À la uneActualitéInternational

“Super Tuesday” pour Trump et Clinton

Les candidats favoris à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton pour les démocrates et Donald Trump pour les Républicains, ont confirmé leur avance face à leurs concurrents hier, dans 5 Etats qui élisaient leurs délégués.

Les jeux sont quasiment faits pour les deux candidats, d’une part Donald Trump qui s’impose face à ses deux concurrents John Kasich et Ted Cruz et Hillary Clinton qui élimine son adversaire Bernie Sanders de la course en remportant hier 4 Etats sur 5. Le 8 novembre, les citoyens américains devront donc probablement désigner parmi ces deux candidats celui qui accédera à la Maison Blanche et sera le 45e président des Etats-Unis.

A l’annonce de son score, le milliardaire Trump s’est exprimé non sans fierté :

“En ce qui me concerne, c’est terminé, ces deux types ne peuvent plus gagner”

En effet, le seul moyen pour les deux autres candidats républicains d’être nommés chef de parti à présent est d’empêcher Trump d’être élu au premier tour. Ils ont donc décidé de s’unir pour les derniers délégués à convaincre en mi et juin. Hilary Clinton, elle, a été acclamée sur la musique de Survivor et a remercié son mari, l’ancien président Bill Clinton. Elle s’est ensuite projetée dans la bataille qui opposera les Démocrates aux Républicains en insistant sur les idées qu’elle partage avec son concurrent Bernie Sanders :

“Que vous souteniez Bernie Sanders ou moi, il y a plus de choses qui nous unissent que nous divisent”

Bernie Sanders s’est quant à lui adressé à ses soutiens qui lui ont permis de remporter Rhodes Island :

“Vous comprenez que contrairement au football ou au basketball, la politique n’est pas un show”

Pour cause, le jeu favori des deux candidats en tête est d’envoyer des piques à leur adversaire et de se répondre par discours interposés.

Trump a ainsi attaqué Hillary sur son statut de femme :

“Si elle était un homme et se comportait comme elle le fait, elle n’aurait pratiquement aucune voix”

Ce à quoi elle a répliqué hier :

“Si se battre pour la couverture santé des femmes, le congé parental rémunéré et l’égalité salariale revient à jouer la carte de la femme, alors comptez sur moi” 

Un clash à l’américaine dont les candidats français pourraient s’inspirer lors des prochaines élections en France en 2017, notamment Nicolas Sarkozy, qui tacle déjà régulièrement François Hollande. Le personnage politique est aujourd’hui devenu aussi important que le programme, si ce n’est plus, n’en déplaise à Bernie Sanders.

Primaires-americaines-decompte-delegues_1_730_652

 

Image à la une : assemblage de photographies de CNN.

 

Lire aussi sur Radio VL:

Les républicains Ted Cruz et John Kasich s’associent face à Donald Trump

Primaires US : Trump, « unificateur » ou « imposteur »

Related posts
À la uneActualitéArtArt / ExpoCultureFranceMusiqueSpectacles

Da Silva : "Je me sens plus proche de la naïveté de l'enfance que du cynisme des hommes".

À la uneSéries Tv

QUELLES SONT LES SÉRIES NETFLIX LES PLUS VUES ?

À la uneRugbySport

France-Pays de Galles : l’arbitre remis en question

À la uneNumériquePop & Geek

La liste des jeux du service Stadia de Google est dévoilée

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux