À la uneActualitéFranceSociété

Que pensent les jeunes de l’agriculture ?

VL est allé à la rencontre des jeunes visiteurs du Salon de l’Agriculture, venus en nombre cette année. Ils nous ont partagé leurs impressions sur l’événement et sur l’agriculture plus généralement…

Parmi les 700.000 curieux attendus pour cette 56ème édition du Salon International de l’Agriculture (SIA), on retrouve énormément de jeunes adultes, d’adolescents, d’étudiants et d’enfants présents pour explorer les différents pavillons qui rassemblent pas moins de 4.000 animaux. Le SIA est aussi l’occasion de rencontrer des agriculteurs et producteurs provinciaux qui ont fait le déplacement pour présenter leurs plus belles bêtes ou vendre des spécialités et produits locaux savoureux.

©RomainDevoiseSIA2019

©RomainDevoiseSIA2019

Je suis venue parce que je voulais voir les animaux“. Sans surprise, Lou, 7 ans et demi, a accepté d’accompagner son père et sa sœur au salon pour une simple et bonne raison : découvrir les quelques 360 races de vaches, cochons, poules, moutons et chevaux… Les stars du salon, ce sont bel et bien les centaines de spécimens qui font la fierté des éleveurs. Des étoiles plein les yeux, les enfants prennent un malin plaisir à prendre des photos avec les bovins, porcins ou autres équins, à leurs donner des petits noms et, inévitablement, à les caresser (quitte à braver les interdits).

Quel constat est fait par les étudiants ?

Nous avons eu l’opportunité d’échanger avec plusieurs étudiants, travaillant de près ou de loin dans des domaines en lien avec l’agriculture. Pour Pierre-Yves, 22 ans, qui souhaite devenir traiteur, “c’est la bouffe qui [l’intéresse]” sur le salon. Venu avec des camarades de classe, le jeune homme s’est dit “concerné” par la situation des agriculteurs en 2019. Voulant approfondir ses propos, nous avons posé à Pierre-Yves et ses amis une question toute bête : “pourriez-vous vous lancer dans ce domaine ?”. D’une seule voix, ils nous ont répondu non. Au-delà des conditions de travail usantes, le groupe d’étudiants nous confie simplement “préférer travailler les bêtes [après leur élevage]” et “fabriquer des choses avec les produits que les agriculteurs [leur] amènent“.

Pierre-Yves est venu découvrir le salon avec sa classe

Pas très loin d’eux, nous avons croisé la route de Coralie, une ingénieure agronome de 26 ans. Forcément consciente, de par sa formation, de la difficulté d’exercer le métier d’agriculteur, la jeune femme a tenté de rester optimiste à travers ses paroles, tout en admettant que de nombreux points noirs viennent entacher l’image de la profession. “C’est un métier de passion qui a beaucoup de contraintes, qu’elles soient financières ou environnementales.” nous explique Coralie. “La reconnaissance des produits agricoles n’est pas toujours à la hauteur de l’implication des agriculteurs” regrette-t-elle également. Tout comme la concurrence déloyale imposée par la plupart des grandes surfaces – qu’elle pointe du doigt – précisant de ce fait que “le consommateur ne se rend pas forcément compte des différences de production“. Selon elle, le fossé entre les jeunes et l’agriculture se réduit néanmoins. “C’est une histoire de pédagogie et de sensibilisation” affirme Coralie. En tout cas, son message est assez clair : il faut essayer de manger local et d’opter pour les circuits courts.

Quelle(s) raison(s) à l’origine du désintérêt des jeunes envers l’agriculture ?

Pour Quentin, 23 ans, et ses amis, Maxence, Elizabeth et Paul, ce Salon de l’Agriculture 2019 est une grande première. Profitant d’une journée de repos, la bande de potes a décidé, par curiosité, de venir en faire le tour. Visiblement très satisfaits de leur visite, les quatre copains nous ont partagé leur vision du milieu agricole et en particulier de l’intérêt que les jeunes lui portent. “Ça dépend de la région d’où l’on vient” lance Quentin. “Je viens de province donc j’ai aucun souci avec l’agriculture. Je pense qu’il y a peut-être plus un fossé en région parisienne ou dans les villes“. Le rejoignant sur ce point, Maxence fait, à son tour, un constat très honnête : “On n’est pas au courant de tous les problèmes des agriculteurs mécontents. […] On ne s’informe pas forcément sur la question vu que c’est un milieu assez éloigné du nôtre“.

Le problème vient peut-être de là… Du manque de communication avec les agriculteurs. Le Salon de l’Agriculture, qui se tient jusqu’au 03 mars, est donc l’événement idéal pour y remédier. Les éleveurs et producteurs se feront un plaisir de répondre à toutes les interrogations. Reste plus qu’à faire le premier pas vers eux !

Related posts
À la uneActualitéFrance

Grève: Nombreuses perturbations sur Paris

À la uneBrèvesSéries Tv

Golden Globes 2020 : les nominations de la 77ème édition

À la uneActualitéBrèvesCultureMusiquePop & Geek

YouTube 2019 : Quelles sont les vidéos les plus vues ?

À la uneActualitéFootInternationalJeux olympiquesSport

Dopage: La Russie officiellement sanctionnée

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux