À la uneSport

Slammiversary XI : "Le catch rejoint l'univers Marvel"

Mener une double vie. Irréalisable ? Exténuant ? C’est pourtant bien possible.

Professeur d’Histoire-Géographie le jour, Grégory Deas devient la nuit… Commentateur de catch TNA. Une aventure passionnante dans laquelle l’a emmené Celian Varini, journaliste sportif et ami de très longue date. Pour Radio VL, ces deux compères sont revenus sur leur passion et sur l’événement du mois, le Slammiversary.

 

 

Première question : comment avez-vous eu la possibilité de travailler ensemble ?

Celian Varini : En tant que commentateur, on m’a souvent imposé des personnes, parfois des célébrités. Sur un programme de catch, considéré comme un divertissement, les binômes fonctionnaient plus ou moins bien. J’ai ensuite été engagé à Ma Chaîne Sport, et j’ai eu l’opportunité de choisir mon collègue. J’ai donc appelé Grégory. Ça s’est très bien passé, car il était à l’aise et transmettait sa passion aux téléspectateurs. Il est donc resté, ce qui fait maintenant… 2 ans ?

Gregory Deas : 2 ans, c’est ça. Et comme on se connaît depuis longtemps, on s’est rendu compte que nous avions une vision extrêmement proche du catch. C’est-à-dire que le catch (ndlr : la catch TNA, Total Nonstop Action Wrestling, fédération de catch américain) se divise en gentils et en méchants. Célian joue le rôle du méchant à l’antenne, quant moi je garde mon sérieux, celui du clown blanc. Résultat nos rôles de commentateurs sont répartis de manière très propre.

 

D’où vous est venu cette ferveur pour le catch américain ?

G.D : Nous avons deux modèles de commentateurs qui officiaient sur Canal+ dans les années 90 : Raymond Rougeau et Guy Hauray. Ils étaient Canadiens, avec l’esprit américain mais en français ! C’est à ça qu’on a grandi, on essaie de s’inspirer d’eux.

C.V : Et puis le catch TNA rejoint beaucoup l’univers Marvel, celui des comics. L’idée c’est de pouvoir prendre l’histoire à n’importe quel moment et de s’y retrouver. Ça reste un milieu très riche qu’il faut s’avoir rendre compréhensible aux consommateurs.

 

Justement, les téléspectateurs sont-ils initiés ou restent majoritairement néophytes ?

G.D : en ce qui concernent les prises, le play by play, le plan technique, c’est Celian qui va l’expliquer, car il maîtrise tous les sports de combat. Après, on a la chance d’avoir un public plutôt initié, même si la tranche d’âge touchée reste les adolescents. On le sent au vu des questions que les fans nous posent.

C.V : Le catch a été conçu pour fédérer les gens de 7 à 77 ans, comme on dit. Ça couvre un spectre assez incroyable de personnes, mais il est vrai qu’à la TNA, on est plus axé ados et jeunes adultes. Tout le monde s’y retrouve au final.

 

Malgré le côté spectacle, show, le catch reste violent. Est-ce inquiétant, ressentez-vous le devoir de prévenir les téléspectateurs ?

C.V : Pas spécialement. Au début des shows, on affiche toujours un message type « ce sont des professionnels, ne reproduisez pas ce genre de mouvements chez vous ». Quand je fais des galas, on me demande de le faire. On a pas de mission pédagogique. Mais il y a aussi des campagnes de prévention de la TNA.

G.D : Le ton que l’on peut avoir à l’antenne indique aussi ce qu’il se passe. Nous avions commenté un show l’année dernière, quand un des acteurs s’est heurté la nuque contre le sol du ring et ne s’est pas relevé. On a pas tout de suite réalisé, car cela faisait partie du personnage. Lorsqu’on a compris, on a tout de suite changé de tout et expliqué que ce qui se passait était très grave.

C.V : Quand tu vas au cinéma, tu sais que ce qui se passe n’est pas vrai. C’est la même chose au catch. C’est un peu un cliffhanger, tu veux connaître la suite simplement. Quand nous, Gregory et moi regardions le catch étant gosses, jamais cela nous est venu à l’idée de nous taper dessus.

TNA-Slammiversary-2013

Passons à la grosse actualité, le fameux Slammiversary !

C.V : On anime une émission sur MA Chaîne Sport, on commente la TNA qui a trouvé un réel créneau le Vendredi à 19h, l’émission dure deux heures. Mais là pour la première fois en France, nous allons commenter un évènement en direct et sur place, à Boston. On va faire en sorte que cela ne reste pas un one-shot, et qu’on reparte à l’aventure américaine encore des années et des années !

G.D : Ça fait des années que Celian se bat pour avoir ce genre d’opportunités, et finalement cela s’est concrétisé. LA TNA fête ses 11 ans, elle a démarré en juin 2002. D’où le titre de ce show spectaculaire, le Slammiversary, le slam étant la prise de catch.

C.V : L’évènement débutera par une fan fest, où tous les catcheurs seront présents pour les photos et les autographes, et le Dimanche aura lieu le point culminant avec les confrontations.

 

Les combats se déroulent-ils dans un ordre précis, selon un organigramme ?

C.V : Le show est articulé autour de huit combats qui réunissent les meilleurs catcheurs, dont deux affrontements de choc. Le premier oppose le champion du monde, Bully Ray, qui dans le scénario représente les anarchistes, à Sting. Comme le chanteur, mais ce n’est pas lui (rires).

G.D : Il y aura aussi un autre match entre AJ Styles et Kurt Angle, un peu moins important. Il y a fort à parier que ces deux combats se dérouleront à la fin. L’évènement marquera également le retour de Jeff Hardy, le catcheur le plus populaire de la TNA, déjà sextuple champion du monde. Mais on ne sait comment il interviendra. Les histoires en catch durent plusieurs mois, le Slammiversary en est un des points d’orgue. En général le méchant domine un certain moment mais le gentil finit par gagner. C’est une forme de justice qui est présentée de façon métaphorique.

C.V : Bully Ray est celui que l’ont pensait gentil mais qui a trahit son monde et dévoilé son vrai visage au dernier moment. Cette nuit les spectateurs vont vouloir que les gentils se vengent sur lui. Cela découle aussi de la capacité du catcheur à t’emmener là où il veut. Il faut qu’il ait le « total package », à la fois le jeu d’acteur et le physique, les techniques de combat.

G.D : Ici nous avons un pic scénaristique, on veut à tout prix connaître la fin !

 Le Slammiversary XI : un show à ne surtout pas manquer, ce Lundi 3 juin 2013 à 2h du matin, sur Ma Chaîne Sport !

Le Slammiversary XI : un show à ne surtout pas manquer, ce Lundi 3 juin 2013 à 2h du matin, sur Ma Chaîne Sport !

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédias

Drag Race : quel sera le dispositif de la saison 3 ?

À la uneSéries Tv

"Sud-Est" : le tournage de la nouvelle Création Originale a commencé

Sport

IndyCar - Théo Pourchaire au volant de l'Arrow Mclaren à Barber

À la uneEnvironnement

C'est quoi la "ligue de protection des vers de terre" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux