ActualitéCinémaCulture

5 dates clés dans l’histoire du Festival de Deauville

Le Festival de Deauville revient cette année pour une 49e édition. Ce vendredi 1er septembre 2023, se tiendra la cérémonie d’ouverture du festival, au Centre International de Deauville à 19h30. Un moment très attendu par les producteurs et acteurs, où beaucoup de ces derniers ne seront malheureusement pas présents à cause de la grève des scénaristes. Rassurez-vous, le tapis rouge ne sera pas vide et la sélection de films promet de belles surprise. Retour sur les 5 dates clés dans l’histoire du Festival de Deauville.

1975 – Naissance du Fes­ti­val du Ciné­ma Amé­ri­cain de Deau­ville

Ce prestigieux festival voit le jour grâce à l’association de Lio­nel Chou­chan, André Hali­mi, Michel d’Or­na­no (Maire de Deauville) et Lucien Barrière, PDG du groupe portant son nom. Le but ? Présenter la diversité du cinéma américain tout en attirant des touristes au-delà de la saison hippique. Pendant 20 ans, le festival a simplement été une vitrine pour le cinéma américain en Europe. La compétition n’existait donc pas encore. Aujourd’hui, le festival a pour objectif d’aider à la diffusion et à la promotion sur le marché européen de films américains inédits produits de manière indépendante. Le festival a aussi pour mission de célébrer le grand cinéma américain du passé à travers rétrospectives, hommages ou carte blanche à de grandes figures du cinéma d’Outre-Atlantique. Chaque année, plus d’une cen­taine de pro­jec­tions sont pré­sen­tées sur trois sites : le Centre Inter­na­tio­nal de Deau­ville, le Ciné­ma du Casi­no Bar­rière et le Ciné­ma le Morny. 

1978 – La folie des stars

Après avoir pris en 1977 la décision d’inviter des grands noms de l’âge d’or hollywoodien et de leur rendre hommage, l’heure est au temps du Hollywood d’aujourd’hui. La présentation de Grease de Randal Kleiser est un succès phénoménal. John Travolta, la star de La Fièvre du samedi soir de John Badham arrive à Deauville et crée une émeute à chacun de ses déplacements dans la ville. Pour la première fois, les organisateurs engagent des gardes du corps pour garantir une sécurité aux stars. Ce dispositif de sécurité est désormais mis en place à chaque édition du festival.

Olivia et John Travolta lors d’une conférence de presse au Festival du Cinéma Américain de Deauville en 1978

1995 – Une nouvelle section pour les films indépendants

Un personnage clé va pousser les fondateurs du festival à mettre la lumière sur les films indépendants : Bruno Barde. 20 ans après la création du festival, une nouvelle ère commence. Les films indépendants sont mis à l’honneur dans une nouvelle section appelée « La Compétition ». Le film Ça tourne à Manhattan de Tom DiCillo inaugure cette nouvelle compétition en étant le premier gagnant de ce Grand Prix. Spike Jonze remporte à la suite ce prix pour Dans la peau de John Malkovich en 99. En 2001, c’est John Cameron Mitchell pour Hedwig and the Angry Inch qui le décroche.

2003 – Les documentaires mis à l’honneur

Pour sa 29e édition, le festival de Deauville continue de s’élargir. Une nouvelle section consacrée aux documentaires naît : « Les Docs de l’Oncle Sam ». Pour introduire cette première édition deux grands noms d’Hollywood sont à l’affiche. Oliver Stone y présente Persona non grata, un documentaire autour du conflit israélo-palestinien et Jonathan Demme fait le portrait de Jean Dominique, journaliste militant haïtien assassiné trois ans plus tôt avec Jean Dominique, The Agronomist. Cette nouvelle section ravira les spectateurs et connaîtra un succès fulgurant en 2012 avec Sugar Man de Malik Bendjelloul. Un documentaire qui évoque le parcours du musicien américain Sixto Rodriguez qui récompensé d’un Oscar, quelques mois après sa présentation normande.

2023 – Un Festival perturbé par la grève des scénaristes

La 49e édition du Festival de Deauville se tiendra cette année du 1er au 10 septembre 2023. Mais elle sera perturbée par la grève des scénaristes aux Etats-Unis qui a commencé début mai. Le mercredi 9 août, elle avait atteint le seuil symbolique des 100 jours. Cette grève qui paralyse la production de films et séries dans le pays de l’Oncle Sam affectera également le festival. En effet, de nombreuses stars comme Jude Law ou encore Natalie Portman ne seront pas présentes. La sélections de films a tout de même était faite et Bruno Barde compte sur les français d’Hollywood pour son quota de stars.

À lire aussi : Les 5 meilleurs films du XXIème siècle

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéHigh TechLittérature

Qui est Franz Kafka, cet auteur mort il y a 100 ans et qui cartonne sur TikTok ? 

ActualitéJeux Olympiques Paris 2024

Jeux Olympiques : les lignes de métro à éviter car ça va être l'enfer

ActualitéFrance

C'était le 14 juillet 2016... Nice victime d'un attentat

ActualitéPolitique

5 « drames internes » qui ont traversé la droite française

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux