ÉtudiantVie Étudiante

Stress, mal-être, où en sont les étudiants ?

“En France, 89% des étudiants déclarent subir au moins une période de stress au cours de l’année” , rapporte l’étude santé HEYME réalisée en 2019. La situation a-t-elle changé en 2020/2021? Éclairage.

Situation actuelle

A l’heure de la pandémie mondiale du COVID-19, les étudiants se retrouvent déprimés entre confinement, cours en ligne et manque d’interactions sociales. Selon l’étude d’iShare (enquête Confins), 11 % des étudiants ont eu des idées suicidaires lors du premier confinement.

Selon une étude de l’Observatoire national de la Vie Étudiante, près d’un tiers des étudiants ont eu des signes de détresse psychologique suite au premier confinement en avril 2020. 

Une étude nommée COVER a été réalisée par un groupe de chercheurs de l’EHESP, de l’Institut Pasteur et de Santé Publique France. Elle porte sur l’évaluation de l’impact de la crise sanitaire relative à l’épidémie du Covid-19 auprès de certains étudiants de la ville de Rennes. 

En décembre 2020, les étudiants de l’École des Hautes Études en Santé Publique, de Rennes School of Business et de Sciences Po Rennes ont été invités à participer à cette étude en remplissant un questionnaire en ligne. 

Les signes d’une détresse psychologique ont été retrouvés chez 60.3% des 784 étudiants ayant répondu. Un étudiant sur cinq souffrait de troubles dépressifs et 37.7% de troubles anxieux. 

L’étude COVER montre que plus d’un étudiant sur deux dit souffrir d’un sentiment de solitude et près d’un quart d’entre eux bénéficie d’un faible soutien social. Les femmes sont davantage à risque de détresse psychologique et de troubles anxieux par rapport aux hommes. 

Les auteurs de l’étude confirment que les étudiants qui présentaient des difficultés financières, qui bénéficiaient d’un faible soutien social, qui se déclaraient en mauvaise santé ou qui avaient un sentiment de solitude étaient plus à risque de présenter une détresse psychologique, ainsi que des troubles anxieux ou dépressifs. 

Résultats enquête santé HEYME

En 2020 comme tous les ans, HEYME et Opinion Way ont interrogé les étudiants et lycéens pour évaluer leur rapport au stress et les causes de celui-ci. Voici les résultats :

  • 9 étudiants sur 10 sont stressés au cours de l’année ;
  • 58% sont stressés à certaines périodes ;
  • 70% d’entre eux se sont déjà sentis dépassés ou submergés par leur quotidien ;
  • 84% des étudiants sont stressés en période d’examens ;
  • 27% des étudiants sont tout le temps stressé par leurs études/ 78% le sont ponctuellement ;
  • 61% des étudiants sont stressés par leur orientation ;
  • 17% des étudiants se sentent stressés à cause de leurs problèmes affectifs ;
  • 17% à cause de problèmes financiers.

HEYME, l’assurance sur qui peuvent compter les jeunes !

Pour mieux accompagner les étudiants au quotidien, HEYME a mis en place de nombreuses garanties.

En fonction de vos besoins, vous pouvez choisir les garanties qui vous conviennent le mieux.

Par exemple, le pack bien-être HEYME vous propose : 

  • un remboursement activité sportive, pour une adhésion à un club sportif, une association sportive ou une salle de sport ;
  • un forfait médecines douces pour une consultation de sophrologie, d’acupuncture, de kinésiologie, d’hypnose thérapeutique, d’ostéopathie, de chiropraxie, d’étiopathie ;
  • un service de téléconsultation médicale MédecinDirect.

Vous pouvez aussi bénéficier du pack Protection pour une solution efficace contre les risques d’une vie active sur Internet et les réseaux sociaux ainsi qu’une protection juridique pour les litiges du quotidien. Enfin, le pack Accident permet d’être couvert en cas de fractures et brûlures au 2ème et 3ème degré, par exemple.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
Étudiant

INSEEC U. se réinvente et devient OMNES EDUCATION

À la uneÉtudiant

Kick Off 2021 : Le show XXL de Digital College pour sa rentrée

Étudiant

Retour sur les annonces de la Conférence des Directeurs des écoles françaises d'ingénieurs

À la uneActualitéÉtudiantFrance

Apprentissage des étudiants : une solution rentable pour l'Etat

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux