À la uneActualitéFrance

La Rochelle : le convoi présidentiel aurait-il causé un accident mortel ?

Un octogénaire est mort dans un accident de la route à La Rochelle lors du passage du convoi présidentiel. Reste à savoir si le convoi en est la cause.

Marcel Briché, 83 ans, est mort mardi 8 novembre après un accident de la route survenu lors du passage du convoi présidentiel à La Rochelle.

Les enfants de Marcel Briché veulent connaître la vérité. Leur père a en effet succombé deux jours après un accident de la route survenu à Lagord le 8 novembre (Charente maritime) lors du passage du convoi présidentiel de François Hollande. Le président devait se rendre ce jour-là avec son escorte vers les Assises de l’économie de la mer à La Rochelle. Au même moment, vers 10h, Marcel Briché s’engageait sur une voie d’accélération.

Un motard du convoi présidentiel lui aurait alors ordonné de se décaler pour laisser passer le convoi. Obnubilé par le motard, le retraité n’a pas remarqué que d’autres véhicules se trouvaient devant lui. C’est alors qu’il a percuté violemment l’arrière d’une Mercedes. Selon les policiers, Marcel Briché pensait que les motards voulaient l’arrêter. C’est pour cette raison qu’il aurait pris la sortie. Il aurait alors continué à regarder dans son rétroviseur pour voir si le motard le suivait toujours. Et c’est à ce moment-là qu’il aurait encastré l’arrière de la Mercedes.

“Les pompiers ont mis une heure et demie à le désincarcérer, mais mon père était conscient, explique son fils Thierry Broché au Sud-Ouest, après avoir pris possession du procès-verbal évoquant le convoi présidentiel. Il a même demandé à l’un d’eux de prendre des photos avec son téléphone. Les examens ont révélé une fracture au niveau des vertèbres cervicales. Papa portait une minerve. Jeudi matin, un médecin a vu que sa nuque était bleue et a appelé le Samu. Mais il a fait un arrêt cardiaque. Il n’a pas pu être réanimé”.

Un octogénaire est mort dans un accident de la route à La Rochelle lors du passage du convoi présidentiel. Reste à savoir si le convoi en est la cause.

Crédits : ouest-france.fr

Le fils de la victime a porté plainte

Une enquête a donc été ouverte pour éclaircir les circonstances de l’accident. Selon une source proche de l’enquête, les policiers ne se sont pas arrêtés après l’accident car ils ne l’avaient pas vu se produire. “La procédure habituelle veut qu’elle (la brigade des accidents, ndlr) prenne des nouvelles d’une victime hospitalisée 24 heures après l’accident, si le pronostic vital n’est pas engagé”, ont précisé les enfants de la victime.

Mais la brigade des accidents a tout de même appelé le lendemain l’hôpital pour prendre des nouvelles de l’octogénaire. Malgré cela, Thierry Briché, le fils de la victime, a porté plainte le 17 novembre. La famille Briché dit “faire toute confiance à la justice et à la police pour savoir ce qu’il s’est passé et s’il y a un lien de cause à effet avec le passage de François Hollande”. Et que si tel était le cas, “il faudrait qu’il y ait une prise de conscience de la manière dont circulent ces convois.”

En 2012, quelques mois après l’élection de François Hollande à la présidence de la république, le véhicule présidentiel avait été épinglé pour des excès de vitesse, jusqu’à 140km/h pour une limitation à 70.

*Sources : leparisien.fr et lci.fr

*Crédits image en une : leparisien.fr

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFranceSanté

Conseil de défense sanitaire : de nouvelles restrictions ?

À la uneCinémaCulture

Harry Potter : HBO Max dévoile une partie du casting de "Retour à Poudlard" à travers une bande-annonce

À la uneCinéma

Hitchcock : quels sont les classiques du Maître disponibles sur Salto ?

À la uneFrancePolitique

Qui est Bertrand de la Chesnais, le nouveau directeur de campagne d'Eric Zemmour ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux