Covid19: Arrivée de l’attestation de sortie dérogatoire en format numérique. Interdiction de l’activité physique individuelle entre 10h et 19h dans Paris. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneCinémaCulture

Les 10 films français qu’il ne faudra pas rater en 2017

Après une année 2016 en demi-teinte pour les films français, l’année 2017 promet des œuvres ambitieuses. Petite sélection en 10 films à ne pas rater.

En 2016, le nombre de tickets de cinéma vendus en France a battu des records : 213 millions d’unités, soit la seconde meilleure année depuis 50 ans. Le problème, c’est que c’est principalement au cinéma américain que l’on doit ces bons scores. Hollywood truste en effet 9 des 10 premières places du top de l’année, la France sauvant l’honneur avec Les Tuche 2, qui a séduit 4,6 millions de spectateurs. 2017 permettra-t-il aux films bleu-blanc-rouge de redresser la barre ? Voici en tous cas une sélection des 10 films français  parmi ceux que nous attendons le plus, tous genres confondus, pour l’année à venir.

La Mécanique de l’Ombre – Sortie le 11 janvier 2017

Crédit: Océan Films

Si on aime les thrillers, on aime encore plus les thrillers avec François Cluzet. Césarisé en 2007 pour son inoubliable rôle dans l’excellent Ne le dis à personne de Guillaume Canet, l’acteur d’Intouchables incarne ici un homme simple à la vie rangée qui se retrouve au cœur de la mécanique infernale des services de renseignement français. Pour son premier long-métrage, Thomas Kruithof n’a pas froid aux yeux, et s’entoure d’un casting de choix (Denis Podalydès, Sami Bouajila, Simon Abkarian) pour un film de genre, exercice toujours trop rare dans le paysage cinématographique hexagonal. Les premiers retours sur le film sont très bons, alors que la bande-annonce nous donnait déjà très envie : aucune raison donc de ne pas se laisser tenter.

Seuls – Sortie le 8 février 2017

En France, produire un film de science-fiction est toujours une mission très compliquée. Manque de moyens et scénarios bâclés sont rarement compensés par le talent des metteurs en scène, même si de petites pépites trouvent leur chemin sur grand écran de temps en temps. Avec l’adaptation de la bande dessinées à succès Seuls, on espère voir le miracle s’opérer. C’est David Moreau, réalisateur du film d’horreur efficace Ils et du très drôle 20 ans d’écart qui s’attaque à cette histoire de cinq adolescents perdus dans une grande ville où tout le monde semble avoir disparu. On a envie de parier sur le petit succès surprise.

A lire aussi: Bande-annonce et affiche pour Seuls, adaptation de la BD

Rock’n roll – Sortie le 15 février 2017

Crédit: Pathé Distribution

Pour son cinquième film derrière la caméra (après Ne le dis à personne ou encore Les Petits Mouchoirs), l’hyperactif Guillaume Canet la joue introspection cynique avec Rock’n roll. Lui, sa compagne Marion Cotillard, mais aussi les amis Gilles Lellouche et Philippe Lefebvre se retrouvent dans cette comédie sur la crise de la quarantaine traversée par… Guillaume Canet, ancien jeune premier qui ne fait plus rêver les minettes de 20 ans. Pour retrouver son sex-appeal, il ira loin, très loin… On ne sait pas encore si le film lorgnera du côté de Mon Idole, son premier film à l’humour critique et cynique sur le milieu du show-biz, mais on ne peut qu’être impatient de retrouver Canet devant ET derrière la caméra. Surtout quand il embauche Johnny

A lire aussi: Guillaume Canet est rock’n roll dans son nouveau film

Grave – Sortie le 15 mars 2017

Crédit: Wild Bunch Distribution

Pour son premier long-métrage, la jeune réalisatrice-scénariste Julia Ducournau, passée sur les bancs de la Fémis, tape fort. D’abord par le sujet de son film, difficile à raconter sans spoiler, mais qui lorgne du côté de Cronenberg (l’un de ses réalisateurs favoris) qui aurait choisi de faire un film d’auteur à la française. Ensuite parce qu’elle est repartie de nombreux festival internationaux (dont la Semaine de la Critique de Cannes) avec des prix. Ce film, interdit aux moins de 16 ans, ne vous laissera de toute façon pas de marbre. Une expérience autant artistique que physique, à ne pas rater donc.

Gangsterdam – Sortie le 29 mars 2017

Crédit: StudioCanal

En 2012, Romain Levy nous avait offert la meilleure comédie de l’année avec Radiostars, son premier film. Il lui aura fallu 5 ans pour revenir derrière la caméra, accompagné cette fois-ci du roi du public adolescent Kev Adams, qui avait, rappelons-le, le premier rôle des deux seuls films français du top 10 en 2015, Les Nouvelles aventures d’Aladin et Les Profs 2. S’il y a peu de doutes sur le succès public de ce film, aventures d’un trio improbable au milieu des trafiquants de drogue d’Amsterdam, on compte sur le talent de Levy pour aller un peu plus loin que le simple écrin à l’humour parfois limite de sa toute puissante tête d’affiche.

