À la uneActualitéFranceSociété

Les mineurs, cibles de choix pour Daesh

Le long de cette semaine, trois mineurs ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir pour projet de perpétrer des attaques terroristes à Paris. Cela illustre la sensibilité accrue des plus jeunes au terrorisme, et particulièrement des plus déboussolés. Or, Daesh semble avoir clairement saisi l’enjeu que constitue la jeunesse et intensifie sa propagande pour laver les cerveaux les plus vulnérables.

L’arrestation

L’adolescent arrêté hier, mercredi 14 septembre, est âgé de 15 ans. Comme les deux premiers, il est rentré en contact avec le djihadiste français de l’État islamique (EI) Rachid Kassim par la messagerie cryptée Telegram. Il a été appréhendé par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), avec le renfort du Raid. Puis il a été placé en garde à vue dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret, près de Paris.

A lire aussi : Terrorisme : sept arrestations en août selon Bernard Cazeneuve

Qui est Rachid Kassim ?

Pour ce qui est de Rachid Kassim, il serait soupçonné de diriger des attentats en France depuis la zone irako-syrienne. Et d’être responsable de l’assassinat du prêtre à Saint-Etienne du Rouvray. Sa fonction serait de chasser les têtes les plus susceptibles de passer à l’acte. Cet homme de 29 ans, originaire de la Loire, s’est radicalisé en 2011 après un séjour en Algérie. Il se fait connaitre après avoir félicité ouvertement le tueur de Nice et la tentative de commando des trois femmes à Notre-Dame. Il a également publié une liste de personnes à abattre. En 2015, les services de renseignements l’ont d’ailleurs identifié comme étant l’un des principaux recruteurs de jeunes français sur Facebook.

Un radicalisme opportuniste

La jeunesse est particulièrement sensible aux tentations du radicalisme, notamment lorsqu’elle s’accompagne d’une fragilité psychologique, sociale ou économique. Un des mineurs arrêtés a ainsi déclaré aux enquêteurs vouloir « mourir en martyr », selon une source policière. Dans la même idée, Trente-six mineurs sont actuellement mis en examen et dix sont détenus.

Façonner les esprits fragiles, se substituer à l’école républicaine dont l’offre est déficiente dans certaines zones, voilà la démarche des chasseurs de têtes djihadiste. Manipuler, en profitant des tensions dont la France est le terreau. Le débat sur le burkini est un bon exemple de l’enracinement de polémiques qui alimentent la psychose collective. Si le débat n’est pas inutile en soi, il donne l’impression au jeune manipulé que le climat qui l’entoure est hostile et le menace tous les jours.

Crédit photo à la Une : Le Huffington post.

Related posts
À la uneActualitéBrèvesNon classé

Greta Thunberg, personnalité de l’année selon le magazine Time

ActualitéBrèvesCulture

Fronde à l’Opéra National de Bordeaux

ActualitéBrèves

Vallée de l'Arve: Les feux de cheminées interdit à partir de 2022

À la uneBrèvesMusique

La voiture dans laquelle XXXTentacion est mort exposée dans un musée !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux