Ce mercredi 21 février, le tribunal administratif de Paris a annulé la décision de la mairie de Paris de fermer à la circulation les voies sur berge, situées sur la rive droite.

 « Des omissions et des insuffisances »

« Par un jugement du 21 février 2018, le tribunal administratif de Paris annule la délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris déclarant l’intérêt général de l’opération d’aménagement des berges de la rive droite de la Seine», a déclaré le tribunal. Selon les informations de LCI, ce dernier estime notamment que l’étude d’impact du projet comporte « des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet sur la circulation automobile, les émissions de polluants atmosphériques et les nuisances sonores, éléments majeurs d’appréciation de l’intérêt général du projet ». Il a également ajouté que « le public n’avait pu apprécier les effets de la piétonisation des voies sur berge au regard de son importance et de ses enjeux ». 

Pas d’impact « significatif »

Après l’arrêté du 26 septembre 2016 publié par la maire de Paris Anne Hidalgo, la voie de circulation s’était transformée en promenade publique sur la voie Georges Pompidou. Cette décision visait à lutter contre la pollution de l’air et redonner l’usage des berges aux piétons ainsi qu’aux vélos. Néanmoins, plus d’effets négatifs que positifs ont été observés : dès décembre 2016, la Métropole du Grand Paris dénonçait une « hausse du trafic et du bruit », demandant des « dispositions alternatives en matière de transport ». En octobre 2017, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air d’Ile-de-France a estimé qu’il n’y avait pas eu d’impact « significatif » sur l’exposition de la population à la pollution de l’air depuis cette décision.