrits par les King, mettent en place l’histoire et virent à la comédie d’horreur absurde à la Santa Clarita Diet ; les deux suivants jouent sur la satire avec les réactions des autorités lorsqu’elles prennent conscience de ce nouveau variant ; les deux derniers prennent une tournure plus sérieuse voire dramatique avec une fin surprenante. Une évolution qu’on peut juger maladroite et confuse, mais qui n’est cependant pas dénuée d’intelligence : elle suggère que,  malgré la prémisse improbable et l’absurdité des solutions mises en œuvre, nous aurions dû prendre cette situation insensée au sérieux dès le début… Ça vous rappelle quelque chose ?

En imaginant – comme beaucoup d’entre nous l’ont fait – une transposition de la situation sanitaire mondiale dans une série de zombie, avec un variant du virus qui transforme les malades en morts-vivants, les King font de l’épidémie de Covid-19 une comédie gore et satirique – entre mensonges du gouvernement, grignotage de chair et comportement stupide de la population. Dans The Walking dead version The Bite, Daryl Dixon risquerait sa vie pour un rouleau de papier toilette… 

The Bite
6 épisodes de 45′ environ.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
La Loi des SériesSéries Tv

The Générique - TV Show : Groucho Business aka Alexandre Marcellin (Graffiti 5-15) | La loi des séries #528

À la uneSport

[INTERVIEW] Rhea Ripley, la catcheuse australienne qui conquiert WWE

À la uneBuzzInsolite

Elle confond son AirPod avec son médicament et enregistre un audio depuis son estomac

À la uneFrance

Nicolas Hulot : une enquête ouverte pour "viol et agression sexuelle"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux