À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous… Upload (saison 1), bienvenue au paradis numérique

Comédie, romance, thriller, satire : malgré un mélange parfois déstabilisant, Upload est indéniablement une série originale et séduisante. 

C’est quoi, Upload ? En 2033, il est désormais possible de uploader le contenu du cerveau d’un proche décédé, afin qu’il revive dans un monde virtuel où il peut garder contact avec les vivants. Victime d’un accident de voiture, Nathan Brown (Robbie Amell), un codeur de Los Angeles, est ainsi téléchargé  dans le luxueux hôtel de Lakeview. Il continue d’exister grâce à sa petite amie Ingrid (Allegra Edwards) qui finance son séjour dans cette sorte de cyber-paradis. Nora (Andy Allo), employée au service client, lui est assignée comme « ange » afin de faciliter sa transition. Nathan ressent immédiatement un sentiment particulier envers Nora, et l’attirance est réciproque. Mais à mesure qu’ils se rapprochent, la jeune femme découvre des informations qui suggèrent que la mort de son client n’était peut-être pas accidentelle…

On dirait le début d’une blague : Mike Schur, Alan Yang et Greg Daniels entrent dans un bar. Nous sommes en 2015, et les trois amis qui ont travaillé ensemble sur Parks & Recreation se retrouvent autour d’un verre. Bien qu’ils n’en parlent pas, chacun a en projet une série abordant le thème de la vie après la mort : The Good Place, Forever et Upload.

Upload,c’est donc la nouvelle série de Daniels. Il y pense depuis le début des années 1990, a envisagé d’en faire un roman de science-fiction, et c’est finalement trente ans plus tard que son idée prend forme sur Amazon Prime Video. Le laps de temps écoulé entre la genèse de Upload et sa concrétisation n’est pas anodin, étant donné que l’histoire s’articule autour de thèmes technologiques (transhumanisme, intelligence artificielle, nanotechnologie, immortalité numérique à défaut d’être biologique) ayant connu des évolutions spectaculaires au cours des dernières années.

Le showrunner imagine que, dans un futur proche, on peut télécharger le contenu de notre cerveau ou de notre conscience dans le cloud, de sorte qu’après notre mort, nous puissions continuer à exister et à communiquer. C’est encore de la science-fiction mais l’idée semble chaque jour plus crédible, et Upload n’est pas la première à l’aborder – pensons à Altered Carbon, Westworld ou Black Mirror (l’épisode San Junipero). Le traitement est toutefois radicalement différent dans Upload, plus proche de séries comme Miracle Workers ou… The Good Place ! Upload est néanmoins une série inclassable qui mélange comédie, humour absurde, science-fiction dystopique, intrigue criminelle, romance et satire du capitalisme. Rien que ça. 

Romance au paradis virtuel entre Nathan et Nora

L’intégration de toutes ces composantes est parfois un peu bancale ou du moins déstabilisante – il faut s’habituer au mélange des genres. Mais le concept est séduisant, la série pleine de bonnes idées et elle possède un univers original qui lui est propre. En outre, on s’attache vite aux deux personnages principaux : découvrir Lakeview à travers le regard de Nathan facilite l’empathie, et Nora (excellente Andy Allo) est sympathique et charmante. De sorte que, scène après scène, on se prend au jeu et on se laisse emporter par cette histoire un peu étrange, mais stimulante et intrigante. 

L’humour de la série est simple et efficace, avec  les situations et gags absurdes qu’autorise l’environnement virtuel, des dialogues rapides et bien écrits et des extrapolations sur la manière dont les technologies futures sont susceptibles de modifier le quotidien (il est par exemple devenu courant d’imprimer sa nourriture en 3D…)  Progressivement se dessine aussi un triangle amoureux à mesure que le cœur d’un Nathan virtuel balance entre sa loyauté envers sa petite amie Ingrid qui vit dans le réel et ses sentiments pour Nora qui navigue entre les deux mondes. Il y a également ce mystère autour de la mort de Nathan, dont une partie des souvenirs semblent avoir été effacés volontairement… 

Enfin, Upload développe une critique qui, sans rien ôter au charme et à la légèreté de son histoire, n’en demeure pas moins acide. Dans ce monde virtuel qui excite l’imagination, Nathan a la chance d’avoir été uploadé dans un hôtel de luxe au milieu de paysages enchanteurs grâce à l’argent de Ingrid. Lakeview offre tout le confort dont on peut rêver… en fonction de son compte bancaire. Les inégalités économiques vous poursuivent jusque dans l’au-delà, les clients sont encouragés à dépenser toujours plus et de grandes sociétés technologiques ont pris le contrôle de notre vie… et de notre mort. Exceptés quelques services gratuits, tous les avantages à Lakeview sont en supplément. On achète aussi un forfait de data : ceux qui peuvent se le permettre mènent une après-vie quasi-normale, les autres (les plus nombreux) se contentent d’un forfait minimum vite consommé, et sont condamnés à rester statiques et mutiques en attendant d’être rechargés au début du mois suivant.  

Une drôle de vie après la mort pour Nathan

Si ce n’est pas le sujet de réflexion principal de Upload, la série pose aussi en creux l’une des grandes questions qui surgit immanquablement lorsqu »on aborde cet aspect précis du transhumanisme: l’existence numérique serait-elle en continuité avec l’existence biologique, ou n’en serait-elle qu’un pâle reflet voire une simple illusion ? Les possibilités offertes par le monde de Upload sont aussi séduisantes que perturbantes. La vie éternelle qu’on nous fait miroiter et la relation qui se dessine entre Nathan et Nora (mais aussi avec les autres personnages) suggère que si la technologie joue un rôle prégnant dans notre vie (et ici, notre mort), il reste un besoin indispensable que nous seuls pouvons combler : le besoin de relations humaines. 

Upload est drôle quand elle imagine le côté le plus absurde d’une après-vie numérique, romantique quand elle approfondit la relation entre Nathan et Nora, pleine de suspense avec son intrigue concernant la mort de son héros. Elle offre également un autre niveau de lecture, en incitant à la réflexion sur des sujets complexes. Mais comme elle ne se prend pas trop au sérieux, on peut en faire l’économie et dévorer ses dix petits épisodes en se contentant de l’aborder comme une comédie originale, fantasque et réussie. 

Upload (Amazon Prime Video)
Saison 1 – 10 épisodes de 30′ environ. 
Saison 2 le 11 Mars. 

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneCinémaSport

Cinéma, sport : que verra-t-on sur la nouvelle plateforme "Max" ?

ActualitéCultureSéries Tv

5 conseils pour déguster au maximum un bon vin

À la uneSéries Tv

"Merteuil" : la plateforme MAX adapte Les liaisons dangeureuses

À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux