À la uneActualitéInternational

Yemen : l’autre guerre qui ne cesse de s’étendre

Des raids aériens ont fait un carnage, samedi, lors d’une cérémonie d’obsèques à Sanaa, capitale tenue par la rébellion houthiste. La France et les Etats-Unis ont dénoncé cet acte par l’Arabie saoudite et demandent une enquête.

Jusqu’à 140 personnes auraient été tuées et 525 blessées à Sanaa, dans la journée de samedi. La capitale yéménite, tenue par les rebelles houthistes, a été bombardée par des avions de la grande coalition arabe menée par l’Arabie saoudite, qui s’est lancée depuis maintenant 18 mois dans une opération de reconquête des poches rebelles du pays. Si le royaume s’implique au Yemen, c’est pour aider son Président contesté, Abd Rabbo Mansour Hadi, qui s’était réfugié à Riyad en 2015.

capture-decran-2016-10-10-a-21-21-23

Les houthistes, qui appartiennent à une branche du chiisme, tiennent la ville de Sanaa depuis l’automne 2014. Ils contrôlent la partie ouest du Yemen, dont un morceau de frontière avec l’Arabie saoudite.

_82488380_yemen_houthi_control_624_v13-jpg

Samedi, des avions de la coalition ont visé un immeuble où s’étaient réunies de nombreuses personnes venues assister à une cérémonie funéraire en l’honneur du père du ministre de l’intérieur rebelle, Jalal Al-Ruwaishan. Une cible de choix, puisque des personnalités de premier plan se seraient trouvé sur place. Le maire de Sanaa aurait trouvé la mort, ainsi que plusieurs généraux rebelles.

En visant ainsi des funérailles, l’attaque a créé un véritable choc dans le pays pourtant habitué à la guerre. Des experts considèrent qu’elle pourrait galvaniser l’opinion rebelle, et entrainer une adhésion plus massive des puissantes tribus locales en faveur de la rébellion.

La coalition a nié être à l’origine de l’attaque, qui a été dénoncée par Paris et Washington. Celle-ci intervient à un moment où la guerre en Syrie est au premier plan médiatique et diplomatique, et met dans un certain embarras les chancelleries occidentales alliées des saoudiens.

capture-decran-2016-10-10-a-21-21-13

Le conflit aurait fait 10 000 morts depuis un an et demi, et les pertes civiles causées par les frappes de la coalition s’alourdissent régulièrement.

La France a appelé à une “enquête indépendante” et au respect du “droit international humanitaire”. Le gouvernement américain a assuré que la “coopération sécuritaire des Etats-Unis avec l’Arabie saoudite n’est pas un chèque en blanc”.

Derrière ce conflit au Yemen se dessine la grande rivalité entre sunnites et chiites et entre les deux grandes puissances régionales, le royaume saoudien et la République islamiste d’Iran. Cette dernière soutient politiquement et diplomatiquement les rebelles, en plus de leur fournir des armes et du matériel. Les rebelles assurent s’être dressés contre un régime corrompu et font face depuis lors aux monarchies du Golfe.

Aux dernières nouvelles, la rébellion aurait répliqué à l’attaque de samedi en lançant un missile balistique loin dans le territoire saoudien, lundi. Celui-ci aurait été intercepté.

Related posts
À la uneLa Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Ulysse 31, le dessin animé qui revisite la mythologie grecque en version SF

À la uneActualitéInternational

La Chine interdit toutes les transactions financières en cryptomonnaies

À la uneActualitéSorties

Sauvez le cinéma : Le nouvel escape game du Grand Rex

À la uneActualitéArt / ExpoCultureMusiqueReportages

On a testé pour vous … la 8e édition de l’Urban Week, le festival qui célèbre la street culture

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux