À la uneFrance

Que veut dire Emmanuel Macron par « la fin de l’abondance » ?

Les propos polémiques tenus par le Président de la République ce mercredi 24 août à l’occasion du Conseil des ministres de la rentrée en ont fait réagir plus d’un dans la classe politique. Mais que signifient-ils au fond ?

« L’abondance » d’Emmanuel Macron

Il a suffi d’une phrase pour que les réactions soient explosives chez les opposants d’Emmanuel Macron. Le Président de la République a mentionné à l’occasion du Conseil des ministres « la fin de l’abondance » en évoquant les chapitres de l’économie et de l’énergie : Je crois que ce qu’on est en train de vivre est de l’ordre d’une grande bascule ou d’un grand bouleversement« , a fait savoir le chef de l’Etat avant de poursuivre, « au fond, nous vivons la fin de l’abondance, celle des liquidités sans coût – on devra en tirer les conséquences économiques – celle de produits et de technologies qui nous paraissaient perpétuellement disponibles, la rupture des chaînes de valeurs. La rareté de telle ou telle matière ou technologie réapparaît, comme celle de l’eau. Nous aurons des dispositions à prendre. » Ces propos ont notamment fait réagir par rapport au fait que près de 10 millions de Français vivent déjà sous le seuil de pauvreté. L’opposition a donc qualifié le discours du Président d' »indécent ».

Conscients des réactions négatives engendrées par le discours du président, le camp d’Emmanuel Macron n’a pas tarder à venir éteindre le feu par le biais d’un conseiller de ce dernier : « La fin de l’abondance, c’est celle en matières premières« , affirme le conseiller en question, « d’où la nécessité de s’adapter, d’évoluer »

« Payer le prix de nos libertés et de nos valeurs »

C’est vendredi dernier, lors d’un déplacement à Bormes-les-Mimosas dans le Var que le Président a incité les Français à « accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs » avant d’y revenir ce mercredi.

Emmanuel Macron le sait, la situation actuelle peut engendrer certains sentiments négatifs et une inquiétude certaine par rapport au futur : « Face à cette grande bascule, nos concitoyens peuvent réagir avec beaucoup d’anxiété. « Face à de tels défis, nous n’avons pas le droit d’attendre, de gérer au trébuchet, ni même de gérer tout court. Nous devons projeter notre pays avec ambition, préserver ce qu’il faut préserver, protéger ceux qui en auront besoin« , a-t-il affirmé. Le président a également adressé un message à ses ministres : « Face à telles angoisses et de tels défis, il est parfois facile de promettre et de dire tout et n’importe quoi. Ne cédons pas à ces tentations, celles de la démagogie qui fleurit dans toutes les démocraties. Dans un monde complexe, qui fait peur, il peut sembler séduisant de dire ce que les gens veulent entendre. Parfois ce qu’ils veulent entendre est efficace et utile. Mais il faut d’abord raisonner en se demandant si c’est utile, efficace et juste, ou s’il faut aller les convaincre ».

Ainsi, le nouveau message de l’Elysée est clair, fasse aux nouvelles crises en tout genre, il faut « avancer sans peur », « être lucide » et « se préparer à faire de nouveaux sacrifices« .

A voir aussi : Rodéos urbains : quelles mesures vont être prises par le gouvernement ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédias

Koh Lanta : c'est quoi ces accusations rapportées contre Denis Brogniart ?

À la uneFrancePolitique

Maltraitance animale : c'est quoi ce "référent" mis en place par le gouvernement dans les commissariats ?

À la uneMusiqueSéries Tv

"Dragon Ball in concert" : nous étions au Dôme de Paris

À la uneCinéma

César 2023 : où sont les femmes ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux