À la uneCinéma

On a vu pour vous… Kingsman : Le Cercle d’Or toujours aussi explosif

Après Kingsman : Services Secrets voici Kingsman : Le Cercle d’Or toujours réalisé par Matthew Vaughn qui tente d’en mettre encore plus plein la vue. Pari tenu ?

En 2015, Kingsman : Services Secrets avait mis un énorme coup de pied dans la fourmilière du film d’espionnage. Matthew Vaughn qui avait alors notamment à son actif le très réussi Layer Cake, un Kick-Ass impressionnant mais inégal et un flamboyant X-Men : Le Commencement nous en avait réellement mis plein les yeux avec cette adaptation du comics éponyme de Mark Millar en nous proposant un concentré de fun et de pulp proprement jubilatoire, où l’humour et l’action tonitruante se répondaient sur un scénario malin et un rythme impressionnant, servi par une distribution de tout premier ordre. Remettant le couvert plus de deux ans après en reprenant peu ou prou les mêmes ingrédients, on se demandait bien comment le réalisateur britannique allait pouvoir faire plus, voire mieux, mais si les premières images nous avaient clouées dans notre fauteuil il fallait voir sur la longueur si le pari était réussi ou non.

Mais c’est quoi déjà… Kingsman : Le Cercle d’Or ? KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis. Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice. 

C’est la première fois que Matthew Vaughn s’attelle à la suite de l’un ses succès avec Kingsman le Cercle d’Or et la sincérité et le talent du metteur en scène nous laissaient espérer qu’il saurait prolonger l’état de grâce du premier volet en le transcendant. Pour le coup, la scène d’ouverture du film, une poursuite dantesque au cœur de Londres, bluffante de bout en bout, empilant les cadrages improbables avec une énergie et un enthousiasme impressionnant, est l’une des séquences les plus fantastiques de l’année. La maîtrise technique de Vaughn laisse pantois et tout le début du film exposant les enjeux est une réussite de premier ordre.

Avec des premières minutes de cet acabit, difficile de croire que le film ne va pas réussir son improbable gageure de proposer plus et plus encore. Seulement très vite le défaut majeur va ressortir, tant le désir de vouloir surpasser le film original en empilant des scènes de plus en plus démesurées semble patent. Malheureusement cela s’avère un peu vain car le film a beau être ultra fun, la mécanique se grippe un peu, en cela que la première scène, qui aurait dû être une mise en bouche, n’est jamais surpassée par les autres morceaux de bravoure du récit.

Kingsman : Le Cercle d’Or a un autre défaut, trop souvent inhérent aux suites :  l’effet de surprise n’est plus là malgré l’indéniable qualité de l’ensemble, et si l’on retrouve quasiment tout ce qui nous avait séduit dans le premier film, on ne peut pas dire que l’on soit ébahi par l’inventivité des séquences.

Ceux qui seront ravis de retrouver le même parfum et qui ne voient pas d’inconvénient à ne pas être dépaysés se régaleront et ne bouderont pas leur plaisir. L’ajout des nouveaux personnages est réussi et les comédiens qui les incarnent sont impeccables et leur plaisir d’être là est palpable. Si le rôle de Channing Tatum avait l’ADN parfait pour prendre une place prépondérante (qu’il aura peut être dans un possible troisième épisode), sa participation est quelque peu bridée quand le rôle de Pedro Pascal que l’on n’attendait pas réellement est assez réjouissant, tandis que Jeff Bridges et Halle Berry ont des apparitions plus anecdotiques. Julianne Moore est très bien en grande méchante, même si elle reste en deçà de Samuel L. Jackson dans le premier film, et on notera la participation d’Elton John dans une apparition très amusante mais qui à force de répétition perd de son impact.

Taron Egerton, Colin Firth et Mark Strong retrouvent leurs rôles avec délectation mais ils n’ont guère le loisir d’y apporter de réelles nouvelles nuances ce qui n’atténue pourtant pas leurs performances. Les scènes d’action toujours renversantes, le casting top et la mise en scène jubilatoire auraient dû permettre à Kingsman : Le Cercle d’Or de nous ébahir totalement si Kingsman : Services Secrets n’était pas passé par là avant. C’est bien la seule limite de cette suite qui se targue même d’un véritable propos politique et qui vous donnera votre quota de plaisir ce qui est déjà loin d’être négligeable.

Kingsman : Le Cercle d’Or :  Une orgie fun et pop aux scènes d’action tonitruantes. Répétitif et sans surprise mais l’enthousiasme prend le dessus

Kingsman : Le Cercle d’Or de Matthew Vaughn – En salles le 11 octobre 2017

A lire aussi : Nouveau trailer pour le très attendu Kingsman : Le Cercle d’Or

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneMédias

The Voice : où en sont nos favoris après cette 2ème soirée des Battles ?

À la uneMédias

The Voice : est-ce que Vernis Rouge faisait déjà le buzz quand elle a été éliminée ?

À la uneFranceSport

JO 2024 : comment fonctionne le système “anti-drones” ?

À la uneSéries Tv

Mallaury Nataf : "J'ai passé 6 ans dans la rue" (Le miel et les abeilles)

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux