Mode-femmeMode-hommeSport

Comment la semelle Adidas Boost a révolutionné la basket

Voilà 3 ans que le premier modèle de Boost a été dévoilé. Une semelle totalement différente des autres qui devait changer les expériences des fans de running et de confort. Adidas a-t-il réussi son pari ?

Un tout nouveau type de confort 

Il y a quelques années, c’était Nike qui dominait le milieu de la semelle technique, notamment avec leurs modèles Free et Lunar (voir photo), déjà très confortables et très légers.

yesgaston.fr

yesgaston.fr

Cependant, depuis la sortie de la nouvelle technologie Boost par Adidas, les mondes de la mode et de la course sont tombés sous le charme. Les avis sur les forums de course sont bons mais pas unanimes pour autant : la semelle est réussie, elle permet une course courte sans avoir mal au pied mais ce plaisir ne dure pas éternellement.

Georges, employé chez Decathlon et fan de sneaker culture nous en parle

« C’est hyper confortable, mais ce n’est pas tout à fait au point. La semelle a tendance à s’aplatir entre le sol et le pied et elle met assez longtemps à reprendre sa forme initiale. Les athlètes qui courent tous les jours sont obligés d’alterner entre deux paires car la chaussure met environ 36 heures à redevenir opérationnelle. » Une révolution qui reste encore à perfectionner: « Pour que ce soit top, il est nécessaire qu’Adidas progresse et travaille sur la résistance du matériel. Actuellement, en courant deux fois par semaine, il vous suffira d’un mois pour que votre semelle Boost n’ait plus d’avantage. Pour le moment, je pense que la semelle Lunar (la grande concurrente de chez Nike) est plus efficace sur le long terme. Ce sont deux utilités différentes, le Boost est vraiment génial pour les séances de vitesse, un peu moins pour les courses de plus de 20km. »

« Si je devais recommander une paire de Boost, ce serait sans doute la Glide Boost, pour le moment c’est la meilleure selon moi« .

eczema.org.au

eczema.org.au

Un côté esthétique aussi très prisé des collectionneurs 

La semelle est aussi utilisée quelques fois dans des paires de chaussures qui ne sont pas destinées à la course : exemple avec la Adidas Yeezy 350, le modèle du rappeur américain Kanye West qui est en réalité plus une chaussure « Streetweat » et non « running ». La paire se retrouve même en vente à plusieurs centaines d’euros sur internet.

Quelle utilité alors à rajouter une technologie plus coûteuse si on ne l’utilise pas pour courir ? La semelle n’est pas seulement utile pour la course, elle peut aussi se porter au quotidien et permet d’avoir le pied posé dans une matière molle et qui ne se déformera pas si vous ne courez pas avec. L’aspect visuel est aussi assez réussi et les fans de sneakers (baskets) se battent pour avoir les derniers modèles. Un visuel simple, pur qui fonctionne avec toutes les tenues et reste intrigant avec son aspect « simili-polystyrène »

Un très bon investissement donc pour les pieds et les dos sensibles, amateurs de sneakers ou non, les modèles sont généralement très sobres et certains sont même déclinés en chaussure plus « casual » comme la NMD Chukka, une des dernières sorties. Cette technologie a toutefois un prix puisqu’il faudra compter minimum 130€ pour s’en fournir une paire neuve simple et efficace.

sneakernews.com

sneakernews.com

Voir le teaser proposé par Adidas running :

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneEquitationSport

Le Saut Hermès au Grand Palais Éphémère du 17 au 19 mars 2023 

Sport

Coupe du monde de biathlon : la France a gagné

À la uneFootSport

Quelle sont les accusations que porte l'agente Sonia Souid à Noël Le Graët ?

À la uneFootSport

Pourquoi Noël Le Graët s'est-il excusé auprès de Zidane ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux