La coupe du monde 2018 en Russie est l’occasion de jeter un œil sur les fictions se déroulant dans le monde du football, avec une sélection de 11 séries.

Tous les quatre ans, c’est la même chose : avec la coupe du Monde de football, impossible d’échapper à la frénésie du ballon rond. Puisqu’on n’y coupera pas, on s’est penché sur les séries qui mettent le football à l’honneur et, tel Didier Deschamps, on en a sélectionné… 11, évidemment !

Onze (Argentine/ 2017-..) : Messi et Ronaldo version ados (En France sur Disney XD)

Repéré par un découvreur de talents, le jeune footballeur argentin Gabo (Mariano Gonzales-Guerineau) intègre le meilleur centre d’entraînement du pays. Dès son arrivée, il suscite la jalousie de la star de l’équipe, le mexicain Lorenzo (Sebastian Athié), qui lui livre une lutte sans merci.
Un peu caricaturale (le gentil Messi contre le méchant Ronaldo, les acteurs étant quasiment leurs sosies), cette série pour ados est toutefois très agréable à suivre.

21 Thunder (Canada / 2017-..): une femme entraîne une équipe masculine (Netflix)

L’ex-star du foot Christy Cook (Stephanie Bennett) est engagée pour entraîner l’équipe masculine des Thunder de Montréal. Très médiatisée, son arrivée est mal accueillie par les joueurs et le reste du staff, qui n’acceptent pas d’être dirigés par une femme. Christy doit faire ses preuves, tandis que les sportifs font face à  leurs problèmes personnels.
Intéressante sur le plan narratif, la série se soucie en revanche comme d’une guigne des règles du football et risque fort d’agacer les puristes.

Heimebane (Norvège / 2018-..) : une femme entraîne une équipe masculine (bis)

Lorsqu’un club de première ligue perd son coach à la veille du championnat, les dirigeants recrutent Helena Mikkelsen (Ane Dahl Torp), mère célibataire et surtout entraîneuse d’une prestigieuse équipe féminine. Choisie au détriment d’un célèbre ex-joueur, Helena va affronter l’hostilité générale.
Dans la veine de la série précédente, présentée au dernier festival de Berlin et avec l’ex-joueur John Carew au casting,
Heimebane est un excellent drama, que l’on aime le foot ou qu’on n’y comprenne rien.

The kicks (États-Unis / 2015-2016) : les filles aussi jouent au foot (Amazon Prime Video)

Tirée des best-sellers écrits par la footballeuse Alex Morgan, The Kicks suit Devin (Sixx Orange), joueuse d’une équipe junior du Connecticut. Lorsqu’elle déménage en Californie, elle intègre le club de son école, qui n’a plus marqué depuis plusieurs matches – une situation à laquelle elle va tenter de remédier.
Une petite série agréable qui véhicule toutes les valeurs associées au sport, à travers la formation des jeunes joueuses et les conflits mis de côté au profit de l’équipe.

Club de cuervos (Mexique / 2015-..) : règlements de compte en famille (Netflix)

A la mort du propriétaire de l’équipe des Cuervos de Nuevo Toledo, ses deux héritiers se déchirent pour en prendre le contrôle. Bien que compétente, sa fille Isabel (Mariana Treviño) est marginalisée par le sexisme du milieu ; son fils Chava (Luis Geraldo Mendez) veut faire du club le « Real Madrid de l’Amérique latine », quitte à engager une superstar capricieuse et horripilante.
Comédie dramatique trash sur les coulisses du football, l’histoire se focalise sur cette lutte fratricide et la vie turbulente des joueurs.

Spitsbroers (Belgique / 2015-..) : foot et destins croisés

Fils d’un ex-footballeur professionnel, Alan (Joren Seldeslachts) et Dennis (Oscar Willems) jouent pour une modeste équipe. Contrairement à son frère aîné, Dennis est repéré par le Racing de Gand et entame alors une carrière fulgurante, devenant la proie des managers sans scrupules et des profiteurs. Quant à Alan, contraint de renoncer à ses rêves de gloire, il tombe progressivement dans la délinquance.
Excellente série,
Spitsboers retrace le destin contraire des deux frères avec en arrière-plan le monde du foot, sur le terrain et dans ses aspects les plus sombres.

Goal (France / 1992) : De jeunes joueurs à Clairefontaine

Sélectionnés par un grand club de foot, plusieurs adolescents rejoignent un centre de formation et découvrent la pression du sport de haut niveau mais aussi la camaraderie et l’esprit d’équipe.
Cette petite comédie (39 épisodes de 26′) est assez sympathique : on y croise des guests prestigieux comme Joël Bats ou Michel Hidalgo, et on retrouve Frédéric Diefenthal et Édouard Montoute à leurs débuts.

FDP (Brésil / 2012) : A mort l’arbitre !

L’arbitre Juarez Gomes da Silva (Eucir de Souza) rêve de jouer du sifflet dans une finale de Coupe du Monde. Alors que sa carrière décolle, sa vie privée vole en éclat : sa femme demande le divorce, et il est obligé de retourner vivre chez sa mère tout en se battant pour la garde de son fils. Entre conflits conjugaux et matches où il se met tout le monde à dos, notre héros est néanmoins sûr d’une chose : à la fin de chaque épisode, quelqu’un va le traiter de fils de p…
Comédie dramatique,
FDP est une satire pleine d’humour que les fans de foot vont adorer : tandis que le héros va de catastrophe en catastrophe, de longues séquences de jeu rendent parfaitement l’ambiance électrique d’un stade brésilien.

Femmes de footballeurs (G.B. / 2002-2006) : amour, gloire et ballon rond

La série raconte les dessous du club fictif de Earl’s Park – et plus précisément la vie privée des sportifs et de leurs épouses. Belles, riches, plus truffées de bijoux que la dinde à Noël, elles sont prêtes à tout pour conserver leur niveau de vie, y compris aux coups les plus bas.
Entre scandales médiatiques, négociations de contrats, rivalités, jalousie, liaisons extra-conjugales et triangles amoureux, c’est un soap opera excentrique et outrancier, où le foot joue un rôle très secondaire : ce sont bien les épouses et leurs turpitudes qui constituent l’essentiel de l’histoire.

Virage Nord (France / 2015) : Crime et ballon rond (Arte)

Dans le  nord de la France, un adolescent est assassiné dans les tribunes lors d’un match de l’équipe locale. Inspectrice à Paris, Alexandra Perrucci (Judith Davis) est appelée par son père, entraîneur du club, pour innocenter sa sœur soupçonnée du meurtre. Elle va mener l’enquête, se confrontant aux secrets de la communauté et à son histoire familiale.
Avec son ambiance digne d’un polar scandinave et le foot en toile de fond, cette mini-série en 3 épisodes est un excellent thriller, efficace et prenant.

Olive & Tom (Japon) : le manga de notre enfance

Ce n’est pas vraiment une série, mais impossible de faire l’impasse sur Olive & Tom (Captain Tsubasa en V.O.). Soit l’histoire de Olivier, jeune garçon passionné par le football qui rêve de devenir joueur professionnel. Alors qu’il vient d’emménager dans une nouvelle ville et d’intégrer l’équipe de son école, il fait la connaissance de Thomas, un gardien de but extrêmement doué.  D’abord rivaux, les deux garçons vont se lier d’amitié au fil des matchs et des épreuves.
Vantant les valeurs du sport (dépassement de soi, ténacité, esprit d’équipe), réjouissante dans ses outrances (acrobaties défiant les lois de la gravité, dribbles interminables, techniques d’entraînement improbables, gros plans sur les visages anxieux des personnages),  ce dessin animé adapté du manga de Yoichi Takahashi a profondément marqué les enfants de la génération
Club Dorothée. Un reboot, modernisé mais dans le même esprit, a été lancé cette année : les premiers épisodes sont disponibles légalement (en VOST) sur la plate-forme ADN, ici.

Selon Raymond Domenech, la France compte 60 millions de sélectionneurs. Nous avons retenu 11 séries : à vous d’en ajouter d’autres et d’enrichir notre belle équipe ! Voilà en tous cas de quoi patienter entre deux matches de l’équipe de France – et de quoi tenir, espérons-le, jusqu’à leur victoire en finale…