Cessez-le-feu – Sortie le 19 avril 2017

Le Pacte

Pour son premier passage derrière la caméra, l’acteur-scénariste Emmanuel Courcol (Welcome, Boomerang) s’entoure d’un casting solide. Outre Romain Duris, qui incarne George, ancien héros de 14-18 traumatisé par la guerre, de retour en France après plusieurs années d’aventures en Afrique, on retrouve les excellents Céline Sallette et Grégory Gadebois. Se passant à la fois en Afrique et en France, le film semble jouir d’une esthétique travaillée et d’un scénario ambitieux. Tout pour nous intriguer donc.

D’après une histoire vraie – Pas de date de sortie

A 83 ans, Roman Polanski n’a toujours pas envie de prendre sa retraite. Loin de nous l’idée de l’y pousser, même si ses deux derniers films, adaptation de deux chefs-d’œuvre d’écriture théâtrale qui ont un peu souffert de l’adaptation sur grand écran, n’ont pas convaincu tout le monde. Cette fois-ci, avec Olivier Assayas à ses côtés au scénario, le réalisateur Franco-Polonais adapte le roman éponyme de Delphine de Vigan, Prix Renaudot et Goncourt des Lycéens 2015. Devant la caméra, l’épouse de Polanski, la trop rare Emmanuelle Seigner, ainsi que l’affolante Eva Green, au service d’un thriller psychologique qui, on l’espère, permettra au réalisateur de retrouver ses éclairs de génies de Rosemary’s Baby, Frantic ou The Ghost Writer. Grosse attente donc.

Le Redoutable – Pas de date de sortie

Crédit: StudioCanal

Depuis son incroyable triomphe international avec The Artist en 2011 (6 César, 5 Oscars, 1 prix à Cannes), Michel Hazanavicius n’a pas encore transformé l’essai. Audacieux, il a préféré profiter de son immense succès pour se lancer dans la réalisation d’un film qui lui tenait à cœur, The Search (se déroulant pendant la guerre de Tchétchénie de 1999) mais qui s’est avéré être un four autant critique que public. Le revoilà donc aux fourneaux cette année, avec un autre pari, celui de raconter une période courte mais charnière de la vie de l’un des artistes les plus influents du 20e siècle : Jean-Luc Godard. Avec Louis Garrel dans le rôle-titre (et une transformation physique impressionnante), la jeune Stacy Martin (exceptionnelle dans Nymphomaniac) et l’immanquable Bérénice Béjo, compagne et muse du réalisateur, le film ne pouvait pas ne pas susciter l’excitation.

Au revoir là-haut – Sortie le 18 octobre 2017

Crédit: Gaumont Distribution

Albert Dupontel adapte un prix Goncourt (de 2013 signé Pierre Lemaitre) racontant l’histoire vraie de deux anciens poilus coupables d’une arnaque aux monuments aux morts dans l’immédiate après Première Guerre Mondiale. Il n’y pas grand chose d’autre à ajouter pour que Au revoir là-haut suscite toute votre curiosité, sinon peut-être de savoir que ce film est la première adaptation de l’acteur-réalisateur qui, depuis l’inoubliable Bernie avait écrit tous ses films. Avec Laurent Lafitte, Niels Arestrup et lui-même au casting, Albert Dupontel ne manque pas d’ambition pour son film : “J’ai vu des images d’archives coloriées et je me suis dit que j’allais faire le film avec ces images coloriées”. Finalement, ça n’est plus de la curiosité, mais de l’impatience.

Tout là-haut – Sortie le 20 décembre 2017

Crédit: UGC Distribution

Second film avec Kev Adams, second film d’un Hazanavicius de ce top, mais cette fois-ci du frère de Serge. Acteur, il passe pour la première fois à la réalisation de long-métrage, avec cette histoire de champion de snowboard (Adams) qui rêve de glisser sur les pentes de l’Everest. Sur sa route, il croisera un ancien champion (Vincent Elbaz) devenu guide de haute montagne, et qui changera son destin. Nous ne sommes pas particulièrement fans de Kev Adams, mais il semblerait que Tout là-haut  soit sa première tentative de rôle principal dans un film qui n’est pas une comédie. Le scénario semble en tous cas suffisamment original et sérieux pour nous donner envie de faire confiance à Serge Hazanavicius. Il ne lui reste plus qu’à ne pas nous décevoir.

 

Related posts
À la uneBons Plans

Coronavirus : AB InBev lance l’initiative « Bar solidaire »

À la uneFemmesFranceSexeSociété

Les travailleuses du sexe demandent un "revenu de remplacement" pour compenser leur baisse de bénéfices

À la uneActualitéCulturePop & Geek

Top 5 des meilleurs comédiens de doublage pour la VF des animés

À la uneCinémaSéries Tv

Disparition de Honor Blackman à 94 ans (Goldfinger)

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux