À la uneActualitéFrancePolitiqueRégions

Rhône : Jimmy Brumant s’explique sur sa “démission” des jeunes macronistes

L’ex-responsable des “Jeunes avec Macron” du Rhône Jimmy Brumant explique à VL les raisons de sa démission. Il dénonce un climat “sectaire, violent et malsain” et cible Caroline Collomb.

“Caroline Collomb entretient un climat sectaire et paranoïaque”. Les mots forts de Jimmy Brumant expriment une colère profonde. L’ex-étudiant de 25 ans vient de quitter avec fracas la direction du mouvement des jeunes de “La République En Marche” dans le Rhône. “Cela fait un moment que j’y pense car le climat est détestable depuis que Caroline Collomb est devenue référente en octobre 2017” assène-t-il au téléphone.

Responsable des jeunes macronistes depuis septembre 2016, Jimmy Brumant veut “envoyer l’alerte” pour “mettre en garde” faire comprendre “que ça ne va pas”. Il dénonce “les dérives autoritaires” et “l’opacité de l’action” de Caroline Collomb qui dirige le parti “avec deux autres personnes”. Pire, selon lui, elle procéderait par “intimidation” : “les menaces sont là dès que l’on fréquente quelqu’un de supposément opposé à Gérard Collomb”. 

“Aujourd’hui on fait la guerre à bidule, demain à chouette”

“J’aurais dû donner l’alerte plus tôt” regrette Jimmy Brumant. “Je me suis engagé dans un mouvement pour construire. Aujourd’hui Caroline Collomb s’emploie à détruire méthodiquement” dénonce celui qui incarnait, durant la campagne présidentielle, la jeunesse lyonnaise connectée. Il dit ne plus vouloir travailler en “faisant la guerre à bidule, le lendemain à chouette et en black-listant les militants”.

En réalité, ce sont les ambitions fratricides des municipales et des métropolitaines qui se dessinent : “elle est en guerre contre toutes les personnes qui hésitent à soutenir son mari” explique-t-il. En effet, il dénonce le “jeu trouble” du comité local de LaREM avec l’association de Gérard Collomb pour les municipales “Prendre un temps d’avance”. “L’équipe de “prendre un temps d’avance” et “LREM” est presque identique” s’insurge Jimmy Brumant.

Enfin, Jimmy Brumant dénonce “la mise à l’écart des élus” qu’il estime “pas normale” et l’absence des “comités politiques dans le Rhône” malgré les promesses de Caroline Collomb à la direction du parti. Se rêvant lanceur d’alerte et estimant “ne rien risquer”, Jimmy Brumant pense qu’il est “utile de parler” pour la direction suivante. Il devrait rester à la tête du projet national du parti “France 2030”.

Une démission planifiée avec l’état-major national

Des critiques acerbes contre Caroline Collomb qui agacent les militants lyonnais. En effet, la démission du jeune homme était planifié avec la direction nationale des “Jeunes avec Macron”. “La décision de Jimmy de s’exprimer dans la presse n’était pas préméditée. Nous en prenons acte. Elle ne modifie en rien le plan de succession que nous avions prévu avec lui” explique le délégué général des JAM, Martin Bohmert.

Pour Djamila Schafter (militante dépêchée par Caroline Collomb pour nous répondre), la référente locale est “victime d’une campagne de dénigrement”. Et de poursuivre : “Pauvre Caroline ! Elle fait le boulot bénévolement, elle répond toujours présente. Par contre, Jimmy ça fait des mois qu’on le voit plus et qu’il ne fait plus rien” affirme cette militante de 45 ans qui dit “faire partie des JAM”. La marche est décidément semée d’embûche !

 

 

A LIRE AUSSI

Alice et le Maire : quand Gérard Collomb a cru en son biopic

A Propos de l'auteur

Journaliste VL. Directeur du bureau de Lyon.
Continuez votre lecture
À la uneBasketSport

NBA : Les Warriors balayent les Blazers

À la uneFootSport

Une liste pleine de surprises pour Didier Deschamps

À la uneActualitéInternationalsociétéSociété

Willem Einthoven, le père de l’électrocardiogramme

À la uneActualitéEconomieFrance

Les choco BN ne sont plus en vente chez Carrefour

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux